Casser les codes de recrutement, leitmotiv de Pôle emploi pour les moins qualifiés

Publié le 07/07/2022 - 14:19
Mis à jour le 07/07/2022 - 10:50

En multipliant des "jobs datings" décalés autour de l'art ou du sport, Pôle emploi cherche à casser les codes du recrutement pour que des demandeurs d'emploi sans expérience ni diplôme puissent mettre en avant leurs "savoir-être" auprès d'employeurs plus ouverts dans un contexte de difficultés de recrutement.

 © D Poirier
© D Poirier

Lancée en 2018 à l'initiative d'un agent des Hauts de France passionné d'athlétisme, l'opération "Du stade vers l'emploi" commence à être déployée à grande échelle par l'opérateur, fort de bons indicateurs de retour à l'emploi.

Selon le bilan fait par l'opérateur dans les Hauts-de-France, sur 1.777 demandeurs d'emploi ayant participé au deuxième semestre 2021 à un des 27 événements organisés, il y a eu 64 % de taux de retour à l'emploi dans les six mois avec 40 % de recrutements dans les entreprises participantes. De plus, 75 % des participants se sont vus conseiller une formation.

"Ce sont des chiffres percutants. Cela nécessite un gros travail des équipes en amont pour préparer les demandeurs d'emploi et les employeurs et ensuite en aval pour accompagner l'embauche par des actions de formation préalables. Mais ça en vaut la peine, sinon on n'en organiserait pas trois fois plus cette année", témoigne Yann Bonnot, organisateur de cet événement à Reims le 30 juin.

L'avantage est de permettre des rencontres qui n'auraient pas eu lieu par le recrutement classique par CV.

Présente à Reims, Emilie Maillot, en charge du recrutement à ICGA Generali, a entamé, moins d'une semaine après, un processus d'embauche pour trois postes de gestionnaire de sinistres. "Ce sont des candidats que je n'aurais certainement pas reçus à la lecture de leur CV car ils n'avaient pas le niveau d'études ni l'expérience requises", confirme-t-elle.

"Mais l'opération m'a permis de voir leur personnalité et leur motivation", explique-t-elle, précisant que ce sont des recrutements en CDI avec formation en interne.

Plus récemment, Pôle emploi a lancé fin 2021 dans les Hauts-de-France une opération similaire mais autour événements artistiques (musée, cirque, théâtre, concert...). Un premier bilan sera fait en septembre.

L'opérateur estime être ainsi en phase avec les attentes des employeurs qui, selon ses études, sont 60 % à considérer les compétences comportementales ("savoir-être") plus importantes que les compétences techniques ("savoir-faire"), notamment dans les secteurs ne nécessitant pas de diplôme spécifique.

Ces savoir-être diffèrent selon les métiers. Dans l'hôtellerie-restauration, la relation client et la capacité à travailler sous pression seront recherchés. Dans les services à la personne, ce seront la bienveillance, l'autonomie et le sens des responsabilités et dans la santé et l'industrie, le travail en équipe et le respect des règles.

La volonté d'aller au delà du CV pour élargir les recherches de candidat n'est pas neuve.

Depuis 1995, Pôle emploi propose aux employeurs de mettre en place des méthodes de recrutement par simulation (MRS) qui privilégient le repérage des aptitudes nécessaires au poste de travail. Ainsi, Michelin recrute énormément par ce biais avec des exercices sur la capacité à réaliser des gestes précis, à respecter des consignes ou à suivre un processus de fabrication.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.7
partiellement nuageux
le 22/04 à 3h00
Vent
1.93 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
96 %