Alerte Témoin

Assassinat d’une élue bourguignonne : 20 ans de réclusion pour son mari

Publié le 22/03/2013 - 18:08
Mis à jour le 22/03/2013 - 18:09

L’homme qui avait abattu son épouse, élue d'une commune rurale de Saône-et-Loire, dans sa mairie a été condamné ce vendredi 22 mars 2013 par la cour d'assises de Saône-et-Loire à 20 ans de réclusion criminelle, selon plusieurs sources concordantes.

Verdict

PUBLICITÉ

"C'est une peine monstrueuse", a déploré l'avocat de la défense, Me Eric Dupond-Moretti, annonçant que son client interjetait appel. L'avocat avait rappelé au début du procès que M. Verjux, "dépressif" au moment des faits, "n'était plus le même homme depuis l'été 2009", période de sa séparation avec son épouse. "Alors qu'un expert psy le disait, (la cour) ne retient pas de responsabilité atténuée", a-t-il regretté.

La cour d'assises est allée au-delà des réquisitions de l'avocat général, Christophe Rode, qui avait réclamé vendredi matin une peine de 18 ans de prison, ont précisé les avocats.

Le matin du 5 janvier 2010, Xavier Verjux, un marchand de bestiaux de 45 ans à la carrure imposante, était entré dans la mairie de Saint-Maurice-des-Champs, où sa femme Céline, 42 ans, tenait une permanence en tant que maire de cette commune. Armé d'un fusil de chasse, M. Verjux avait alors tiré sur elle, la blessant mortellement au thorax, avant de repartir à bord de sa voiture. Il s'était ensuite constitué prisonnier à la gendarmerie de Buxy. Le couple était en instance de divorce depuis l'été 2009.

Xavier Verjux comparaissait depuis mardi devant la cour d'assises de Saône-et-Loire pour "assassinat".

Selon l'avocat de la famille de la victime, Me Arnaud Brultet, l'accusé n'a eu "aucune manifestation" à l'énoncé du verdict. "Il était froid, comme il l'a été durant quatre jours", a-t-il estimé. "La seule fois où il a versé une larme" a été lors du témoignage de ses deux enfants, à qui "il a demandé pardon", a précisé Me Brultet.

Au premier jour du procès, la nouvelle compagne de l'accusé, Catherine, avait déclaré devant la cour qu'elle avait alerté la gendarmerie fin 2009 des menaces qui pesaient sur Céline. "J'ai écrit à la gendarmerie qu'il disait qu'il voulait la tuer, qu'elle ne souffrirait pas, qu'il voulait juste qu'elle le regarde dans les yeux et qu'il se rendrait à la police après", avait-elle dit, entre deux sanglots.

La maire de Buxy, Dominique Lanoiselet, avait pour sa part témoigné que la victime lui avait confié peu avant sa mort qu'elle "avait très peur" de son époux.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Suspicion de destruction illégale de Lynx dans le Jura : des associations interrogent le Procureur de la République

Le 6 février 2020, un collectif d’associations* a décidé d’écrire un courrier au Procureur de la République de Lons-le-Saunier concernant l’affaire des ossements d’animaux découverts par des spéléologues dans le gouffre du Prévalot à Fontenu le 13 novembre 2019. Parmi les nombreux ossements retrouvés, un crâne aurait été identifié comme étant celui d’un lynx et présente plusieurs blessures évoquant fortement une destruction illégale. Une lettre a été envoyée au procureur de la République pour l'interroger sur l’existence d’une enquête judiciaire.

Quatre ans de prison pour Stan Maillaud, « gourou » d’un prétendu groupe antipédophile

Un ancien gendarme devenu "gourou" d'un groupuscule complotiste, qui projetait d'enlever à leur père des enfants menacés, selon lui, de pédophilie, a été condamné vendredi 31 janvier 2020 à quatre ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Saintes. Il avait été recherché en 2012 dans le Doubs après s'être enfui lors d'un contrôle de la gendarmerie.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.48
légère pluie
le 25/02 à 15h00
Vent
5.44 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
90 %

Sondage