Départ de la présidente de l'UCB : "Un centre-ville ne fonctionne que s'il a des clients. C'est à nous de le faire vivre…"

Publié le 10/09/2019 - 15:53
Mis à jour le 10/09/2019 - 15:53

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu'un bilan, c'est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

En poste depuis avril 2017, Cécile Girardet ne sera plus Présidente de l'UCB à compter du 24 septembre prochain ; date à laquelle son ou sa successeur/se reprendra les rênes.

maCommune.info : Que retenez-vous après deux années à la tête de l'UCB ?

Cécile Girardet : " J'ai été très contente de ce poste. J'ai été très fière de défendre mon commerce, mon centre-ville, nos adhérents. J'ai eu l'occasion de rencontrer des commerçants géniaux.

Le côté très positif qu'il y a eu depuis deux ans et demi, ce sont les excellentes relations que nous avons tissé avec les institutions telles que la Chambre de Commerce, la Mairie, le Conseil Général, Le Grand Besançon. Nous avons tout fait pour maintenir ces relations même si nous n'avons pas toujours été d'accord. Nous sommes toujours restés dans le dialogue. Nous ne voulions pas retomber dans le schéma d' il y a plusieurs années. Les relations étaient alors tendues et rien ne se passait". 

maCommune.info : Que pensez-vous de la situation du centre-ville de Besançon ?

Cécile Girardet : " Elle est ce qu'elle est. En France, tous les centres-ville souffrent. Je réitère donc mes propos même si cela ne plaît pas aux Gilets jaunes : grâce à eux, nous avons eu un centre-ville moribond pendant neuf mois. À cause des manifestations, beaucoup de clients ont déserté le centre et certains commerces se sont retrouvés face à des moments critiques et c'est d'ailleurs toujours vrai" .

maCommune.info : Êtes –vous inquiète de la reprise de la mobilisation des Gilets Jaunes ?

Cécile Girardet : "Ce sont des gens qui ne savent même plus ce qu'ils cherchent et ce qu'ils font. Ils sont pilotés par une personne d'extrême gauche qui essaie de maintenir une "pseudo popularité". C'est le cas typique de Besançon. Je ne sais pas comment cela se passe dans les autres villes, mais ici c'est flagrant. Ils font peur aux autres et invitent les gens à ne plus venir au centre-ville. Quand on leur demande s'ils se rendent compte de ce qu'ils ont fait au centre-ville, ils sont capables de dire que ce n'est pas de leur faute, que c'était déjà comme cela avant. C'est un petit peu comme les enfants. Ce n'est jamais de leur faute même s‘ils font des bêtises" .

maCommune.info : Quel avenir pour le centre-ville ?

Cécile Girardet : "Je reste très confiante sur le centre-ville. Il y a encore un cap à passer, car les gens ont pris l'habitude d'aller ailleurs. Oui, il y a des commerces qui ferment, moi la première, mais les rues vont avoir d'autres commerces. Nous le voyons par exemple rue Moncey, rue Courbet… " ( NDLR : Cécile Girardet a eu tenu l'épicerie fine "La Fabrique Gourmande" de septembre 2018 à juillet 2019 ).

"Quand j'entends dire qu'il n'y a des boutiques que pour les gens riches, je veux dire que c'est faux"

"Nous avons aussi de belles animations au cœur de Besançon comme récemment avec les Instants gourmands, puis le festival de musique et bientôt Livres dans la Boucle. Les samedis piétons reviennent… Concernant les parkings, ils sont toujours à un euro. J'espère que la mesure sera poursuivie et qu'il y en aura bien d'autres qui suivront pour permettre aux gens de venir plus facilement au centre-ville.

Il faut que les gens comprennent qu'un centre-ville ne fonctionne que s'il a des clients. En tant que clients, nous sommes tous responsables. C'est à nous de le faire vivre. Quand j'entends dire qu'il n'y a des boutiques que pour les gens riches, je veux dire que c'est faux. Il y a des grandes enseignes, des boutiques indépendantes (60%). Nous avons de belles boutiques qui se sont installées, je pense à «l'Air de Rien», «Culinarion» à la boutique «Jott». Il ne faut pas oublier que les commerces sont des entreprises, des emplois et des histoires d'hommes et de femmes."

1 Commentaire

Ce ne sont pas les GJ qui délocalisent les boutiques en zone ! On n’a pas un magasin de disques digne de ce nom au centre ville. Quant à trouver un tournevis ou un paquet de clous.....
Publié le 10 septembre 2019 à 19h06 par • Membre

2 commentaires

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l'ont à nouveau chanté. Moins d'une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d'après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux "premiers de corvée"

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

"appel à la mobilisation générale" • Entre 600 manifestants et 1.000 manifestants selon la CFDT étaient au rendre-vous de la marche d'Alternatiba ANV (action non violente) Cop 21 au départ du parc Micaud à Besançon. Direction la place Flore pour rejoindre les Gilets Jaunes avec un Die In (mourir sur place). La marche devrait rejoindre les Vaîtes vers 17h avec un village des alternatives en parallèle de la Guinguette des Vaîtes mais le rassemblement s'est scindé. Une centaine de gilets jaunes a décidé de se rendre au centre-ville pour rejoindre les "Livres dans le Boucle". La majorité des marcheurs climatique se sont dirigés en direction des Vaites.

Economie

Crise et enjeux environnementaux : le Grand Besançon et la FRTP Bourgogne-Franche-Comté main dans la main

Une rencontre s'est déroulée mardi 20 juillet entre représentants de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne-Franche-Comté et de Grand Besançon Métropole. Objectif : faire le point sur la situation des entreprises des travaux publics et leurs inquiétudes alors que la crise économique affaiblit lourdement les entreprises dans ce domaine.

102 M€ d’aides régionales votés par les élus de la Région Bourgogne Franche-Comté

Réunis en commission permanente, vendredi 23 juillet, les élus régionaux ont voté plus de 102,2 M€ d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne des aides d’urgence et le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de COVID-19.

France Relance : la transformation du plus grand campus de Besançon pour 80 millions d’euros

La présidente de l’université de Franche-Comté Macha Woronoff, a reçu le 22 juillet dernier le recteur de l'académie de Besançon, Jean-François Chanet ainsi que la maire de Besançon, Anne Vignot, pour une visite et une projection des deux opérations labellisées France Relance dans le cadre du projet de réhabilitation du campus Bouloie - Temis.

La chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté demande l’abattage « systématique » du loup près d’un élevage

Suite à plusieurs attaques de loups sur des élevages de bétails, la chambre d'agriculture de Bourgogne Franche-Comté, dans un communiqué du 23 juillet, demande aux pouvoirs publics de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour stopper le retour du loup et l'abattage "systématique" de cet animal dès les premiers signes de présence à proximité d'élevages.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.39
partiellement nuageux
le 30/07 à 6h00
Vent
1.14 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
96 %

Sondage