Séquestration lors du CA de l'université : deux gardes à vue prolongées

Publié le 15/02/2017 - 18:19
Mis à jour le 15/02/2017 - 18:42

Sur les 19 personnes interpellées suite à la séquestration des membres du conseil d'administration de l'université de Franche-Comté ce mardi 14 février 2017 en début d'après-midi à Besançon, deux gardes à vue ont été prolongées.

 ©
©

Le parquet de Besançon a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire pour « séquestration, violence, rébellion et outrage » après l'entrée en force d'une vingtaine d'étudiants au siège de l'université de Franche-Comté (voir nos articles ci-dessous).

Lors d'une conférence de presse, le directeur départemental de la sécurité publique, Benoit Desferet, a précisé que sur les 19 personnes placées en garde à vue, environ la moitié sont des étudiants et l'autre moitié sont issues des mouvements d'extrême gauche. 17 ont été relâchés ce mercredi 15 février 2017 dans l'après-midi. Deux autres sont toujours en garde à vue, notamment pour séquestration, rébellion et violences volontaires à l'encontre des membres du CA, d’un policier et d'un personnel de l’université qui avait tenté d'empêcher le groupe de rentrer. Ce dernier a été légèrement blessé à la main, a précisé la procureure de la République Edwige Roux-Morizot.

 "Aucun membre du CA n'a réussi à sortir" a expliqué Benoit Desferet en précisant que la salle du conseil avait été barricadée de chaises. "Certaines personnes étaient choquées…" Six personnes ont actuellement déposé des plaintes au commissariat de Besançon. « De manière général on ne s'y prend pas comme ça quand on veut discuter tranquillement… », a réitéré la procureure de la République pour justifier l'intervention de la police.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

blocage université février 2017

« 14 février 2017, on n’oublie pas » : les mots marqués au sol par les étudiants devant le tribunal de Besançon

Une soixantaine d'étudiants s'est retrouvée ce 8 mars 2018 à 9h00 devant le Tribunal de Grande Instance de Besançon pour attendre la sortie des étudiants convoqués suite à l'interruption du conseil d'administration de l'université Franche-Comté le 14 février 2017. Ils protestaient contre la sélection en master. Les forces de l'ordre étaient intervenues et avaient expulsé les étudiants. Certains avaient été placés en garde à vue.

Blocage du CA de l’Université de Franche-Comté en 2017 : les 19 étudiants réfutent l’ensemble des chefs d’accusation

Le 14 février 2017, 19 étudiants avaient perturbé le conseil d'administration du l'Université de Franche-Comté qui se déroulait au siège à Besançon. La police était intervenue avec force pour les expulser. Plusieurs étudiants avaient été placés en garde à vue. Un an plus tard, dans un communiqué du 6 mars 2018, les jeunes réfutent l'ensemble des chefs d'accusation portés contre eux et organisent un rassemblement jeudi 8 mars.

Blocage du CA de l’Université de Franche-Comté : « une épée de Damoclès plane au-dessus des étudiants »

L'intersyndicale universitaire CGT-FO-FSU-SUD ainsi que l'AMEB et l'UNEF ont reçu Jacques Bahi, président de l'Université de Franche-Comté ce mercredi 5 avril 201. Objectif : connaître les éventuelles poursuites judiciaires, mais aussi devant les instances disciplinaires de l'université envers les personnes qui ont été gardées à vue suite au blocage du conseil d'administration de l'Université survenu le 14 février dernier. 

CA de l’Université de Franche-Comté : une volonté de « renouer le dialogue » semble se dessiner…

Un nouveau conseil d'administration de l'Université de Franche-Comté s'est déroulé lundi 27 février 2017 au Rectorat à Besançon, suite au blocage du dernier conseil le 14 février dernier. Les représentants syndicaux ont exprimé leurs revendications à travers un discours lu au président de l'université Jacques Bahi. 

Blocages du CA de l’Université de Franche-Comté : « On est envahi violemment, ils sont tre?s nerveux »

Si l'intersyndicale dénonce des "violences policières" et une "ambiance calme" le 14 février 2017 au siège de l'Université de Franche-Comté lors du CA sur l'accès aux masters, l'université parle d'"événements graves" et de violences de la part des 19 étudiants qui sont intervenus...

Blocage du CA de l’Université de Franche-Comté : « J’ai trouvé l’interpellation choquante »

Suite au blocage du conseil d'administration au siège de l'Université de Franche-Comté à Besançon mardi 14 février 2017, de nombreuses accusations ont été diffusées tout azimut. Un témoignage démonte les "violences physiques" qui auraient été faites en vers les membres du CA. Les syndicats organisent un rassemblement pacifique lors du prochain CA le 27 février au Rectorat à Besançon

Justice

Incendie à la fourrière municipale en 2019 : 7 personnes mises en examen dont une toujours en fuite

Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a convié la presse ce mardi 14 septembre afin de faire le point sur l'affaire de l'incendie volontaire commis au préjudice de la fourrière municipale de Besançon le 31 décembre 2019. Il a annoncé que l'enquête était close et qu'il avait requis le renvoi devant la justice de sept suspects.

Ambulancier poignardé à Besançon : les premiers résultats de l’enquête

Le procureur de la République de Besançon est revenu ce lundi 30 août 2021 sur l'homicide de Moussa Dieng, poignardé samedi matin par un homme de 40 ans connu pour des troubles psychiatriques. Une information judiciaire a été ouverte lundi pour "homicide volontaire" et "tentative d'homicide". Le procureur a requis la mise en examen du suspect, qui doit être prononcée dans un délai de 10 jours.

Meurtre à Plancher-Bas : trois hommes en garde à vue

Mise à jour • Trois hommes ont été placés en garde à vue jeudi après la découverte, mercredi soir en Haute-Saône, du corps d'un jeune homme de 19 ans atteint de multiples coups de couteau, a annoncé le parquet de Vesoul. Il s'agit du compagnon de la victime, un homme de 33 ans domicilié dans le Doubs et qui a donné l'alerte après le meurtre, et deux autres hommes de la région, âgés de 18 et 23 ans.

Jugé irresponsable pour la deuxième fois de meurtre

La Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Dijon a jugé mercredi pénalement irresponsable un homme soupçonné d'avoir tué son père et sa grand-mère, après l'avoir déjà déclaré irresponsable du meurtre de sa mère cinq ans plus tôt, a-t-on appris auprès du parquet général.  

Nouvelles mesures de suspension pour les centres Proxidentaire à Chevigny-Saint-Sauveur et Belfort

"Compte tenu de la gravité des manquements à la qualité et à la sécurité des soins" constatés dans les centres Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur et de Belfort, l'ARS Bourgogne Franche-Comté prend de nouvelles mesures de suspension à compter du 26 juillet 2021, a-t-on appris dans un communiqué.

Occupation d’un appartement par des mineurs isolés : Solmiré assignée au tribunal administratif de Besançon

Depuis avril 2021, Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) occupe un logement bisontin pour héberger des mineurs étrangers isolés. L'association est assignée au tribunal administratif par les Voies navigables de France (VNF), gestionnaire du bâtiment, ce mardi 27 juillet à 11 heures.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.7
couvert
le 20/09 à 0h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
100 %

Sondage