CHU de Besançon : des interventions sur cordes vocales désormais possibles sous anesthésie locale

Publié le 14/06/2022 - 15:32
Mis à jour le 15/06/2022 - 17:48

La fibroscopie interventionnelle laryngée (FIL), également appelée vidéo-endoscopie interventionnelle, est une technique en plein essor, qui devient incontournable dans la pratique de l’ORL. Elle permet de réaliser des petites interventions sur le larynx en consultation. « Le CHU est le premier établissement de la région Bourgogne Franche-Comté à proposer cette technique innovante encore peu répandue en France », indique le CHU de Besançon dans un communiqué du 14 juin 2022.

Extrait vidéo -
Extrait vidéo - "Des interventions sur les cordes vocales sont désormais possibles sous anesthésie locale" © CHU de Besançon

Au sein du larynx, des nerfs dits "récurrents" activent les cordes vocales, organes indispensables à la respiration, la parole et la déglutition. Ces nerfs peuvent être endommagés par des traumatismes post-chirurgicaux (thyroïdectomie, chirurgie thoracique, chirurgie vasculaire carotidienne ou aortique...) ou encore par une lésion ou une tumeur.

Les cordes vocales peuvent également être elles-mêmes le siège de lésions inflammatoires, fibrotiques, ou tumorales. La condition sine qua none à l’émission d’une phonation normale est l’accolement des cordes vocales sur la ligne médiane. Lorsqu’elles sont le siège d’une lésion ou d’une paralysie, cet affrontement ne peut se faire correctement et conduit à un défaut de leur vibration et donc un trouble de la voix (dysphonie). Cette dysphonie est parfois associée à des fausses routes et des troubles de déglutition. Si l’espace entre les deux cordes vocales n’est pas suffisant, en revanche, il existe alors un essoufflement. 

Depuis novembre 2021, le service ORL du CHU de Besançon propose une prise en charge sous anesthésie locale aux patients nécessitant une intervention sur les cordes vocales. Ces interventions peuvent se désormais être réalisées au fauteuil, en consultation. "Exit le bloc opératoire et l’anesthésie générale, un vrai plus pour les patients qui peuvent être de retour à domicile seulement deux heures après le geste", souligne le CHU. 

Différentes indications 

Le recours à la FIL est préconisé pour injecter des substances dans les cordes vocales. 

  • Soit à visée thérapeutique 

- Il peut s’agir d’une injection de corticoïdes, en cas de maladie inflammatoire ou fibrotique (nodule, polype, cicatrice, synéchie, granulome...) pour améliorer un trouble de la voix (dysphonie), diminuer les troubles de déglutition, ou encore diminuer une gêne respiratoire. 

- Il peut s’agir d’une injection de toxine botulique, qui a pour but de paralyser la corde vocale dans des circonstances particulières. (Dysphonie spasmodique, paralysie de corde vocale en fermeture entraînant une gêne respiratoire...). 

  • Soit à visée de médialisation

Le principe est d’augmenter le volume de la corde vocale paralysée jusqu’à ce qu’elle atteigne la ligne médiane, de façon à faciliter l’affrontement des deux cordes vocales sur la ligne médiane. Cela permet là encore une amélioration du volume et du timbre de la voix, du souffle et parfois de la déglutition. Il s’agit d’une injection de produits résorbables tel que de l’acide hyaluronique ou l’hydroxyapatite qui peut être proposée en cas de paralysie du nerf récurent. 

Inconfortable mais "pas douloureuse"

"Le recours à la FIL est également préconisé pour la réalisation de biopsies à visée diagnostique, pour une prise en charge rapide des patients atteints de cancer ORL par exemple ou lorsqu’existe une contrindication à l’anesthésie générale", explique le CHU de Besançon. Et d'ajouter : "Bien qu’inconfortable, la FIL n’est pas douloureuse. Elle a pour intérêt d’éviter l’anesthésie générale, permettant de prendre en charge des personnes fragiles ou réticentes à de nouvelles prises en charges invasives. L’acte étant réalisé en consultation, le patient est dispensé d’hospitalisation. Et les résultats sur la voix, la respiration et la déglutition sont au rendez-vous." 

(Communiqué du CHU)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’Assemblée vote l' "accès direct " des patients à des infirmiers : " un retour au XIXe siècle " selon des médecins à Besançon

L'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi l'ouverture d'un "accès direct" des patients aux infirmiers en pratique avancée (IPA), l'une des mesures d'une proposition de loi sur l'accès aux soins vivement critiquée notamment par le collectif Médecin pour demain à Besançon.

L’œil de la Diet : la galette de riz, est-elle si bonne pour la santé ?

CONTRIBUTION • On la croyait bonne, quoiqu'un peu "polystyrèné", on la croyait top pour la santé et la perte de poids, on la croyait efficace... Ce mois de janvier 2023, Valentine Caput, diététicienne à Besançon, nous parle de la galette de riz, ce trophée de l’innovation à la sauce… supercherie.

Hiver très doux : Atmo Bourgogne Franche-Comté commence déjà ses prélèvements polliniques dans l’air !

En raison d’un hiver particulièrement doux, certains arbres ont déjà démarré leur période de pollinisation en Bourgogne-Franche-Comté. Les premiers prélèvements pollinique ont donc démarré plus tôt que d’habitude pour Atmo BFC, avec la remise en service des capteurs le lundi 9 janvier dernier. Les premiers résultats sont attendus pour ce vendredi 20 janvier.

En BFC, les chutes des personnes âgées représentent près de 8.000 hospitalisations et 600 décès par an

L’Agence Régionale de Santé, le Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) Bourgogne-Franche-Comté et la Carsat sont mobilisés dans le plan antichute des personnes âgées, lancé officiellement à l’échelle régionale, ce jeudi 12 janvier 2023 à Dijon.

Médecins libéraux : la grève continue en cette " semaine du burn out "

La grève des médecins portée par le collectif Médecins pour Demain continue, selon un communiqué du 9 janvier 2023, sous la forme d'une grève de la PDSA (permanence des soins ou grève des gardes), dont on a moins parlé que la fermeture des cabinets. Elle dure depuis le début du mois de décembre 2022 et sollicite les services de l'Etat dans des processus de réquisition quotidiens.

Les arrêts maladie Covid sans jour de carence prolongés jusqu’à fin 2023

Les salariés positifs à la Covid-19 et qui ne peuvent pas télétravailler peuvent bénéficier d'arrêts maladie indemnisés sans vérification des conditions d'ouverture de droits et sans délai de carence. Les indemnités journalières pour ces salariés ainsi que pour les agents publics malades de la Covid-19 sont versées dès le premier jour d'arrêt et jusqu'au 31 décembre 2023 au plus tard.

Bourgogne Franche-Comté : le Covid se replie, la grippe et la bronchiolite restent en phase épidémique

Si le Covid, la grippe et les bronchiolites amorcent un ralentissement dans la région en cette première semaine de l'année 2023, le niveau de circulation de ces virus reste élevé. Dans un communiqué du 6 janvier, l'ARS Bourgogne Franche-Comté appelle la population à contribuer à réduire la pression sur le système de santé, "avec les gestes simples de la vie quotidienne et la vaccination".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.14
couvert
le 27/01 à 18h00
Vent
3.13 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
78 %