Athlétisme : Ophélie Claude-Boxberger suspendue deux ans pour dopage

Publié le 08/04/2021 - 09:54
Mis à jour le 08/04/2021 - 09:56

L'athlète franc-comtoise Ophélie Claude-Boxberger, qui risquait huit ans de suspension après un contrôle positif à l'EPO en septembre 2019, a finalement été suspendue deux ans par la commission des sanctions de l'Agence française antidopage, a-t-elle annoncé ce mercredi 7 avril 2021.

 ©
©

La spécialiste du demi-fond, âgée de 32 ans, avait clamé son innocence et plaidé pour sa relaxe lors de son audition le 16 mars devant la commission, accusant son ex-beau-père et assistant, Alain Flaccus, de lui avoir injecté de l'EPO à son insu.

Une thèse à laquelle semble avoir été sensible la commission des sanctions de l'Agence française de la lutte contre le dopage (AFLD), un organe indépendant de l'AFLD qui, elle, réclamait huit ans de suspension dans cette affaire.

La quintuple championne de France, spécialiste notamment du 3.000 m steeple, contrôlée positive à l'EPO le 18 septembre 2019, est donc suspendue jusqu'au 5 novembre 2021, a-t-elle assuré, confirmant une information de l'Est Républicain.

Si elle ne peut plus postuler pour participer aux JO de Tokyo (23 juillet-11 août), la route semble en revanche libre pour une éventuelle participation aux JO de Paris en 2024.

"Vu les conditions sanitaires, ce n'est pas une grosse déception de rater les JO. Mon objectif reste de viser les JO 2024 de Paris sur marathon. "Ophélie Claude-Boxberger

"Je risquais huit ans donc je pourrais être contente, mais non car j’ai toujours demandé la relaxe, j’ai toujours expliqué que j’étais innocente", a-t-elle ajouté.

L'AFLD, qui n'a pu être jointe, a la possibilité de faire appel de cette décision.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Attaque de Rambouillet : le suspect souffrait d’une dépression

L'attaque meurtrière vendredi contre une fonctionnaire de police au commissariat de Rambouillet dans les Yvelines a replacé samedi 24 avril la menace terroriste au sommet de l'agenda politique, avec une réunion de crise à Matignon et la visite d'Emmanuel Macron auprès de la famille de la victime.

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas « les traits d’un tueur en série » selon une contre-expertise psychiatrique

D'après les conclusions d'un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d'avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas "les traits d'un tueur en série" dans sa personnalité.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.44
légère pluie
le 10/05 à 6h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
100 %

Sondage