« Castaner Assassin » : trois Gilets jaunes condamnés ce mercredi

Publié le 15/05/2019 - 17:03
Mis à jour le 15/05/2019 - 17:54

Le tribunal correctionnel de Besançon a condamné trois Gilets Jaunes à des peines d'amendes ce mercredi 15 mai 2019 suite aux propos tenus lors de la visite de Christophe Castaner en mars dernier.

Christophe Castaner
Christophe Castaner © Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Frédéric Vuillaume et sa femme ont été condamnés à 1500 euros d’amende avec sursis et cinq ans de mise à l’épreuve. Kevin Binda a, quant à lui, été condamné à 1000 euros ce mercredi 15 mai 2019 par le tribunal correctionnel de Besançon. « Castaner assassin, 1000 euros d’amende c’est de la folie » , explique-t-il. « Je ne m’attendais pas à ça, c’est mon salaire qui part ». 

Pourquoi une différence de peine entre les trois Gilets Jaunes ? « J’ai un casier judiciaire suite à des bêtises de jeunesse qui se sont produites il y a 12 ans », précise Kévin qui indique des faits de rébellion et outrage, alcool au volant et défaut de permis. « J’ai été jugé sur mon casier pour des choses qui me semble tellement loin », conclut-il.

Les trois ont en revanche été relaxés des faits de rébellion, selon leur  conseil, qui avait plaidé la relaxe lors du procès le 29 avril devant le  tribunal correctionnel de Besançon qui jugeait les trois « gilets jaunes » pour  outrage envers le ministre de l’Intérieur.

Rappel des faits

Les faits ont eu lieu mi-mars, lors d’une visite de Christophe Castaner à Besançon pour l’inauguration d’un commissariat dans le quartier sensible de Planoise. Les trois prévenus avaient lancé au ministre « Castaner assassin! ». A l’audience, ils avaient insisté sur la dimension « politique » de l’apostrophe :  ils voulaient dire « +assassin de la liberté+ ou +assassin du droit de 
manifester+ », a expliqué Me Vernier à l’AFP.

« C’est une problématique qui semble liée à la liberté d’expression », a ajouté l’avocat. « Ces mots prononcés ne sont jamais arrivés jusqu’aux oreilles du ministre, qui n’a pas déposé plainte et qui n’était pas partie civile » dans ce dossier, a-t-il encore souligné.

Le couple va faire appel de sa condamnation.

(Avec AFP)

1 Commentaire

Les GJ apprendront que les paroles ont une signification importante. La liste de ces odieux personnages condamnés est désormais très longue.
Publié le 16 mai à 09h27 par _Hub_ • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.91
légère pluie
le 20/05 à 15h00
Vent
4.66 m/s
Pression
1009.78 hPa
Humidité
91 %

Sondage