Avez-vous déjà fait analyser vos cheveux au microscope ?

Publié le 17/03/2019 - 15:10
Mis à jour le 17/03/2019 - 16:20

Léa Bertrant, gérante et coiffeuse au salon de Thermes à Besançon, s'est lancée depuis le 8 février 2019 dans l'analyse du cheveu grâce à la "microscopie capillaire". Elle nous en parle…

Salon de Thermes, microscopie capillaire
© salon des thermes
PUBLICITÉ

« Je prélève trois ou quatre cheveux que je vais observer au microscope pour voir de quoi ils ont besoin », explique la gérante. « Je ne suis pas médecin, il n’y a rien de médical ».

Que peut-on voir grâce à la microscopie capillaire ?

« Je vais analyser le cuir chevelu pour voir s’il n’y a pas de problème pelliculaire. Le prélèvement des cheveux, lui, permet de voir les problèmes de chutes, la porosité, le surplus d’acide lactique, la déshydratation ».

La coiffeuse pourra, par cette analyse, « proposer une routine à effectuer à la maison« , nous précise-t-elle.

En salon, elle effectue les soins Thalasso (shampoing soin rapide où pose de plusieurs produits à base de boue accompagnés de massages et serviettes chaudes). Les produits qui sont proposés proviennent d’un laboratoire parisien (DSH application) avec lequel elle travaille.

Info +

Salon des Thermes, 9 rue de la Mouillère,  25000 Besançon

  • 03 81 80 59 57
  • Prix : formule 20 euros. Si achat de la cure, l’analyse est gratuite (la cure du shampoing –lotion à 57 euros à 100-135 euros).
  • Les clients repartent avec une fiche-conseil (notice explicative) avec le soin et le shampoing conseillé.
  • Horaires d’ouvertures : du mardi au vendredi : 9h – 12h / 14h – 18h et le samedi : 9h – 12h / 14h – 17
  • Facebook 

Allez plus loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Prime Macron : les salariés francs-comtois parmi les moins gâtés en France

L’Urssaf Franche-Comté dresse un premier bilan de la prime exceptionnelle versée par les entreprises en décembre 2018 et janvier 2019. 15,3 millions d’euros ont été versés à près de 32 000 salariés en Franche-Comté (soit 11,1 % des salariés et 53% des salariés des établissements versant la prime). Voici le détail...

GE Belfort : « Etudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l’emploi » (Le Maire)

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a affirmé ce vendredi 22 mars 2019 qu'il allait "étudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l'emploi" à Belfort, alors que les syndicats de l'usine General Electric (GE) s'inquiètent de l'annonce prochaine d'un vaste plan de suppressions de postes.

PSA « ne peut pas laisser tomber » le site d’Hérimoncourt, estime Le Maire

Le groupe automobile PSA "ne peut pas laisser tomber" son usine historique à Hérimoncourt (Doubs), menacée par un transfert d'activités vers Vesoul, et doit "trouver une nouvelle activité" pour les salariés du site, a estimé ce vendredi 22 mars 2019 le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Le prix de l’eau va-t-il augmenter dans ma commune et pourquoi ?

Thème : l'eau #2 • Du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2017, le prix de l'eau et de l'assainissement vont fluctuer dans le Grand Besançon selon les communes. Une harmonisation  pour arriver progressivement en 2028 et pour tous les habitants de l'agglomération à un prix  de 3,30 € TTC (hors inflation). Quel est le prix de l'eau dans les 73 communes du Grand Besançon. Va-t-il augmenter dans votre commune ? Pourquoi ?  Réponses.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.72
ciel dégagé
le 23/03 à 3h00
Vent
1.32 m/s
Pression
1029.88 hPa
Humidité
78 %

Sondage