Casino muet sur son avenir lors d'une assemblée générale dans un contexte troublé

Publié le 11/05/2023 - 11:42
Mis à jour le 11/05/2023 - 14:47

Suite à l'appel de la CGT, des manifestants se sont rassemblés ce mercredi 10 mai 2023 à Paris au niveau de la Maison de la Chimie où le groupe tenait une assemblée générale.

© D Poirier ©
© D Poirier ©

À l’ordre du jour, aucune résolution concernant les tractations en cours avec Teract et Intermarché ou sur la volonté du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, déjà actionnaire à hauteur de 10 %, de monter à son capital.

Mais sous le feu nourri des questions des actionnaires évoquant un «mur de dettes» et réclamant des dividendes, Casino a assuré à maintes reprises que le désendettement était sa «priorité absolue». 

Le PDG Jean-Charles Naouri a indiqué qu’il restait "à vendre environ 300 millions d’euros d’actifs en France" avant la fin de l’année et a rappelé que le groupe avait déjà vendu environ 10 milliards d’euros d’actifs dans le cadre de sa stratégie de désendettement.

À l’appel de la CGT, moins d’une cinquantaine de protestataires se sont rassemblés mercredi à proximité de la Maison de la Chimie (VIIe arrondissement de Paris), où Casino tenait son assemblée générale.

Une situation précaire

"Il y a des départs volontaires, des ruptures conventionnelles, il y en a de partout. On n’arrive pas à avoir les chiffres exacts parce que tout se passe en catimini", a déclaré Ali Eloued, délégué syndical CGT qui s’est dit "inquiet (pour) le maintien de l’emploi".

La situation financière de Casino, qui emploie 200 000 personnes dans le monde dont un gros quart en France, semble de plus en plus précaire, au point que l’agence de notation S & P a encore abaissé mardi soir la note du groupe, signifiant qu’il était proche de ne plus pouvoir rembourser ses dettes.

Fin avril, sa maison mère, Rallye, ainsi que la cascade de holdings par lesquelles le PDG du groupe Jean-Charles Naouri en détient le contrôle, ont obtenu du tribunal de commerce de Paris l’ouverture d’une procédure amiable pour renégocier leur important endettement.

Pour Daniel Kretinsky, qui a proposé le 24 avril d’injecter 750 millions d’euros dans le groupe (via une augmentation de capital réservée de plus d’un milliard d’euros au total), la situation financière de Casino "n’est plus tenable sans une intervention rapide", a-t-il dit dans Le Point.

Il ne serait toutefois pas le seul prétendant : Casino a évoqué un possible rapprochement avec le groupe Teract (Jardiland, Gamm vert, Boulangeries Louise), dont l'actionnaire majoritaire est le géant de l'agroalimentaire InVivo. Fin avril, la troisième chaîne de supermarchés en France, Intermarché, s'est jointe à ces discussions.

Le groupe a publié de mauvais chiffres pour son premier trimestre 2023, avec des ventes en baisse de 2,3 % en France dans un contexte de forte inflation, qui gonfle mécaniquement le chiffre d’affaires de la grande distribution. Sa dette n’a pas baissé par rapport à fin 2022, stable à 4,5 milliards d’euros.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Bourgogne-Franche-Comté, première “région microtechnique” de France, présente au SIAMS de Moutier

Du 16 au 19 avril 2024, à l’occasion du Salon de la chaîne de production des microtechniques (SIAMS), grand rendez-vous de la filière de l’industrie des microtechniques, la Bourgogne-Franche-Comté était présente avec un pavillon régional dédié, en collaboration avec la CCI BFC.

Numérique : la Région Bourgogne Franche se mobilise pour tous les territoires

PUBLI-INFO • Le numérique fait partie intégrante de nos vies. La technologie bouleverse les modèles économiques, les pratiques de consommation, l’accès à l’information et à la culture, les modes de travail et d’apprentissage et les relations sociales. Pour la Région, la numérisation de l’économie, de la société et des territoires est porteuse d’opportunités : nouveaux services, développement économique, emplois, dynamique rurale, préservation de l’environnement…

Robot, job dating, écologie… Quoi de neuf dans les écoles ESTM Pigier ?

QUOI DE 9 ? • Ouvertes sur le monde et les nouvelles technologie, attentives au bien-être de ses étudiant(e)s, soucieuses de l’environnement et intraitables sur le niveau de ses formations, les écoles ESTM Pigier à Besançon s’engagent à tous les niveaux pour proposer des cursus de qualité dans un univers studieux et innovant. Les inscriptions pour la rentrée 2024 sont ouvertes !

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.24
couvert
le 23/04 à 18h00
Vent
3.67 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
55 %