Besançon : elle bloque la circulation pour exprimer sa détresse face à la crise écologique

Publié le 31/10/2021 - 08:14
Mis à jour le 31/10/2021 - 07:12

Pour la deuxième fois à Besançon, une personne s’est assise sur la chaussée à Besançon afin de bloquer la circulation aux véhicules et exprimer sa détresse de manière silencieuse face aux conséquences du réchauffement climatique et à la crise écologique. Ce samedi 30 octobre, vers 15h, cette personne est restée immobile sous la pluie quai de Strasbourg.

A Besançon samedi 30 octobre. © Exctinction Rebellion
A Besançon samedi 30 octobre. © Exctinction Rebellion

Dans de nombreuses villes de France, à la suite de la publication du GIEC (publié le 9 août dernier) et à la veille de la COP 26, des citoyennes et citoyens ont choisi de s'asseoir, seuls, en bloquant des rues, des routes afin d'"exprimer leur peur et l'angoisse qu'elles ressentent face à l'inaction de notre gouvernement", rapporte l'association Exctinction Rebellion dans un communiqué.

A Besançon, la personne qui s'est immobilisée sur le quai de Strasbourg portait une pancarte où il était écrit un message personnel : "Pénurie d'eau, famines, je suis terrifiée par les conséquences du réchauffement climatique." Certains passants ont tenté de déplacer cette femme, sans succès. D'autres lui ont apporté leur soutien. Elle s'est finalement levée pour laisser passer un bus de ville conformément à ce qu'elle avait décidé en amont.

Ce type d'action s'est également déroulée à Paris, Bordeaux, Annecy, Toulouse, Lyon ou encore Limoges.

Exctinction Rebellion explique que cette action de désobéissance civile non violente "se veut un moyen d'alerter de l'ampleur du désastre climatique vers lequel nous nous dirigeons, alors même qu'aucune réponse politique sérieuse n'est envisagée."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Dernière ligne droite du programme « Plantons des haies ! » en Bourgogne Franche-Comté 

"Plantons des haies !", programme du plan France Relance engagé par l’État, entre dans sa dernière ligne droite cet été 2022. Ce programme du gouvernement soutient financièrement et administrativement les plantations en terres agricoles depuis juillet 2021. Les structures d’appui retenues pour faire partie du programme accompagnent techniquement les bénéficiaires dans la plantation des haies et d’arbres en intraparcellaires.

Bouchons sur l’autoroute des vacances : comment occuper les enfants dans la voiture ?

Bison Futé annoncé un samedi 30 juillet « noir » sur les routes en raison du fameux chassé-croisé entre les juilletistes et les aoûtiens. Il va falloir s’armer de patience dans les bouchons, ce qui n’est loin d’être facile… surtout quand on a des enfants à l’arrière impatients. Voici quelques conseils pour les occuper.

Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon dans un communiqué ce jeudi. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Besançon : souffrant d’un cancer, un artiste intermittent du spectacle se retrouve dans une faille juridique, sans aucun revenu

Stéphane M., un Bisontin de 47 ans, père de famille, artiste musicien au régime de l’intermittence du spectacle, vit depuis le mois d’avril dernier avec 0€ de revenu. En octobre 2021, les médecins lui diagnostiquent un cancer ce qui l’empêche d’exercer sa profession. Suite aux mesures sanitaires contre la Covid-19, une faille juridique ne lui permet plus de bénéficier d’indemnité. Nous l’avons rencontré dans sa chambre d’hôpital à Besançon mardi 26 juillet.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.63
légère pluie
le 14/08 à 18h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
94 %

Sondage