Blocage du CA de l'Université de Franche-Comté : "une épée de Damoclès plane au-dessus des étudiants"

Publié le 06/04/2017 - 14:59
Mis à jour le 07/04/2017 - 08:42

L'intersyndicale universitaire CGT-FO-FSU-SUD ainsi que l'AMEB et l'UNEF ont reçu Jacques Bahi, président de l'Université de Franche-Comté ce mercredi 5 avril 201. Objectif : connaître les éventuelles poursuites judiciaires, mais aussi devant les instances disciplinaires de l'université envers les personnes qui ont été gardées à vue suite au blocage du conseil d'administration de l'Université survenu le 14 février dernier. 

1-dsc_8905.jpg
1-dsc_8905.jpg
PUBLICITÉ

"Aucune réponse ferme n'a été donnée suite à nos demandes", nous déclare les membres du comité de soutien "aux gardé-e-s à vue" intersyndicale et interprofessionnel. "Nous n'avons aucune information sur les suites" de cette affaire, "personne ne nous dit rien, ni du côté de l'université, ni du parquet". "Le président dit ne rien savoir" sur les poursuites judiciaires après neuf plaintes déposées contre les militants qui ont interrompu le conseil d'administration le 14 février. 

Le temps presse… 

Sur les éventuelles poursuites des étudiant-e-s devant les instances disciplinaires de l'université, "aucune réponse" n'a non plus été donnée. Il semblerait que Jacques Bahi poursuive son "tour de table" pour obtenir toutes les informations et prendre une décision. Mais le temps presse pour les étudiant-es : les cours à l'université vont très bientôt s'arrêter, les examens vont commencer… "On a peur que des décisions judiciaires et de l'université tombent pendant les vacances alors que plus personne ne pourra y répondre", souligne Noelle Ledeur de l'Union syndicale Solidaires. 

"On craint de retourner en cours" 

Une étudiante ayant participé à l'action du 14 février évoque un quotidien "invivable" depuis ce jour. "On craint de retourner en cours : on est considérés comme des criminels. On a été jugés coupables dès le départ et tant que la vérité ne sera pas rétablie, ce sera invivable. Nous sommes en droit d'obtenir des réponses. Nous sommes innocents", nous confie-t-elle. Noelle Ledeur ajoute que "les accusations pour lesquels il y a eu des dépôts de plainte – séquestration, violences – sont graves. Tant que la vérité ne sera pas reconnue, ces étudiants seront vus comme des délinquants, des voyous, capables de séquestration." 

"Les violences ne s'arrêtent pas après la garde à vue"

Le 14 février, 17 personnes ont été placées en garde à vue pendant 24 heures, deux autres y sont restées 45 heures. "Il y a eu des violences psychologiques et physiques sur ces étudiants", précise Noelle Ledeur, "il y a également eu trois personnes du conseil d'administration qui ont vécu l'action militante comme quelque chose de violent, ça, on veut bien l'accepter". Mais quelques étudiants qui ont été en garde à vue le 14 février nous expliquent que "les violences psychologiques ne s'arrêtent pas à la garde à vue : il y en a qui n'en dorment toujours pas, d'autres font encore des crises d'angoisse". 

"Il y a cette épée de Damoclès qui pèse au-dessus de ces jeunes"

L'un des membres du comité l'affirme et le confirme : "nous n'avons jamais été fermés au dialogue". Et d'ajouter : "il y a un déficit de dialogue social avec l'université. Le temps est long pour trouver des solutions rapides. Il y a cette épée de Damoclès qui pèse au-dessus de ces jeunes. On est interloqué parce qu'il y a 0 réponse", s'insurge-t-il.

Les membres du comité dénoncent enfin "une réaction disproportionnée" lors de l'intervention des forces de l'ordre pour l'évacuation des locaux de l'université. "Cette action militante était vraiment d'interpeller la présidence de l'université sur l'avenir des étudiants en master, c'était anodin", nous explique un membre du comité, "ça aurait pu se passer à La Poste, à la SNCF, ou dans une boîte privée…"

 Info +

Les syndicats interprofessionnels sont convoqués en fin de semaine prochaine "d'après ce qu'on a compris", précisent les membres du comité de soutien. Des réponses devraient être apportées à ce moment-là. En tous cas, c'est ce qu'espèrent les étudiant-es concerné-es ainsi que le comité de soutien et les syndicats : "Être dans le flou, ça heurte".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

blocage université février 2017

« 14 février 2017, on n’oublie pas » : les mots marqués au sol par les étudiants devant le tribunal de Besançon

« 14 février 2017, on n’oublie pas » : les mots marqués au sol par les étudiants devant le tribunal de Besançon

Une soixantaine d'étudiants s'est retrouvée ce 8 mars 2018 à 9h00 devant le Tribunal de Grande Instance de Besançon pour attendre la sortie des étudiants convoqués suite à l'interruption du conseil d'administration de l'université Franche-Comté le 14 février 2017. Ils protestaient contre la sélection en master. Les forces de l'ordre étaient intervenues et avaient expulsé les étudiants. Certains avaient été placés en garde à vue.

