Construction : 35 000 emplois menacés par la nouvelle politique du logement ?

Publié le 23/12/2011 - 10:34
Mis à jour le 26/12/2011 - 20:26

Les différentes mesures annoncées par le gouvernement font réagir à l’unisson le Conseil national de la construction, la Fédération française du bâtiment, la Fédération des promoteurs immobiliers, le Syndicat national des aménageurs lotisseurs et l’Union des maisons françaises. Ils dénoncent « les conséquences désastreuses des mesures récemment annoncées », notamment au niveau de l’emploi. 

Ces organismes déplorent « l’accumulation de mesures défavorables au logement des français depuis l’été : fiscalisation des plus-values immobilières, très forte réduction des avantages accordés à l’investissement locatif en 2012 puis suppression du dispositif sans dispositif de remplacement ni perspectives, instauration de plafonds de prix technocratiques, forte réduction du volume de crédits consacrés à l’accession à la propriété (PTZ), baisse des avantages accordés aux logements des étudiants et des personnes âgées, hausse de la TVA sur les travaux et sur l’accession sociale à la propriété de 5.5% à 7%, révision du dispositif éco PTZ et coup de rabot sur le crédit d’impôt développement durable (CIDD) ».

« Le gouvernement va réussir, en quelques mois, à démanteler 30 ans d’outils de la politique française du logement et à mettre en danger une filière reconnue et innovante.

Ces mesures auront de graves conséquences sur l’emploi dans le bâtiment, pourtant grand pourvoyeur d’emplois avec, actuellement, 1,18 millions de salariés. Ce sont au minimum 35 000 postes qui seront mécaniquement supprimés au cours de la seule année.

Il s’agit non seulement d’un gâchis social mais aussi d’une perte de compétences et de savoir-faire dans un secteur où la formation représente un élément clef », soulignent ces acteurs du logement dans un communiqué commun en dénonçant « la brutalité et l’excès des mesures prises » par le gouvernement. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.01
couvert
le 03/03 à 6h00
Vent
0.83 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
89 %