Carte scolaire dans le Doubs : la FSU vote contre !

Publié le 20/02/2017 - 10:29
Mis à jour le 20/02/2017 - 16:15

La carte scolaire publiée le 16 février 2017 est loin de faire l'unanimité. Le syndicat FSU au Comité techniques spécial départemental (CTSD) du Doubs vote contre les choix d'ouverture et de fermeture de classe ainsi que certaines des priorités.

2DSC_3156.JPG
©roman
PUBLICITÉ

La FSU dénonce « les conditions actuelles de traitement de la carte scolaire dans des délais expéditifs et suivant des méthodes insatisfaisantes ». Elle dénonce également « le manque de moyens alloués au département puisque malgré la dotation supplémentaire de 17 postes pour une baisse de 272 élèves, la moyenne par classe ne diminuera pas, aucun poste de RASED ne sera créé malgré la demande de la ministre, les élèves d’ULIS ne sont toujours pas comptabilisés dans les effectifs des écoles ». La FSU demande « le retour à une demi-décharge de direction pour toutes les écoles de 9 classe comme c’était le cas jusqu’il y a deux ans. » 

L’inspection académique, suivant les volontés de la ministre de l’Éducation a donné la priorité à :

  • la poursuite de la mise en œuvre des mesures pour l’école (4 PDMQDC, 3 dispositifs passerelle)
  • le remplacement avec 28 postes (22 brigades + 6 brigades langue) pour renforcer la continuité du service, faciliter les départs en formation et développer l’apprentissage de l’allemand dans les écoles élémentaires,
  • favoriser les regroupements d’écoles en milieux ruraux,
  • poursuivre l’effort pour l’accompagnement des élèves à besoins particuliers (4 postes).

Selon la FSU, « la ministre a donné très clairement la priorité au primaire en s’affranchissant des évolutions démographiques à la baisse, mais elle ne s’est pas exprimée dans le sens d’une éventuelle baisse des effectifs. Les moyens alloués sont justifiés par la volonté de renforcer certaines orientations. » 

La FSU énumère également : 

Décharges des PEMF : la décharge des professeurs des écoles maîtres formateurs (PEMF) passe de 25% à 33% et leur nombre sera augmenté à 37. 

Écoles d’application : « les deux écoles d’application, Brossolette et Helvétie, restant dans le département, sont délabellisées. » 

Classes passerelles : « ces dispositifs en partenariat avec la ville et la CAF, dotés d’un-e enseignant-e à mi-temps, ne seront pas implantés dans les locaux scolaires et ne seront comptabilisés ni dans les effectifs ni dans le nombre de classes de l’école ; mais les élèves accompagnés de leur enseignant-e fréquenteront petit à petit l’école de leur secteur au fur et à mesure de l’année. Pour les représentants de la FSU, ces projets ne peuvent être réalisables sans une reconnaissance au niveau des effectifs, des décharges de direction et du temps nécessaire pour la concertation spécifique. »

Classes dédiées « moins de trois ans » : « l’inspection académique n’est pas en mesure de donner aujourd’hui un nombre d’inscriptions minimum nécessaire pour que l’ouverture de ces dispositifs soit entérinée au mois de juin. Il suggère une fourchette entre 10 et 15 élèves. » 

« Plus de maîtres que de classes » : « ces dispositifs seront nouvellement implantés sur 4 écoles du département. L’inspection académique admet que d’autres écoles pourraient aussi en nécessiter, mais avec 30 postes sur le département il estime que la dotation est suffisante. » 

Fusions et protocoles ruraux : « la FSU regrette que beaucoup de propositions ne soient pas suffisamment concertées et abouties pour permettre une prise de décision claire dans l’intérêt des collègues et des écoles. 

