Alerte Témoin

ArcelorMittal : la CGT demande la reprise des négociations sur deux tréfileries

Publié le 28/01/2019 - 13:10
Mis à jour le 28/01/2019 - 15:00

La CGT Métallurgie a demandé la relance des négociations pour qu'"aboutisse" le projet "initial" de reprise par le groupe franco-belge Altifort des deux usines de fil d'acier du géant mondial ArcelorMittal situées à Commercy (Meuse) et Sainte-Colombe-sur-Seine (Côte-d'Or).

arcelor mittal fil acier
© Arcelor Mittal Sainte-Colombe-sur-Seine

Ces deux tréfileries, souligne la CGT dans un communiqué, « sont deux débouchés importants pour l’aciérie d’Ascoval » de Saint-Saulve (Nord), dont la reprise par Altifort a été validée en décembre. « Alors que (le PDG d’ArcelorMittal) Lakshmi Mittal a été reçu le 21 janvier dernier à Versailles par Emmanuel Macron, la CGT appelle le gouvernement à intervenir et à interférer auprès du groupe », ajoute la fédération de la métallurgie, qui a alerté jeudi « par courrier » le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

ArcelorMittal avait annoncé jeudi 24 janvier 2019  « l’échec des discussions avec Altifort pour la finalisation de la reprise » des deux tréfileries, sans en préciser les raisons. Le leader mondial de la sidérurgie avait ajouté qu’il allait « reprendre contact avec d’autres repreneurs potentiels ». Altifort avait de son côté indiqué qu’il maintenait son offre, en jugeant que les négociations pouvaient encore aboutir.

Selon la CGT, « les tensions, dans ces négociations, concernent l’indemnité de remise en état des outils de production » réclamée par Altifort à ArcelorMittal. « Une indemnité légitime étant donné la carence d’investissement ces dernières années par le groupe dans ces deux sites », juge le syndicat, qui déplore l’abandon d’un projet de reprise « parfaitement engagé ».

Pour reprendre ces deux sites, qui produisent des fils d’acier pour l’industrie, ArcelorMittal va désormais négocier avec « un fonds de pension », qui « ne reprendrait pas tout le périmètre, ni par conséquent tous les emplois », affirme la CGT.

C’est en 2017 qu’ArcelorMittal avait mis en vente les usines de Commercy (69 salariés) et Sainte-Colombe-sur-Seine (42 salariés), qui sont déficitaires. En septembre dernier, le comité central d’entreprise du groupe avait émis un avis favorable au projet de reprise d’Altifort, qui préservait ces 111 emplois et prévoyait un investissement de 6 millions d’euros.

Ces deux tréfileries figurent parmi les plus anciennes usines métallurgiques de France.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Conjoncture du mois de juillet : incertitudes dans l’industrie, activité renforcée dans le secteur marchands

La Banque de France vient d'éditer une note de conjoncture (enquête auprès des dirigeants d'entreprises sur leur niveau d’activité) pour le mois de juillet 2020. Dans l'industrie, la production se redresse, mais reste en deçà d'un niveau jugé "normal". Dans les services marchands, l’activité s’est renforcée, à un rythme supérieur à l’attendu avec des prévisions d’activité favorables.

Et si vous mangiez "local" cet été en Bourgogne Franche-Comté ?

La Région Bourgogne-Franche-Comté a souhaité se mobiliser aux côtés des chambres départementales pour promouvoir la plateforme "J’veux du Local" permettant aux habitants de chaque département de connaître, d’entrer en contact et d’acheter les produits émanant de leurs producteurs locaux. Si la campagne d’information est régionale, la plateforme permet une mise en relation du grand public avec les acteurs de son département.

Entreprises et Covid-19 : de nouvelles mesures mises en place par l’Urssaf Franche-Comté

L’Urssaf accompagne les entreprises depuis le début de la crise sanitaire en leur permettant de reporter le paiement de leurs cotisations, de façon simple et sans aucune pénalité. Cet accompagnement continue et évolue avec la mise en place de nouvelles mesures d’accompagnement adaptées, est-il précisé ce mois d'août 2020.

Vrabiloc, une épicerie ambulante de produits en vrac, bio et locaux sillone le Grand Besançon…

Après avoir travaillé dans la restauration, Alexandra, 38 ans, a décidé de se mettre à son compte en septembre 2019 en ouvrant une épicerie itinérante dans le Grand Besançon : Vrabiloc. Son concept : proposer des produits locaux et artisanaux, frais ou sec et sans déchet. Le truc en + de son épicerie : elle est 100% autonome grâce à des panneaux solaires. Interview.

Rachat de Bombardier Transport par Alstom : « la Bourgogne Franche-Comté doit tirer son épingle du jeu » (MG Dufay)

La Commission européenne a autorisé sous conditions vendredi 31 juillet 2020 le rachat par Alstom de la branche transports du canadien Bombardier, qui donnera naissance à un géant du rail, un an et demi après le mariage avorté du groupe français avec Siemens."C’est toute la filière ferroviaire régionale qui en sort gagnante notamment pour les trois sites Alstom que compte notre territoire" a commenté Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté.

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Relocalisation du Meltblown pour la fabrication de masques en France :  une entreprise de Montbéliard se distingue…

Créée en juin 2020 à Montbéliard, la société Meltblo France a été retenue par l'État pour produire du meltblown, une matière filtrante utilisée pour la fabrication de masques chirurgicaux et de masques FFP2 et FFP3. Le projet d'investissement de Meltblo France s'élève à 4,5 M€. La Région Bourgogne Franche-Comté a décidé de soutenir la société à hauteur de 1,1 M€. La future ligne de production de meltblown devrait être opérationnelle au printemps 2021.

Le marché automobile français continue de se redresser en juillet, aidé par les mesures de soutien

Les immatriculations de voitures particulières neuves en France ont progressé de près de 4% en juillet, a annoncé samedi le comité des constructeurs CCFA, se félicitant que les mesures de soutien déployées par le gouvernement en faveur du secteur "aient bien fonctionné". Si le groupe  Renault affiche de très bon chiffres (+33%), PSA est en recul de 5 %.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     19.58
    légère pluie
    le 13/08 à 21h00
    Vent
    2.58 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    69 %

    Sondage