Blocage du CA de l’Université de Franche-Comté en 2017 : les 19 étudiants réfutent l’ensemble des chefs d’accusation

Blocage du CA de l’Université de Franche-Comté en 2017 : les 19 étudiants réfutent l’ensemble des chefs d’accusation

Le 14 février 2017, 19 étudiants avaient perturbé le conseil d'administration du l'Université de Franche-Comté qui se déroulait au siège à Besançon. La police était intervenue avec force pour les expulser. Plusieurs étudiants avaient été placés en garde à vue. Un an plus tard, dans un communiqué du 6 mars 2018, les jeunes réfutent l'ensemble des chefs d'accusation portés contre eux et organisent un rassemblement jeudi 8 mars.

CA de l’Université de Franche-Comté : une volonté de « renouer le dialogue » semble se dessiner…

CA de l’Université de Franche-Comté : une volonté de « renouer le dialogue » semble se dessiner…

Un nouveau conseil d'administration de l'Université de Franche-Comté s'est déroulé lundi 27 février 2017 au Rectorat à Besançon, suite au blocage du dernier conseil le 14 février dernier. Les représentants syndicaux ont exprimé leurs revendications à travers un discours lu au président de l'université Jacques Bahi. 

Blocages du CA de l’Université de Franche-Comté : « On est envahi violemment, ils sont tre?s nerveux »

Blocages du CA de l’Université de Franche-Comté : « On est envahi violemment, ils sont tre?s nerveux »

Si l'intersyndicale dénonce des "violences policières" et une "ambiance calme" le 14 février 2017 au siège de l'Université de Franche-Comté lors du CA sur l'accès aux masters, l'université parle d'"événements graves" et de violences de la part des 19 étudiants qui sont intervenus...

Blocage du CA de l’Université de Franche-Comté : « J’ai trouvé l’interpellation choquante »

Blocage du CA de l’Université de Franche-Comté : « J’ai trouvé l’interpellation choquante »

Suite au blocage du conseil d'administration au siège de l'Université de Franche-Comté à Besançon mardi 14 février 2017, de nombreuses accusations ont été diffusées tout azimut. Un témoignage démonte les "violences physiques" qui auraient été faites en vers les membres du CA. Les syndicats organisent un rassemblement pacifique lors du prochain CA le 27 février au Rectorat à Besançon. 

Dans la catégorie

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

Plus de 80 offres centrées sur l'emploi et l'insertion du bassin Grand Besançon sont disponibles depuis le 15 octobre 2019 sur le site internet de la Boussole des jeunes :    https://boussole.jeunes.gouv.fr/. 18 partenaires participent à cette action (Région, Département, CAF, Rectorat, CIRFA, MFR…)

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Le ministre de l'Éducation nationale est en visite dans le Doubs lundi 7 octobre 2019. Il s'est rendu à l'école primaire Bourgogne dans le quartier Planoise de Besançon à 9h30. Après un accueil en musique, il devrait échanger autour d'une table ronde avec les enseignants sur le dédoublement des classes de CP et CE1 et l’école inclusive.

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Les SNUipp-FSu du Doubs rejoint par le SE-UNSA et Sud éducation appellent les enseignant.es du premier degré à la grève et à se rassembler jeudi 3 octobre 2019 à Besançon, Montbéliard et Pontarlier pour rendre hommage à Christine Renon, une directrice d'école à Pantin (Seine-Saint-Denis) qui a mis fin à ses jours le 21 septembre dernier.

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Cadre de vie, offre de formations, coût du logement, transport, accueil des étudiants : le Magazine l'Étudiant vient de dévoiler son classement 2019-2020 de 44 villes étudiantes en France sur la base de 16 indicateurs regroupés en cinq critères :  attractivité, formation, vie étudiante, cadre de vie et emploi. En 19e position, Besançon grimpe de deux places au classement.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.4
nuageux
le 23/10 à 0h00
Vent
1.53 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
95 %

Sondage