Barbecue et voisinage : quelles sont les règles à connaître ?

Publié le 10/08/2023 - 09:17
Mis à jour le 13/08/2023 - 17:35

Fumées, risques d'incendie, odeurs... si le plaisir des barbecues reste toujours sur le top liste des vacances, cette habitude peut générer quelques désagréments pour le voisinage... Des règles que le Service public a tenu à rappeler. 

Que l'on habite une maison ou un appartement, il n'existe pas de restriction concernant l'utilisation d'un barbecue qui, si elle est occasionnelle, n'est pas considérée comme un trouble du voisinage.

Mais, l'utilisation peut être réglementée :

  • par le règlement de copropriété, de lotissement ou de location dont il convient de vérifier les clauses. Renseignez-vous auprès de votre syndic de copropriété ;
  • par un arrêté municipal ou préfectoral. À certaines périodes de l'année et particulièrement dans les régions à climat sec, les braises peuvent s'envoler et déclencher des départs de feu, le maire ou le préfet peut donc décider de prendre un arrêté pour interdire les barbecues dans toute la commune ou dans tout le département.

Certaines clauses ou certains arrêtés ne restreignent que l'usage des barbecues fonctionnant au charbon de bois et pas ceux fonctionnant au gaz ou à l'électricité, restreignent l'utilisation des barbecues sur les balcons ou sur les terrasses, d'autres le limitent à certaines plages horaires.

Se renseigner auprès de sa mairie pour savoir ce qu'il est possible ou non de faire.

Comment apporter la preuve d'un trouble anormal du voisinage ?

L'usage intensif sur de longues durées du barbecue peut constituer un « trouble anormal du voisinage ». Il faut alors démontrer les nuisances et les dommages causés (noircissement d'un mur, projection de cendres...).

Un « trouble anormal du voisinage » se définit par des nuisances qui excèdent les inconvénients normaux du voisinage. Pour le constater, la justice s'appuie sur plusieurs critères :

  • la fréquence du trouble et sa durée ;
  • son intensité ;
  • le moment auquel il se produit (le jour ou la nuit) ;
  • le lieu où il se produit (en zone urbaine ou rurale, en zone d'activité ou résidentielle) ;
  • le respect de la réglementation en vigueur.

La suite ?

Plusieurs solutions pour ce "trouble anormal" :

  • engager une démarche amiable avec votre voisin, verbalement, pour essayer de trouver un arrangement. Faute d'entente, adressez-lui par courrier recommandé une mise en demeure de déplacer son barbecue ou d'en limiter l'usage.
    Si votre courrier reste sans effet, faites appel à votre syndic (si vous habitez en copropriété) ou votre mairie pour faire respecter le règlement de copropriété ou l'arrêté municipal en vigueur.
    Sans résultat, faites intervenir un conciliateur de justice en lui adressant un courrier expliquant votre litige. Ce recours est gratuit. Cette démarche est obligatoire pour ensuite pouvoir demander des dommages-intérêts devant un tribunal.
  • engager une action en justice pour demander des dommages-intérêts.
    Au préalable, faites constater la nuisance que vous subissez par un huissier de justice ou bien recueillez des témoignages écrits d'autres voisins. Outre le "trouble anormal du voisinage", vous pouvez également invoquer le fait que vous ne pouvez plus profiter paisiblement de votre jardin ou de votre balcon. Cet argument s'appuie sur l'article 544 du code civil qui définit la propriété comme "le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue". Cette dernière solution est souvent longue et coûteuse.

Info +

Chaque commune a sa propre réglementation sur l'utilisation des barbecues sur les plages et dans les parcs et jardins publics. Renseignez-vous auprès de la mairie de la commune concernée.

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Grand Besançon Métropole confronté à la hausse des prix des assurances

Le marché de l’assurance des collectivités locales n’a beau représenter que 1% du chiffre d’affaires global annuel des assureurs français, celui-ci est devenu extrêmement contraint depuis trois ans et particulièrement en ce qui concerne l’assurance "dommages aux biens". Relativement préservé en comparaison avec d’autres collectivités, Grand Besançon Métropole n’est toutefois pas épargné par le phénomène de hausse des prix et doit faire voter, lors du prochain conseil communautaire, son nouveau contrat d’assurance qui a subi en moyenne une hausse de 60%. 

“La valorisation des déchets progresse en Bourgogne-Franche-Comté” selon l’Insee

Selon l'étude de l'Insee Analyses Bourgogne-Franche-Comté publiée en septembre 2023, le tri et la valorisation des déchets dans la région sont de "plus en plus performant". De 2010 à 2020, les ordures ménagères résiduelles ont diminué de 24% en Bourgogne-Franche-Comté. Pour cause, la tarification incitative, les 130 installations de traitement et les changements d'habitudes au quotidien. Une étude présentée par Thésée Sztrakoniczky, chargé d'étude statistique. 

Proposition d’un nouveau fonds de soutien pour les communes du Grand Besançon

Parmi les dossiers qui seront soumis au vote du prochain conseil communautaire de Grand Besançon Métropole prévu ce jeudi soir 28 septembre, les élus vont être amenés à se prononcer sur la création d’un Fonds de soutien aux équipements communaux ayant un rayonnement sur le bassin de vie.

Un bâtiment entièrement dédié au numérique à Planoise dès 2025

Ce mercredi 27 septembre, les élus de Grand Besançon Métropole (GBM) ont présenté quelques-uns des sujets qui seront soumis au vote du prochain conseil communautaire prévu ce jeudi 28 septembre à Besançon. Parmi ceux-ci, un futur bâtiment numérique qui s’inscrit dans le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) de Planoise qui verra le jour dans le secteur Île-de-France en 2025. 

La gendarmerie nationale proche de l’intelligence artificielle en Bourgogne-Franche-Comté

Vendredi 22 septembre à Dijon, plus de 80 représentants de communes de Côte d’Or se sont réunis pour une convention inédite, celle d'un partenariat entre l’Agence Régionale Numérique et de l’intelligence artificielle (ARNia) et la gendarmerie nationale. Objectif : lutter contre les cyberattaques et développer des actions de prévention dans le territoire.

Un repas solidaire à Besançon en soutien au peuple marocain

Le collectif bisontin de soutien au peuple marocain organise un repas solidaire le 29 septembre 2023 à 20h00 à la Malcombe de Besançon. Pour rappel, le tremblement de terre survenu dans la région de Marrakech au Maroc dans la nuit de vendredi 8 à samedi 9 septembre a fait près de 3.000 morts et plus de 5.000 blessés selon un bilan provisoire.

Garde d’enfant : l’UFC Que Choisir Doubs-Territoire de Belfort tire la sonnette d’alarme…

UFC Que Choisir Doubs-Territoire de Belfort a sorti une étude mettant en relief la problématique liée aux modes de garde dans la région. Entre inégalités territoriales, demande d’aides complexes ou encore manque de qualité des accueils dans les structures, les complications semblent s’accumuler… L’occasion pour l’association de proposer plusieurs solutions ce mois de septembre 2023.

Le mois de septembre, bientôt le “plus chaud jamais enregistré en France”

Cette dernière semaine de septembre 2023 devrait marquer un nouveau tournant dans le contexte climatique. Le mois de septembre devrait être le plus chaud, jamais enregistré en France. Des mots qui n'avaient pas été prononcés depuis 1949, date à laquelle s'établissait le dernier record. Selon Météo France, l'Hexagone a connu une succession de pics de chaleur avec des températures "anormalement élevées" durant le mois de septembre. Précisions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.87
partiellement nuageux
le 30/09 à 12h00
Vent
1.88 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
67 %