Conseil régional: les absents sans excuses valables seront pénalisés

Publié le 20/01/2012 - 17:23
Mis à jour le 20/01/2012 - 19:10

Comme les députés, les 43 conseillers régionaux de Franche-Comté pourront être sanctionnés financièrement en cas d’absence non justifiées aux séances plénières et aux différentes commissions du conseil régional. 

mieux vaut tard…

Une délibération a été adoptée en juin 2010 par l’assemblée régionale, mais, depuis, plus de nouvelles. Il aura fallu une intervention du Front national pour faire dire à la présidente Marie-Guite-Dufay lors de la séance budgétaire de décembre que toute la transparence sera faite sur le sujet, y compris sur les sanctions dont certains conseillers feront les frais.

« Pour des raisons internes, le dispositif n’a pas encore été appliqué, mais il va l’être rétroactivement. Tout a été noté et nous sommes en train de collecter et de vérifier les excuses fournies par les uns et les autres », explique Jean Auvillain, directeur de cabinet de Marie-Guite Dufay.

Très peu d’excuses sont considérées comme acceptables. Il y a la maladie ou une impérieuse nécessité personnelle justifiée, un changement de date de réunion préalablement fixée et la représentation de la présidente à une manifestation. Le fait de siéger à l’Assemblée nationale ou d’assister à une réunion politique nationale de son parti, ne sont pas considérés comme des excuses valables.

Le système des pénalités est assez compliqué. Disons simplement que les indemnités peuvent être réduites de 30% à 50% en fonction du nombre d’absence.

« Il y a des conseillers régionaux qui auront des indemnités amputées dès février ou mars », confirme Jean Auvillain sans dévoiler de noms. Reste maintenant à savoir si le souci de transparence de la présidente ira jusqu’à publier la liste des conseillers régionaux dont les indemnités auraient été compressées pour cause d’absentéisme.

Des indemnités qui s’élèvent à 2080,40 € brut par mois pour les conseillers. Chaque vice-président touchant 2 647 €, tandis que la présidente émarge à 5 484,7 €.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’ancien préfet de Haute-Saône Michel Vilbois limogé pour management “brutal”

Préfet du Tarn depuis seulement 9 mois, Michel Vilbois, ancien préfet de Haute-Saône, sera démis de ses fonctions à compter du lundi 22 juillet. Connu pour sa fermeté face aux manifestations contre l’autoroute A 69 et visé, selon des sources concordantes, par des accusations de management "brutal". Son limogeage intervient environ un mois après un audit mené auprès de ses services par l’Inspection générale de l’administration (IGA), dont les résultats ne sont pas encore connus.

Candidat RN sous curatelle dans le Jura : un recours pour annuler le scrutin législatif

La candidate Nouveau Front populaire dans la 2e circonscription du Jura a déposé un recours mercredi 17 juillet 2024 devant le Conseil constitutionnel pour faire annuler le scrutin législatif qui avait vu la qualification au second tour d'un candidat Rassemblement national sous curatelle, donc théoriquement inéligible.

Christophe Grudler au lancement d’Ariane 6 : ”Ce succès va permettre à l’Europe de retrouver son accès autonome à l’espace”

Le député européen terrifortain, Christophe Grudler (MoDem / Renew Europe), spécialiste des questions spatiales au Parlement européen, a assisté au succès du vol de qualification d’Ariane 6 mardi 9 juillet 2024 du port spatial de l’Europe à Kourou. Seul représentant des institutions de l’Union européenne sur place, il appelle à généraliser la préférence pour un lanceur européen, pour les lancements de satellites européens.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 18.12
partiellement nuageux
le 22/07 à 03h00
Vent
2.02 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
91 %