Besançon : le syndicat Sud-Santé CHU 25 appelle à la manifestation le 4 février 2021

Publié le 29/01/2021 - 15:31
Mis à jour le 29/01/2021 - 15:44

C'en est trop pour le syndicat Sud-Santé CHRU 25 qui s'insurge que l'on puisse toucher à la prime annuelle des agents de l'hôpital suite aux arrêts maladie liés à la Covid-19. Une manifestation est prévue le 4 février 2021 à 10h30 sur la place de la Révolution à Besançon.

© Hélène Loget ©
© Hélène Loget ©

Pour Sud-Santé 25, l'heure est à l'incompréhension. Selon le syndicat, les directeurs de structure qui ne voudraient pas toucher à la prime des agents (donc qui ne souhaiteraient pas pénaliser ceux qui ont été absents suite au Covid-19) seront "rappelés à l'ordre par la Chambre des Comptes" .

À l'opposé, le CHRU de Besançon a, selon Sud-Santé, décidé de retiré 1/140 du montant de la prime par jour d'absence. "La Direction générale du CHU de Besançon nous a donné cette explication : -"nous appliquons la loi et rien que la loi"-, rapporte le syndicat qui donne le chiffre de 322 agents contaminés à la Covid-19 pour les deux vagues.

Quelle pénalité ?

Pour chaque jour d'absence, la prime des agents est impactée à hauteur de 1/140, explique le syndicat. Pour être faire simple, au bout de 141 jours d'absence, ils ont une prime nulle.

"En moyenne, un agent qui a 25 ans d'ancienneté (et qui gagne 1800 euros nets par mois) reçoit environ 900 euros au mois de janvier et 900 euros au mois de mai", précise Sud-Santé 25. "C'est comme un 13e mois mais coupé en deux". Pour ceux qui ont dix ans d'ancienneté, "cette prime descend à deux fois 500 euros", nous précise-t-on. Si l’on compte 15 jours d'arrêt pour les personnes infectées par la Covid-19, cela revient à enlever 96 euros de prime annuelle.

  • Une manifestation est prévue le 4 février prochain Place de la Révolution à 10h30. Chaque participant sera vêtu de blanc.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : la vague monte « fortement » en Bourgogne-Franche-Comté

La circulation du virus s'est encore accélérée en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux d'incidence de 346 cas pour 1000.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté. Le Jura est le troisième département de France le plus touché par la cinquième vague et les conséquences commentent à peser sur le système de santé. L'agence régionale de santé enjoint la population à renouer avec les gestes barrières.

Covid-19 : huit cas d’Omicron relevés, Delta ne relâche pas la pression

Le nombre de cas d'infections au variant Omicron détecté en France se monte désormais à huit dont un dans le Haut-Rhin, selon le dernier bilan actualisé de l'agence sanitaire Santé publique France. Mais la menace actuelle reste le variant Delta avec des contaminations qui s'envolent. Un conseil de défense sanitaire est programmé lundi.

Covid-19 : les derniers indicateurs ne sont pas bons (non plus) en Bourgogne-Franche-Comté

Le taux d'incidence dépasse désormais les 300 cas pour 100.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux de positivité des tests désormais à 6 %. Le Jura connaît toujours le taux d'incidence le plus élevé (448 cas pour 100.000 habitants) devant le Doubs (375) et le Territoire de Belfort (315). Les hospitalisations sont aussi en augmentation.

Omicron : les personnes vulnérables non vaccinées doivent éviter de voyager

lors que le nouveau variant Omicron suscite toutes les inquiétudes, l’Organisation mondiale de la santé a dévoilé de nouvelles recommandations, mardi 30 novembre. Les personnes à risque non vaccinées contre le Covid-19, y compris les plus de 60 ans ou celles ayant des comorbidités (maladie cardiaque, cancer et diabète), doivent éviter de voyager dans les zones où la transmission locale du coronavirus existe.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.6
couvert
le 06/12 à 6h00
Vent
0.22 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
100 %

Sondage