Transformation de deux supports de maîtres G en E : « Interpellé par les représentants de la FSU, l’IA justifie la non-création de postes RASED par le dégel de 16 postes l’année dernière. Le FSU ajoute que ce dégel avait lui-même fait suite à un nombre important de suppressions dans le département. L’IA précise qu’il n’est pas à titre personnel un spécialiste de ces postes, mais ce qu’il lit sur la fonction de poste G l’interroge beaucoup. Il remet clairement en cause son efficacité. Ce débat ne traverse pas la fonction des postes E. Il n’est pas scandaleux de transformer des postes G en postes E. »

Décharge des écoles de 9 classes : « L’IA refuse la demande de la FSU de rendre systématique le retour à une demi-décharge pour toutes les écoles de 9 classes. En revanche, il n’est pas défavorable à une réflexion d’ici le mois de juin sur ce sujet pour les écoles à environnement particulier. » 

Ouvertures/fermetures : « Sont prononcées :

  • 26 ouvertures définitives et 11 conditionnelles
  • 31 fermetures définitives et 32 conditionnelles
  • 22 ouvertures de postes de remplaçants dont 13 déjà répartis et 9 à répartir (habituellement, on peut constater que ces supports servent de variable d’ajustement pour les ouvertures à pourvoir en juin). » 

« Aucun représentant des personnels ne vote pour cette carte scolaire. Les représentants de la FSU votent en contre », concluent les représentants du syndicat.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Bientôt un centre d’études et de recherches olympiques universitaires à Besançon

Bientôt un centre d’études et de recherches olympiques universitaires à Besançon

Ce vendredi 20 septembre 2019, l'Université de Franche-Comté et le Comité régional olympique et sportif de la région ont signé une convention de partenariat, pour permettre la création du premier centre d'études et de recherches olympiques universitaires (CEROU) de France ici, à Besançon.

Des ateliers d’aide à la parentalité à Planoise

Des ateliers d’aide à la parentalité à Planoise

La Ville de Besançon, avec le soutien du conseil départemental du Doubs et l''Éducation nationale, expérimente pour la quatrième rentrée scolaire des ateliers d'aide à la parentalité sur le quartier de Planoise. Les parents sont invités dix fois dans l'année à participer à ces réunions d'échanges.

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Le gouvernement a dévoilé la liste des  80 "cités éducatives", inspirées du rapport Borloo. Ces quartiers vont se partager une enveloppe de 100 millions d’euros de crédits par an sur trois ans dans le but de mieux coordonner les actions au sein et en dehors des établissements scolaires. Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, et le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, se félicitent de l’annonce de cette labellisation pour Besançon et Montbéliard Bethoncourt.

Rentrée 2019 : quelles ouvertures et fermetures de classes dans le Doubs ?

Rentrée 2019 : quelles ouvertures et fermetures de classes dans le Doubs ?

carte scolaire • Après la tenue du CTSD (comité technique spécial départemental) ce mardi suite au recomptage des élèves dans les classes, l'inspecteur d'académie du Doubs a fait le point sur les ouvertures et fermetures de classes dans le département pour cette rentrée 2019. 

Tutorat Santé Besançon : pour prendre un bon départ en première année commune aux études de santé

Tutorat Santé Besançon : pour prendre un bon départ en première année commune aux études de santé

Paces • Plus de 600 étudiants étaient réunis lundi 2 septembre 2019 dans le grand amphithéâtre de la faculté de médecine et pharmacie pour assister à la Tut’rentrée  : un rendez-vous pour rassurer les étudiants dans l'inconnu d'une filière sélective et pour leur donner les clés clés essentielles de la réussite

9.000 élèves ont fait leur rentrée dans les écoles de Besançon

9.000 élèves ont fait leur rentrée dans les écoles de Besançon

8.900 élèves (3.400 en maternelle et 5.500 en école élémentaire) ont fait leur rentrée dans les écoles de Besançon. Des effectifs stables et une rentrée sereine malgré le manque places toujours problématique dans les cantines de la ville. Des études sont en cours pour augmenter la capacité de production et d'accueil...

Lycée Condé à Besançon : une nouvelle formation crémerie-fromager, un restaurant d’application, de la vente directe de fromages…

Lycée Condé à Besançon : une nouvelle formation crémerie-fromager, un restaurant d’application, de la vente directe de fromages…

Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, les vice-présidents et les conseillers régionaux délégués, se sont déplacés dans huit lycées pour marquer le début de la nouvelle année scolaire. Ce lundi 2 septembre 2019, nous nous sommes rendus au lycée professionnel Condé à Besançon.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.57
pluie modérée
le 22/09 à 21h00
Vent
3.48 m/s
Pression
1013.65 hPa
Humidité
97 %

Sondage