Belfort : Apsiis se positionne sur le nucléaire, avec le soutien des collectivités

Publié le 25/06/2021 - 08:45
Mis à jour le 25/06/2021 - 09:01

L'association Apsiis, fondée à Belfort par des syndicalistes de General Electric et des entrepreneurs locaux, a exposé ce jeudi 24 juin 2021 son ambition de devenir un acteur du marché des petits réacteurs nucléaires, une stratégie qui a reçu le soutien des collectivités locales.

"Les centrales SMR (Small modular reactor, petit réacteur modulaires, ndlr)doivent être commercialisées et conçues à Belfort", a estimé au cours d'une conférence de presse Philippe Petitcolin, figure syndicale du combat pour l'emploi à General Electric et co-fondateur de l'association de préfiguration de sociétés d'intégration et ingénierie systèmes (Apsiis).

Les SMR équipent aujourd'hui les porte-avions et les sous-marins nucléaires français. Selon Philippe Petitcolin, une demande existe, à l'internationale, pour construire, à partir de ces réacteurs, des centrales électriques nucléaires de taille plus modeste que celle actuellement en fonctionnement. "Soixante-douze projets dans le monde" ont déjà été référencés.

L'association, qui compte parmi ses adhérents EDF, Cap Gemini Engineering, ou encore l'Université de Technologie de Belfort Montbéliard, cherche à développer des activités industrielles afin de maintenir localement certaines compétences menacées par les suppressions d'emplois chez General Electric. Elle bénéficie pour cela du soutien des collectivités locales.

La région Bourgogne Franche-Comté a ainsi annoncé jeudi le vote d'une subvention de 100.000 euros, conditionnée à l'arrivée d'un investissement privé de valeur similaire. La Communauté d'agglomération du Grand Belfort a, elle, accordé une subvention de 32.000 euros à l'association. "Le soutien de la Région vise à répondre au désengagement progressif du groupe General Electric dans le Nord Franche-Comté. Cette aide va permettre de soutenir de nouvelles activités économiques afin de préserver des emplois et surtout les compétences en intégration", a déclaré dans un communiqué

Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté. Apsiis "est un outil de reconquête industrielle", a complété Arnaud Marthey, président de l'agence économique régionale.

À côté du nucléaire, l'association s'intéresse à l'hydrogène. Elle vient de nouer un accord avec Capgimini Engeneering, pour développer un logiciel de jumeau numérique, outil permettant de modéliser des projets industriels.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Lip 1950 – 1975 : une collection de 220 montres aux enchères

La vente, orchestrée par la commissaire-priseur Astrid Guillon se déroulera le samedi 27 novembre 2021 à 14h  à la maison de ventes sise au 3n rue de la liberté. Cette vente aux enchères de plus de 220 montres Lip dont une trentaine de chronographes, datant pour la majorité des années 1950 à 1975, sera également retransmise en direct sur Drouot Live.

Des skateurs bisontins lancent une production de skates made in Franche-Comté !

Sept skateurs fondateurs et membres de l'association déjà bien connue à Besançon Fragile se sont associés pour lancer leur propre production artisanale de planches de skate l'été dernier. Aujourd'hui, 118 skates ont été fabriqués par leur soin dans le petit garage de la maison des parents de l'un des leurs à Dannemarie-sur-Crête. Rencontre avec Jonathan, dit Jésus et Romain, dit La Fusée…

Un nouveau réfectoire et un internat prévu en 2023 sur le site du lycée Victor Hugo à Besançon

Coût : 13,24 M€ • La première pierre du bâtiment de restauration commun aux lycées Victor Hugo et Tristan Bernard de Besançon a été officiellement posée ce jeudi 14 octobre 2021 par Océane Charret-Godard, vice-présidente de la Région en charge des lycées, Jean Broyer, le proviseur de Victor-Hugo et Yannick Poujet, adjoint chargé du quartier de Planoise. Les travaux devraient se terminer à la rentrée 2023.

L'hôpital St Jacques ne sera finalement pas vendu à Vinci

Le conseil de surveillance de l'hôpital du CHRU de Besançon a eu connaissance ce jeudi 14 octobre 2021 de l'arrêt des négociations avec l'opérateur Adim Vinci pour la vente de l'hôpital Saint-Jacques. La direction précise que le projet de vente "perdure" et que le calendrier de la remontée des activités sur le site de Jean-Minjoz est bien maintenu pour la fin d'année 2024.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.14
couvert
le 19/10 à 12h00
Vent
2.48 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
62 %

Sondage