Bretagne : il part en transhumance avec ses vaches pour rejoindre sa compagne enceinte

Publié le 22/11/2017 - 07:30
Mis à jour le 22/11/2017 - 09:56

Plus de 130 km le long des chemins de Bretagne en compagnie de neuf vaches de race pie noir... Hadrien Retailleau, jeune éleveur, effectue actuellement une transhumance pour rejoindre sa bien-aimée, Bleuenn, enceinte de trois mois.

PUBLICITÉ

Il y a Fripouille, la meneuse, Brindille, la doyenne, Luzerne, Nevezhanv ou encore Nerzhus. Cinq vaches et quatre veaux avec lesquels Hadrien Retailleau a quitté à pied, le 14 novembre dernier, sa ferme de Trémargat (Côtes-d’Armor) en direction de Plabennec (Finistère), où est installée sa compagne. « J’avais envie d’un beau voyage avant de me poser pour de bon », confie le jeune homme de 28 ans à l’AFP, joint par téléphone, depuis Saint-Thégonnec, dans les Monts d’Arrée.

Accompagné d’amis et de proches, il s’est donné deux semaines pour accomplir son périple, à raison d’une dizaine de kilomètres par jour. « Les vaches ne sont pas forcément habituées à marcher, mais elles suivent bien et n’ont pas peur de la circulation », assure-t-il.

La caravane a reçu depuis le début de son parcours, minutieusement préparé à l’avance, un accueil chaleureux et amusé. Certains curieux, alertés par la presse locale, se sont même spontanément joints au groupe, qui dort chaque nuit dans un grand tipi.

Devenu éleveur après avoir obtenu un master en langue arabe, Hadrien Retailleau avait rejoint il y a un peu plus d’un an le village alternatif de Trémargat, laboratoire écologique et social. « Un modèle à l’opposé de ce qui m’attend à Plabennec, où a fleuri dans la deuxième moitié du 20ème siècle l’élevage industrialisé et productiviste », souligne-t-il.

Aux côtés de Bleuenn, paysanne boulangère rencontrée il y a trois ans lors d’une formation, le futur papa compte se lancer dans la production de fromage bio une fois que ses vaches pie noir auront goûté à un repos bien mérité.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Jardiniers, avez-vous vu la courtilière ?

Avec sa morphologie pour le moins déroutante et sa taille imposante, la courtilière peut en impressionner plus d’un ! Et pourtant, cet insecte étonnant est en réalité totalement inoffensif. On la trouve dans les jardins et cultures au sol meuble ainsi qu’aux abords de zones humides...le conservatoire botanique a besoin des jardiniers pour recenser l'espèce en Bourgogne-Franche-Comté !

Comment arrive-t-on à détecter les différents pollens dans l’air ?

Thème de la semaine : le printemps #2 • Tous les vendredis, Atmo Bourgogne Franche-Comté diffuse son bulletin de surveillance des pollens. Comment capte-t-on les pollens ?  comment sont-ils différenciés ? Comment fonctionne le capteur installé à Besançon ? Réponses.

Neige collante et chutes de branches : 5.000 foyers toujours privés d’électricité dans le Doubs et le Jura

jusqu'à 6.500 clients impactés • En raison des chutes de neige collante dans la nuit de mercredi à jeudi et dans la matinée et  les chutes de branches entraînant les fils électriques à terre , les équipes d'Enedis sont à pied d'œuvre pour rétablir l'électricité dans le Doubs et le Jura. Retour normal prévu dans la soirée.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 12.92
ciel dégagé
le 20/04 à 21h00
Vent
2.49 m/s
Pression
1022.316 hPa
Humidité
78 %

Sondage