Consultations G20 : Alain Joyandet vole au secours de Marine Le Pen

Publié le 05/06/2012 - 18:32
Mis à jour le 06/06/2012 - 10:48

L'ancien ministre UMP Alain Joyandet juge que la présidente du Front national Marine Le Pen a "le droit de s'exprimer" et le président François Hollande aurait dû la recevoir dans le cadre de ses consultations politiques pour préparer notamment le prochain G20.

conseil_regional_installation_mars_2010_023.jpg
© archives carvy

expression

PUBLICITÉ

« Manifestement, François Hollande ne s’est pas rendu compte qu’il n’était plus le premier secrétaire du PS, mais le président de tous les Français. Un président de la République n’a pas à choisir ses interlocuteurs en fonction de ses goûts personnels. Je trouve ce comportement tout simplement anti-républicain », déclare l’ancien maire de Vesoul  dans un entretien au Point.fr publié mercredi.

« En écartant ainsi (Mme Le Pen), François Hollande manque de respect à tous les Français qui ont voté pour le Front national le 22 avril. Comment leur expliquer que Jean-Michel Baylet ou Jean-Pierre Chevènement soient reçus et pas la candidate pour laquelle ils ont voté, alors qu’elle a recueilli presque (18%) des voix ? », ajoute-t-il en soulignant que Nicolas Sarkozy avait reçu Jean-Marie Le Pen « en 2007 dans le cadre des traditionnelles consultations des chefs de partis politiques pour la préparation du G20 ».

Selon l’ex-secrétaire d’Etat à la Francophonie de Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen est « un interlocuteur politique au même titre que les autres sur le plan institutionnel ». « Si ce n’était pas le cas, il faudrait interdire le FN. Elle fait partie de la vie politique, elle a le droit de s’exprimer. La mettre sur la touche ne fait que la renforcer, en accentuant le sentiment qu’ont les Français qui votent FN d’être exclus de la vie politique française ».

« Personnellement », souligne M. Joyandet, « je ne suis pas proche des idées du FN, j’ai toujours défendu une droite modérée et ouverte, mais je suis très attaché au fonctionnement républicain des institutions ».

Marine Le Pen a qualifié mardi sur France Info de « scandale » le fait de ne pas être reçue à l’Elysée, comme le sont les représentants des principaux partis politiques, en prévision notamment du G20 au Mexique.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.48
pluie modérée
le 19/10 à 12h00
Vent
4.7 m/s
Pression
1008.34 hPa
Humidité
93 %

Sondage