Chantier de l' »islam de France »: « aucune avancée sérieuse », déplorent trois sénateurs

Publié le 29/08/2017 - 14:19
Mis à jour le 29/08/2017 - 14:19

Le chantier de "l'islam de France" n'a connu "aucune avancée sérieuse", déplorent ce mardi 29 août 2017, un an jour pour jour après sa relance par l'Etat, les sénateurs Corinne Féret (PS), Nathalie Goulet (UDI) et André Reichardt (LR) dans une tribune transmise à l'AFP

PUBLICITÉ

Le 29 août 2016, lors d’une « journée de consultations sur l’islam de France » place Beauvau, Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’Intérieur, avait annoncé le lancement d’une fondation laïque, confiée à Jean-Pierren Chevènement, et d’une association cultuelle pour financer diverses actions, notamment dans le domaine de la formation des imams.

« La montagne a accouché d’une souris », accusent dans leur texte Corinne Féret, Nathalie Goulet et André Reichardt, respectivement présidente, rapporteure et corapporteur d’une mission d’information du Sénat sur l’organisation de l’islam en France qui avait rendu ses conclusions en juillet 2016.

Les sénateurs s’interrogent…

« Où en est la création de l’association cultuelle chargée de centraliser l’ensemble des financements nationaux pour le fonctionnement de l’islam et de ses lieux de culte, de la formation théologique des imams ? », s’interrogent les trois sénateurs. « Où en est la mise en place d’une contribution +volontaire et négociée+ prélevée sur la filière halal ? Autant d’urgences qui ne sont toujours pas appréhendées alors qu’elles ont été clairement identifiées », estiment-ils.

Selon ces parlementaires, « il faut absolument donner aux communautés  musulmanes les moyens de ne plus être les otages des terroristes qui dévoient l’islam« , et ont commis en France des attaques jihadistes ayant fait 239 morts depuis janvier 2015.

Pour les trois sénateurs, la fermeture administrative des lieux de culte « est une réponse insuffisante à la surenchère radicale, alors qu’environ 17.400 personnes sont recensées dans le FSPRT, le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation, créé en 2015. Selon eux, « la priorité doit être la formation, en France, des imams ».

Il est « de la responsabilité politique et sociale du président de la République et du gouvernement de relancer de façon la plus urgente les avancées du précédent gouvernement et le travail proposé par notre mission sénatoriale, dont le travail a été unanimement salué », conclut la tribune.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Venue de Jacqueline Gourault à Lure : « l’inutile valse des ministres potiches » (élus de l’opposition)

Suite à la venue en Haute-Saône et notamment à Lure de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales, les élus de l'opposition de la ville de Lure ont tenu à exprimer leur mécontentement. La ministre n'a pas fait d'annonce qui empêcherait l'abandon du projet de reconstruction de la prison.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Les Jeunes avec Macron : Mathieu Farrero est le nouveau référent départemental dans le Doubs

Mathieu Farrero a été nommé référent des Jeunes Avec Macron (JAM) du Doubs le 16 mars 2019 lors du dernier conseil national des Jeunes Avec Macron qui s’est tenu à Paris. Cet étudiant en économie de 21 ans, résidant à Besançon, succède à Florian Maillot. Il aura en charge d’engager une nouvelle dynamique sur le territoire et de représenter le mouvement dans le département du Doubs.

La ministre Jacqueline Gourault en Haute-Saône

Après deux récentes annulations de déplacement en Haute-Saône, la troisième devrait être la bonne ! Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales, est en Haute-Saône ce lundi 18 mars 2019. Elle visitera l'entreprise Val-Air et rencontrera des élus de Lure avec qui elle devrait discuter de l'abandon du projet de reconstruction de la prison.

TGV Lyria : la Région Bourgogne Franche-Comté n’accepte pas les hypothèses proposées

Après sa rencontre du 27 février 2019 avec Guillaume Pépy, président de SNCF, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, a réuni le comité de suivi de la desserte du Lyria mercredi 13 mars à Dole. Objectif : auditionner l’entreprise Lyria sur les propositions alternatives à la suppression d’un aller-retour sur quatre du TGV entre Paris et Lausanne, via Dijon, Dole, Mouchard, Frasne et Vallorbe.

Loi PACTE : la grogne des commissaires aux comptes en Bourgogne-Franche-Comté

tribune • Dans une tribune publiée dans le journal du palais, Franck Paul et Philippe Dandon, respectivement présidents de la compagnie régionale des commissaires aux comptes de Besançon et de Dijon (CRCC) demandent au gouvernement de revoir sa copie concernant notamment le relèvement brutal des seuils d’audit légal inclus dans la Loi Pacte sur les commissaires aux comptes. Ils parlent d'un risque majeur pour l'économie française et estiment que 10.000 emplois sont menacés dans leur profession.  

Les députés autorisent les pharmaciens à délivrer certains médicaments sans ordonnance

Mercredi 13 mars 2019, les députés ont prévu en commission dans le cadre de l'examen du projet de loi santé d'autoriser les pharmaciens à délivrer dans certaines conditions des médicaments normalement sous ordonnance pour des pathologies bénignes comme des cystites ou angines. Les députés ont aussi prévu, à l'initiative du rapporteur et de certains députés LREM, de permettre aux infirmiers d'adapter des traitements en fonction des résultats d'analyses de biologie médicale des patients

Choix du médecin traitant : bientôt des voies de recours pour les patients

Les patients dépourvus de médecin traitant auront des voies de recours pour en obtenir un lorsqu'ils ne parviennent pas à en trouver, ont voté jeudi les députés en commission, à l'occasion de l'examen du projet de loi santé. Des amendements de deux députés apparentés MoDem et d'un LR ont été adoptés pour ainsi "rendre opposable l'accès au médecin traitant pour tout assuré en faisant la demande".

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -1.28
ciel dégagé
le 20/03 à 0h00
Vent
2.51 m/s
Pression
1031.85 hPa
Humidité
81 %

Sondage