"Cold case" à Besançon : la police sur la piste d'un témoin clé

Publié le 27/11/2019 - 08:10
Mis à jour le 27/11/2019 - 08:12

La police judiciaire de Besançon a indiqué ce mercredi 27 novembre 2019 être à la recherche d’un témoin clé dans l’assassinat d’une adolescente commis à Besançon en 1987, un crime mystérieux jamais élucidé et récemment relancé, une trentaine d’années après les faits.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Les policiers s'interrogent ainsi sur l'implication d'un homme, adepte de la photographie, dans le meurtre de Virginie Raymond, 16 ans, tuée de quatorze coups de couteau le 20 octobre 1987 au domicile bisontin de ses parents. Pour éclaircir cette partie de l'enquête, les enquêteurs appellent à les contacter toutes les femmes, nées entre 1964 et 1976, qui ont été accostées à
Besançon pendant leur adolescence par un homme leur proposant de les photographier dans la rue.

Passionnée par la photographie, Virginie Raymond avait arrêté ses études en 3ème et cherchait un stage dans ce domaine au moment des faits, a précisé la police judiciaire. L'enquête, jamais élucidée, avait été relancée par le parquet de Besançon en octobre 2017, 30 ans après le crime. Les policiers ont tout repris à zéro, avec de nouveaux enquêteurs, un nouveau juge d'instruction et des avancées scientifiques importantes pour les aider dans leur enquête.

Afin de trouver de nouveaux témoins, ils appellent également toutes les personnes ayant habité dans le même ensemble d'immeuble que la victime (134, rue de Belfort à Besançon). La police judiciaire appelle encore toutes les personnes ayant aperçu l'adolescente à Dijon en octobre 1987 à prendre contact avec les enquêteurs, qui ont activé deux numéros de téléphone à cet effet (03 81 44 58 70/03 81 21 11 80).

La jeune fille avait été découverte morte par sa mère le 20 octobre 1987 vers 16H00. D'après les résultats de l'autopsie de l'époque, elle n'avait pas été violée. Aucune infraction ni aucun vol n'avait été constaté.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Camaïeu ferme définitivement ses portes ce soir

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

Le Tribunal administratif de Besançon a fait sa rentrée

Le président du Tribunal administratif de Besançon Thierry Trottin a présenté l’audience solennelle de rentrée de la juridiction ce vendredi 16 septembre en fin de matinée. Devant des élus, des magistrats du tribunal et du barreau de Besançon, le président a fait un bilan de ces deux dernières années et présenté les nouveautés.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.82
nuageux
le 06/10 à 12h00
Vent
2.44 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
84 %

Sondage