"Aux Vaîtes, EELV commence à prendre conscience de l'urgence écologique" selon La France insoumise à Besançon

Publié le 28/03/2019 - 15:25
Mis à jour le 17/04/2019 - 12:07

Dans un communiqué de jeudi 28 mars 2019, La France insoumise à Besançon se réjouit que le parti Europe écologie Les Verts « commence à changer de discours » au sujet du projet d’éco-quartier des Vaîtes.

Quartier des Vaîtes à Besançon. © Ville de Besançon
Quartier des Vaîtes à Besançon. © Ville de Besançon

Communiqué :

"Enfin ! À Besançon, EELV a enfin entendu raison et commence à changer de discours sur le soi-disant éco-quartier des Vaîtes, projet d'urbanisation aberrant que la France insoumise dénonce maintenant depuis plusieurs années.

Nous tenons à saluer la mobilisation de l'association « Les jardins des Vaîtes » dont les actions auront été déterminantes dans la prise de conscience récente des élu·es EELV de Besançon. Il aura aussi fallu le soutien d'un certain nombre d'autres associations (FNE, Alternatiba, ANV-COP21, Trivial Compost, Association Vélo Besançon...,) et la mobilisation sur le terrain des Gilets Jaunes qui ont une nouvelle fois démontré leur souci de l'intérêt général, bien loin des caricatures d'assoiffés de diesel, insensibles aux questions écologiques...

Difficile de ne pas repenser à la triste affaire de l'arrêté anti-mendicité, où il avait là aussi fallu toute la force d'une ample mobilisation citoyenne pour que les élu·es EELV dénoncent cette mesure honteuse, avec une semaine de retard.

Une fois de plus, nous les voyons se rallier, mais un peu tard, à une analyse de la situation que nous partagions avec les associations. Le diagnostic n'était pourtant pas très difficile à poser pour peu que l'on ait de quelques convictions éco-socialistes et une conscience aigüe de l'urgence climatique : préserver les jardins urbains, les espaces naturels, les zones humides et les espèces protégées qui y vivent, faire avec et pas contre les habitant·es !

A l'avenir, et pour leur éviter d'autres volte-faces acrobatiques, nous proposons donc aux élus EELV notre expertise bénévole sur les dossiers municipaux avant toute décision municipale. Nous saurons faire preuve de pédagogie.

Cécile Prudhomme, co-secrétaire locale d'EELV, déclare sur factuel.info, à propos des Vaîtes : « On était en train perdre notre âme. »

Sur le long de chemin de la rédemption qui les attend, nous ne pouvons que conseiller aux élu·es EELV de se garder des influences néfastes, en se détournant de l'économie de marché si chère à M. Jadot et en quittant au plus vite leurs postes d'adjoint·es d'un maire de droite. Il n'y a rien à attendre de M. Fousseret, dont la politique d'urbanisme se résume à cette citation d'Annie Cordy dans une chanson de 1953 : « Quand le bâtiment va, tout va ! ».

Oui, il l'a vraiment dit dans un reportage de France 3 sur l'urbanisme à Besançon !

Combien de fois faudra-t-il le répéter ? Face à la stupidité de l'ancien monde, la politique des petits pas n'est jamais à la hauteur de l'enjeu climatique ! Nous n'avons plus le temps de « faire moins pire » ! Nous devons sauver maintenant tout ce qui peut l'être !

Nous espérons que ce revirement d'EELV, correspond à une prise de conscience sincère et qu'il ne s'agit pas d'opportunisme politicien à l'approche des élections municipales.

Nous sommes plus que jamais disponibles pour rassembler toutes celles et tous ceux qui voudront inventer avec nous un grand programme de transition écologique, de relocalisation économique et de justice sociale pour Besançon. Notre mouvement est ouvert à tou·tes."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.07
légère pluie
le 16/04 à 9h00
Vent
5.42 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
85 %