La Bourgogne-Franche-Comté est une des premières régions à signer le Contrat de plan État-Région 2021-2027

Publié le 24/02/2022 - 08:01
Mis à jour le 24/02/2022 - 10:22

Le Contrat de plan État-Région (CPER) 2021-2027 est le premier conclu à l’échelle de la région Bourgogne-Franche-Comté. Il a pour objectif d’apporter une réponse aux enjeux partagés par l’État et la Région, notamment dans les domaines de l’aménagement équilibré et de l’attractivité du territoire, des transitions économique, énergétique et écologique, ainsi que de l’équité sociale.

 © D Poirier
© D Poirier

La région Bourgogne-Franche-Comté est l’une des premières régions françaises à officialiser la signature du CPER 2021-2027.  Négocié entre l’État et la Région, en lien avec les territoires infra-régionaux, ce contrat comporte deux types d’engagement. 

Le socle en est constitué par un montant de crédits contractualisés, de près de 680 M€, dont l’essentiel porte sur 3 grandes thématiques : 

  • La transition écologique et énergétique pour un total de 230 M€, avec le développement des énergies renouvelables, l’économie circulaire, la biodiversité et l’eau ;
  • La cohésion des territoires, d’un montant de 225 M€ dédié au soutien des projets des collectivités ;
  • L’enseignement supérieur et la recherche, vecteur d’attractivité du territoire, pour lequel un effort significatif a été réalisé avec des crédits contractualisés à hauteur de 129 M€, en hausse de l’ordre de 40 % par rapport au CPER précédent.

D’autres thématiques telles que la culture et le patrimoine, le numérique, l’emploi et la formation, l’économie sociale et solidaire, le sport et l’égalité femmes-hommes font également l’objet de crédits contractualisés.

Ce socle de crédits contractualisés représente un engagement par habitant de 245 €. 

En complément de ces thématiques contractualisées, ce CPER mentionne également des crédits dits "valorisés" de l’État et de ses opérateurs d’une part, de la Région d’autre part, contribuant aux ambitions partenariales partagées à travers d’autres dispositifs déjà en place sur 7 grandes thématiques (transitions écologique et énergétique, numérique, emploi-formation, développement économique, santé, politique de la ville et rénovation urbaine, mobilité multimodale). Ces crédits valorisés, à hauteur de 828 M€, s’inscrivent donc également au bénéfice de l’ensemble des acteurs de la région Bourgogne Franche-Comté. Ils représentent un effort conjoint de l’État et de la Région de plus de 297 € par habitant. 

La Région rappelle que ce CPER a vocation à être complété à partir de 2023 par un volet mobilité multimodale, à construire selon les orientations attendues du gouvernement. 

Infos +

Ce Contrat de Plan État-Région 2021-2027, dont l’élaboration a été initiée dès 2019, tient par ailleurs compte du contexte de la crise sanitaire et de ses impacts économiques. Il prolonge ainsi et englobe l’accord de relance État-Région signé le 5 février 2021 en présence de la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. Cet accord, de plus de 1,2 milliard d’euros, avait pour objet l’accélération des investissements sur les années 2021 et 2022 pour soutenir l’activité économique et initier un changement de modèle centré sur les transitions ; il a constitué la première pierre angulaire du nouveau contrat de plan. 

Globalement, sur la période 2021-2027, c’est donc une mobilisation d’un niveau d’investissement inédit de 2,7 milliards d’euros dont l’État et la Région sont convenus, en articulation avec les partenaires, au bénéfice la Bourgogne-Franche-Comté. 

Si les crédits du CPER et de l’accord de relance ne résument pas à eux seuls les politiques volontaristes portées par l’État et la Région, ils illustrent l’engagement conjoint en faveur du maintien dans la durée d’un niveau d’investissement et d’ambition élevé pour conforter la compétitivité, l’attractivité, l’équilibre et la cohésion de l’ensemble du territoire de la région. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

Bourgogne Franche-Comté : 3 millions d’euros pour soutenir les boulangeries et les boucheries

CRISE ÉNERGÉTIQUE • En raison de crise énergétique qui sévit actuellement en France comme dans de nombreux pays européens, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté a annoncé mercredi 25 janvier un coup de pouce pour soutenir les boulangeries-pâtisseries et les boucheries-charcuteries à hauteur de 3 millions d’euros.

Région Bourgogne Franche-Comté : un budget à 2 milliards d’euros pour 2023

La présidente de Région, Marie-Guite Dufay, a réuni les élus du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en session plénière mercredi 25 et jeudi 26 janvier 2023. Principal dossier à l’ordre du jour de l’assemblée : le vote du budget régional 2023 d’un montant de 1,967 milliard d’euros (hors gestion active de la dette) dont plus de 1,6 milliard d’euros est dédié au financement des politiques publiques, soit plus de 81 % du budget régional.

La Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté réaffirme ses ambitions pour 2023

Dans un contexte économique peu engageant, la Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté (BP BFC) a tenu une conférence de presse présidée par son directeur général Jean-Paul Julia, afin de dresser le bilan de l’année écoulée et de faire le point sur les ambitions portées par la banque en 2023. 

Bourgogne Franche-Comté : la filière automobile, un secteur encore perturbé en 2022

ÉTUDE INSEE • À la mi-2022, les 370 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté employaient 38.530 salariés et 5.540 intérimaires. Malgré une reprise en 2021, cette filière reste perturbée en 2022 par le contexte économique et les mutations en cours du secteur. L’emploi salarié est en baisse sur un an, avec davantage de départs que d’embauches.

Prêt : un ajustement mensuel pour mieux " lisser " les relèvements du taux d’usure dès février

Les taux de l’usure sont, selon la loi, calculés à partir des données collectées sur les taux de crédit au cours du trimestre précédent, comme les 4/3 des taux moyens pratiqués. Ces dispositions permettent de protéger les emprunteurs de taux excessifs et de préserver ainsi un large accès au crédit. La Banque de France, à titre exceptionnel pendant la période de plus forte remontée des taux, propose un ajustement technique pour mieux "lisser" les relèvements du taux de l’usure à partir du 1er février 2023.

Nouveau resto, nouveaux dinos… Le Dino Zoo entre dans une nouvelle ère

Après une saison 2022 record avec 134.200 visiteurs, le parc Dino-Zoo à Étalans et ses célèbres dinosaures vont faire écaille neuve en 2023. Un chantier d’envergure et des investissements conséquents qui vont permettre au célèbre parc du Doubs, d’entrer dans une nouvelle ère et de rivaliser avec les grands sites touristiques nationaux…

Rejets dans les milieux naturels : dans le Doubs, 9 fromageries sur 10 respectent désormais la réglementation

Annoncé et signé à l’automne 2022, à l’initiative de Jean-François Colombet, préfet du Doubs, et de Christine Bouquin, présidente du conseil départemental du Doubs, le plan rivières karstiques 2022 - 2027 est une démarche de reconquête de la qualité de l’eau des rivières du Doubs, regroupant l’ensemble des partenaires publics du département.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -1.59
peu nuageux
le 29/01 à 0h00
Vent
2.63 m/s
Pression
1028 hPa
Humidité
96 %