Collectif SOS Loue et rivières comtoises : la pénurie d’eau n’arrive pas "que par hasard !"

Publié le 20/01/2017 - 14:01
Mis à jour le 20/01/2017 - 15:20

En plein hiver, le secteur de Morteau vit une période de sécheresse et pourrait connaître une pénurie d’eau. Dans un communiqué du 19 janvier, le collectif SOS Loue et rivières comtoises estime que la pénurie n’arrive pas "que par hasard" et déplore que "la logique économique l’emporte sur une gestion durable et innovante".

Pour le collectif SOS Loue et rivières comtoises, la pénurie en eau sur le Haut-Doubs n’est pas seulement due au manque de précipitations durant ces deux derniers mois. Alors que le boom immobilier dans le Haut-Doubs accroit la demande en eau, alors que l’on récupère de moins en moins les eaux de pluie, alors que les zones humides et les haies, qui constituent les meilleures nappes phréatiques en zone calcaire, ont tendance à disparaître, le collectif met également l’accent sur la gestion de l’eau.

"Les communes ont souvent confié la gestion de l'eau à des opérateurs privés, constate le collectif. Des réseaux ont été construits, des stations d’épuration fort justement construites, à grand renfort d'emprunts et de subventions. Les opérateurs ou régies ont donc intérêt à facturer chaque litre d’eau afin de rentabiliser le système, voire de dégager du profit en ce qui concerne les opérateurs privés très implantés sur les plateaux..."

Pour le collectif, "à l'heure où l'opérateur privé Gaz et Eaux commence à annoncer des pénuries et demande à rationner la consommation notamment dans la région de Morteau, l’absence de politique concertée et globale de récupération des eaux de pluie se fait sentir."

Il déplore que "la volonté politique et les moyens financiers de stockage de l’eau existent quand il s’agit de réserves d’eau pour les canons à neige au sommet de montagne du Jura !"

Le collectif préconise de mettre en place un stockage intelligent de l’eau à l’échelle individuelle ou collective, une utilisation spécifique des réserves "stratégiques" d’eau de façon à les réserver en priorité à périodes de sécheresse, et le développement de nouvelles formes de redevance sur l’eau pour mieux dissocier consommation et épuration, de façon à maintenir les efforts d’épuration des eaux usées et de maintenir une participation de tous à cet effort.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

« Label Palette » reçoit le trophée « Éco-innovez en Bourgogne-Franche-Comté »

Émanation du P’tit Dépanneur Comtois, la société Label Palette de Serre-les-Sapins dans le Grand Besançon a reçu ce jeudi 25 février 2021 dans ses locaux le trophée "Éco-innovez en Bourgogne-Franche-Comté" de l'agence économique régionale (AER) pour son service d'aménagement évolutif en bois de récupération.

Records de « douceur » en Franche-Comté pour un mois de février

Un petit air avancé de printemps. Les températures maximales relevées ont flirté avec de nombreux records dans les villes de Franche-Comté. On a relevé 22,6C à Arc-et-Senans et 21,5°C à Pontarlier ! Soleil et douceur sont au rendez-vous jusqu'à aujourd'hui avant le retour d'une légère perturbation vendredi et d'un certain rafraîchissement pour ce week-end.

Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Après la visite d'Emmanuel Macron d'une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à "agir enfin" sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

Passionnés d’insectes ? Une nouvelle revue vient de sortir en Bourgogne-Franche-Comté

L’année 2020 a été riche pour les papillons et les libellules de Bourgogne-Franche-Comté... Découvrez le dernier numéro de la lettre d'information du Conservatoire botanique national de Franche-Comté – Observatoire régional des invertébrés (CBNFC-ORI).

Macron à la rencontre d'agriculteurs mardi en l'absence de leur salon

Circuits courts • Le président de la République se rendra ce mardi 23 février 2021 dans une exploitation à Étaules, un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il sera accompagné par Julien Denormandie. Il s'entretiendra  avec des acteurs de la filière agricole pour démontrer "son intérêt" à ce secteur en l'absence du salon de l'agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19, a annoncé lundi l'Elysée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.23
couvert
le 04/03 à 12h00
Vent
3.71 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
36 %

Sondage