Attentat : Alain Joyandet appelle à fermer les lieux salafistes propageant "la haine"

Publié le 29/06/2015 - 09:37
Mis à jour le 30/06/2015 - 07:37

Fraichement nommé conseiller politique de Nicolas Sarkozy depuis son obligation de laisser la tête de liste pour les Régionales à l'UDI François Sauvadet, Alain Joyandet monte au créneau après l'attentat perpétré en Isère vendredi par le Franc-Comtois Yassin Salhi. Pour le sénateur de Haute-Saône, il faut fermer les lieux salafistes qui propagent "la haine".

 ©
©

Le Premier ministre Manuel Valls a indiqué dimanche qu'il y avait "entre 10 000 et 15 000 salafistes" n France. La veille, la présidente du FN Marine Le Pen avait demandé la " fermeture des mosquées salafistes" dans l'Hexagone, après l'attentat en Isère où un chef d'entreprise a été décapité vendredi. Une proposition qui trouve écho à droite.  " Comme la Tunisie vient de le faire,  Je demande la fermeture des lieux salafistes identifiés sur notre territoire comme participant à la propagation des idées salafistes de haine ", a dit le conseiller de Nicolas Sarkozy.

"Zéro tolérance pour tous ceux qui choisissent la radicalisation violente"

 Pour Joyandet, le gouvernement reconnaît "enfin" une guerre de civilisation et estime que Manuel Valls ne peut pas "simplement préparer psychologiquement les Français à un prochain attentat, comme si l'horreur sur notre sol était devenue une fatalité".

"Il était plus que temps que la gauche accepte de mettre des mots justes sur ce que nous dénonçons depuis des mois. La France est au coeur de la menace terroriste, car elle est l'emblème des valeurs humanistes ; jamais nous ne transigerons ni ne cèderons à la terreur" a déclaré ce dimanche 28 juin l'ancien secrétaire d'État à la coopération sous la présidence Sarkozy.

"Il est urgent d'appliquer le degré zéro de la tolérance contre tout individu vivant sur notre sol et ayant choisi la radicalisation et l'extrémisme. Tout individu de nationalité étrangère vivant sur le sol français ayant fait ce choix et prêchant la violence doit être expulsé sans délai vers son pays d'origine. S'agissant de ceux qui bénéficient de la double nationalité, les Français ne peuvent comprendre que les djihadistes partis en Syrie ou en Irak ne soient pas déchus de la nationalité française" poursuit-il. 

De son côté le député Thierry Solère,  proche de Bruno Le Maire, a lancé :  "On ne peut pas tolérer sur le territoire de la République des gens qui prônent un islam radical qui n'est pas conforme aux valeurs de la République (…) Ceux qui sont Français doivent être traduits devant les tribunaux (...) et ensuite éventuellement aller en prison, et ceux qui ne sont pas Français doivent être expulsés".  a poursuivi l'élu des Hauts-de-Seine. "J'ai vu les chiffres d'expulsions " et "cela ne me semble pas être à la hauteur".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Régionales : la France Insoumise demande à Marie-Guite Dufay de lever ses « ambiguïtés » face à Macron

Séverine Véziès et Arnaud Guvenatam, chefs de file de la France insoumise en Bourgogne Franche-Comté pour les prochaines élections régionales demande à l'actuelle présidente de Région, si elle se représentait, d'exclure tout accord avec LREM tout en appelant "l’ensemble des forces de gauche et de l’écologie à un choix choix politique cohérent en rupture avec les politiques macronistes".

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

RN 57 Micropolis – Beure : les élus PS et Républicains de Besançon avancent les mêmes arguments… « écolos » !

Pour ! • C'est le débat politique du moment. Pour ou contre la réalisation de la 2 x 2 voies entre Micropolis et Beure ? Si pour les écologistes du Grand Besançon ou le parti Génération.s, des alternatives doivent être abordées, les élus socialistes au sein de la majorité de la maire EELV de Besançon, n'hésitent pas à soutenir le projet d'aménagement tout comme les élus LR de l'opposition.

Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Après la visite d'Emmanuel Macron d'une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à "agir enfin" sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

RN 57 : Jacques Grosperrin demande à Anne Vignot d’avoir « le courage de ne pas abandonner le projet »

Micropolis - Beure • Alors que EELV et Génération.s s'opposent au doublement des voies sur le trait d'union entre le boulevard et Beure, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin (LR) s'empare  à son tour du débat et exhorte la maire EEELV de Besançon à ne pas remette en cause le projet routier.

Macron à la rencontre d'agriculteurs mardi en l'absence de leur salon

Circuits courts • Le président de la République se rendra ce mardi 23 février 2021 dans une exploitation à Étaules, un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il sera accompagné par Julien Denormandie. Il s'entretiendra  avec des acteurs de la filière agricole pour démontrer "son intérêt" à ce secteur en l'absence du salon de l'agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19, a annoncé lundi l'Elysée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.75
ciel dégagé
le 27/02 à 21h00
Vent
5.65 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
59 %

Sondage