Asile-immmigration: le texte voté à l'issue d'un marathon enflammé de sept jours

Publié le 23/04/2018 - 08:15
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:47

Au septième jour, les débats passionnels sur le projet de loi "asile-immigration"se sont achevés ce dimanche 22 avril 2018 à l'Assemblée nationale par le vote du texte en première lecture avec, au final, un seul opposant LREM, qui a aussitôt annoncé son départ du groupe majoritaire.

logo_assemblee_nationale2.png
©
PUBLICITÉ

Après 61 heures de joutes enflammées et un millier d’amendements examinés -mais très peu adoptés- le projet de loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie »a finalement été voté vers 23H00 en première lecture par 228 voix contre 139 et 24 abstentions.

  • Les Républicains et toute la gauche -socialistes, communistes et « Insoumis »– ont voté contre, tout comme les députés FN.

Au sein du groupe LREM, seul l’ex-socialiste Jean-Michel Clément a voté contre et aussitôt annoncé son départ du groupe, conscient d’avoir « enfreint les règles »du groupe majoritaire. Quatorze autres LREM ont cependant exprimé leur désaccord avec le texte en s’abstenant. Une députée MoDem, Nadia Essayan, a également voté contre, et huit autres centristes se sont abstenus.

Au Sénat maintenant de prendre la suite en juin, où la majorité de droite a déjà promis de « l’amender considérablement ».

Ce « week-end un peu particulier à Paris », selon le président du groupe MoDem Marc Fesneau, est inédit (hors budgets) depuis l’homérique bataille du « mariage pour tous »de 2013. Présent quasiment de bout en bout et défendant avec vigueur son texte « face à des hommes et des femmes de convictions », le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a salué l’adoption d’un « texte juste ». Dès lundi soir, il avait plaidé « l’urgence à réagir »pour limiter « une immigration massive »et « en même temps »garantir le droit d’asile, « sacré ».

Le texte vise à réduire à six mois, contre onze aujourd’hui, l’instruction de la demande d’asile. Objectif affiché: faciliter à la fois l’expulsion des déboutés et l’accueil des acceptés. La rapporteure Elise Fajgeles (LREM) a souvent insisté sur une « ligne de crête », entre « exigence de pragmatisme »et « humanité ».

Des oppositions combatives

Extrêmement combatives, les oppositions (LR, FN et gauche) ont fait prolonger des débats enflammés. Critiquant une « petite loi »d’une majorité « immigrationniste »et des « pudeurs de violette »du ministre, les Républicains ont bataillé pour durcir le texte, avec 323 amendements, tous rejetés par une majorité « sectaire », dans le sillage des propositions très droitières de Laurent Wauquiez cette semaine.

Et LR de demander, plusieurs dizaines de fois, s’il y avait « un plan caché pour régulariser 40.000 étrangers en situation irrégulière ». La présidente du FN Marine Le Pen a, elle, fustigé une « loi d’organisation d’une immigration supplémentaire »et raillé le patron de LR Laurent Wauquiez, « mis sous (s)on aile, en quelque sorte »avec les propositions de son parti.

Droite et extrême droite ont été omniprésentes dans l’hémicycle jusqu’au dernier jour où le FN proposait de supprimer le droit du sol et LR de le restreindre.

« LR et FN tristes alliés d’une droite dure et extrême. Mêmes mots, mêmes arguments, même opposition à tous droits des migrants », a commenté Matthieu Orphelin (LREM). Vent debout contre une loi « inhumaine », la gauche a combattu des « régressions », comme le doublement de la durée maximale de rétention, portée à 90 jours, avec la possibilité maintenue « d’enfants derrière les barbelés »« Une loi qui fait de l’étranger un suspect », selon la communiste Elsa Faucillon.

La gauche a régulièrement accusé LR de « jouer à l’idiot utile du macronisme et faire passer une loi extrême pour une loi équilibrée ».

L’une des mesures phare – réduction de moitié du délai d’appel à 15 jours après rejet d’une demande d’asile – a été votée par le FN (inhabituellement presque au complet dans l’hémicycle), un « tournant »historique selon Olivier Faure (PS).

Ces critiques de la gauche contre la réduction des droits des demandeurs d’asile ont été reprises par quelques députés de la majorité qui avaient déjà depuis plusieurs mois tenté, le plus souvent en vain, de convaincre le ministre de l’Intérieur d’amender son texte.

Au long des débats, cette frange contestataire LREM, avec quelques MoDem, jouait, sous pressions, les équilibristes pour faire entendre sa défense des « vulnérables »sans paraître « fronder ».

Dans les dernières heures, encore émaillées d’invectives, l’Assemblée a voté, au grand dam de LR y voyant une concession du gouvernement « à son aile gauche », l’assouplissement du « délit de solidarité »pour certaines personnes venant en aide aux migrants. Et le délai pour accéder au marché du travail pour les demandeurs d’asile a été ramené de neuf à six mois. 

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Mouvement "Bisontines - Bisontins" • Karim Bouhassoun, cofondateur du mouvement "Bisontine Bisontins" , a annoncé mardi 17 septembre 2019 à 18h sa  candidature "comme une évidence" à l'élection municipale de Besançon afin de "rendre la Ville aux habitants". Karim Bouhassoun veut inscrire sa campagne sous l'égide du renouveau et de la proximité autour d'une liste citoyenne et libre. "Nous devons rompre avec certaines pratiques et refonder la vie citoyenne à Besançon" a-t-il déclaré.

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Alexandra Cordier, référente de La République En Marche dans le Doubs et membre du collectif Besançon Métropole 2020, formulait en juin dernier trois propositions dans le cadre de sa candidature à l'investiture LREM. Ce 12 septembre 2019, elle a tenu a éclaircir le projet de téléphérique proposé par le collectif.

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Le gouvernement a dévoilé la liste des  80 "cités éducatives", inspirées du rapport Borloo. Ces quartiers vont se partager une enveloppe de 100 millions d’euros de crédits par an sur trois ans dans le but de mieux coordonner les actions au sein et en dehors des établissements scolaires. Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, et le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, se félicitent de l’annonce de cette labellisation pour Besançon et Montbéliard Bethoncourt.

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Alexandra Cordier va-t-elle mener une liste dissidente face à Éric Alauzet, candidat officiellement investi par LREM le 10 juillet dernier pour l'élection municipale à Besançon ? La question est posée depuis le début de la semaine. La référente départementale "En Marche" dit actuellement ne pas être dans cet état d'esprit et espère qu'Éric Alauzet rassemblera "tous les marcheurs" bisontins.

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

municipales 2020 • À sept mois des élections municipales, l’ancienne majorité plurielle du maire sortant est plus divisée que jamais. Comme un message à Éric ALauzet, le candidat officiellement investi par En Marche, le maire LREM de Besançon estime qu’aucun candidat ne peut gagner seul... Jean-Louis Fousseret, qui a toujours déclaré qu’il ne repartirait pas pour un quatrième mandat, se pose aujourd’hui en rassembleur. Une rencontre est prévue avec Éric Alauzet samedi...

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

L'intergroupe EELV- PC  Société civile de l'ancienne majorité plurielle demande au maire de Besançon de prendre  un arrêté interdisant les pesticides à Besançon, à l'instar de la décision du maire de Boussières dans le Grand Besançon. Jean-Louis Fousseret réaffirme ce mercredi matin qu'il est contre les pesticides, mais estime qu'il ne faut pas confondre "courage et démagogie".

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.65
ciel dégagé
le 21/09 à 3h00
Vent
2.11 m/s
Pression
1018.97 hPa
Humidité
75 %

Sondage