Cahuzac : Charles de Courson persiste et signe sur la mise en cause de Pierre Moscovici

Publié le 25/07/2013 - 15:10
Mis à jour le 16/04/2019 - 13:37

Le président de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac, Charles de Courson, a répondu par courrier à Pierre Moscovici en persistant dans sa mise en cause de l'action du ministre de l'Économie dans ce dossier.

pierre_moscovici_avril_2013.jpg
Pierre Moscovici ©roman
PUBLICITÉ

Taxé « d’incompétence » par le député UDI de la Marne, Pierre Moscovici lui avait répondu vendredi dans une lettre ouverte en l’accusant de ne pas chercher à établir la vérité dans ce dossier mais à défendre une thèse
politique. « De tels propos sont étonnants de la part d’un ministre qui n’est plus membre du Parlement et qui  s’autoproclame innocent de tous les reproches qui lui sont adressés! La commission d’enquête appréciera », écrit le président de la Commission d’enquête dans un courrier de quatre pages adressé au ministre de l’Économie et aux membres de la commission.

Oui, affirme-t-il, « la saisine des autorités fiscales suisses a constitué une erreur dont la responsabilité vous incombe, car elle a accrédité la théorie de l’innocence de Jérôme Cahuzac et constitué une tentative de
tromperie du peuple français ». « Était-ce à votre corps défendant. L’enquête judiciaire nous éclairera sur ce point », glisse le député au terme d’un long
argumentaire.

« Je maintiens mes propos selon lesquels +telle qu’elle était rédigée, la lettre de la demande d’entraide administrative adressée à la Suisse (concernant la banque l’UBS), ne pouvait qu’avoir une réponse négative », écrit notamment le député. Il souligne que « les spécialistes de la fraude fiscale internationale auditionnés par la commission d’enquête ont rappelé que l’utilisation des montages financiers de plus en plus sophistiqués rendait largement inopérant la convention d’entraide franco-suisse ».

« Je maintiens que le fait de saisir l’administration fiscale suisse, postérieurement à l’ouverture d’une enquête préliminaire est +sans précédent+ », poursuit M. de Courson en se fondant sur un courrier de la garde des Sceaux Christiane Taubira qui expliquait ne pas « avoir trouvé trace de dossiers judiciaires » où le ministère public aurait été « informé d’une demande de renseignement adressée à des administrations fiscales étrangères » dont celle de la Suisse.

Sur le point sensible de la réunion à l’Elysée du 16 janvier, à laquelle participaient le Président Hollande, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac, M. de Courson s’étonne de la version du ministre de l’Économie selon laquelle le président aurait lui-même informé M. Cahuzac de la demande administrative d’entraide avec la Suisse sur son compte alors que « l’engagement d’une telle procédure ne relève pas » de ses « compétences constitutionnelles ».

Le député conteste également le fait que Jérôme Cahuzac, comme l’affirme M. Moscovici, n’ait pas été associé au processus de rédaction de la demande d’entraide en rappelant que le ministre de l’Économie avait lui-même déclaré devant la commission que son collègue du budget s’était « montré serein et, dans l’hypothèse où la demande se produirait, a demandé qu’elle couvre une période plus large ; nous y avons veillé… ».

Pour Charles de Courson, la « muraille de Chine » qui devait être érigée autour de Jérôme Cahuzac après les révélations sur son compte caché, n’a pas été respectée. Le député UDI évoque enfin dans son courrier ce qu’il désigne par les « mauvais conseils » de la direction générale des finances publiques (DGFI) à son ministre de tutelle et les dysfonctionnements des services fiscaux d’Aquitaine après des alertes en 2001 et 2008 sur l’existence du compte suisse de Jérôme Cahuzac « Vous estimez que la commission n’a pas à établir des faits antérieurs à la période pour laquelle elle est compétente » mais « ce n’est pas à un membre du
pouvoir exécutif de donner des instructions au pouvoir législatif », s’élève le parlementaire qui se dit « libre de ses propos ».

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le ministère du Travail a publié dimanche 28 juillet 2019 au Journal officiel le décret mettant en oeuvre la réforme vaste et controversée de l'assurance chômage annoncée le 18 juin. Ce texte de six articles comprend surtout une annexe de 190 pages qui constitue le nouveau règlement de l'assurance chômage. Par ailleurs, une expérimentation est prévue en Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire "d'un journal de la recherche d'emploi" tenu par les chômeurs.  

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a assuré l'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort de son "engagement total pour garantir la pérennité du site industriel", marqué par un plan de suppression d'un millier d'emplois, dans un courrier obtenu ce vendredi 26 juillet 2019 par l'AFP.

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

Au terme d'une longue gestation, l'accouchement débute ce mercredi 24 juillet 2019 avant le faire-part de naissance dans quelques mois : la première grande réforme sociétale du quinquennat Macron, l'extension de la PMA à toutes les femmes, est présentée en Conseil des ministres avant son examen à l'Assemblée à la rentrée.

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Après des débats musclés, l'Assemblée s'apprête à voter ce mardi 23 juillet vers 16h15 la ratification du controversé traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta), "positif" pour l'économie française selon ses défenseurs, mais porteur de "risques" environnementaux et sanitaires d'après ses opposants.

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

A la veille du vote à l'Assemblée nationale sur le traité de libre-échange UE-Canada (Ceta), Nicolas Hulot a exhorté lundi 22 juillet 2019  les parlementaires à voter contre cet accord qui risque à ses yeux d'ouvrir la porte à des substances dangereuses via un abaissement des normes sanitaires.

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

"Liste Utinam" • Le régionaliste a tenu une conférence de presse jeudi 18 juillet 2019 afin de faire connaître sa candidature officielle pour l'élection municipale de mars 2020à Besançon. Jean-Philippe Allenbach dit avoir déjà au moins une vingtaine de noms sur sa liste et dévoile les propositions que les autres candidats " ne pourront pas lui prendre". 

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.53
nuageux
le 18/08 à 0h00
Vent
1.47 m/s
Pression
1012.58 hPa
Humidité
81 %

Sondage