Covid-19 : le radiologue et sénateur de Côte-d'Or Alain Houpert fait appel de sa suspension après avoir

Publié le 05/12/2022 - 17:10
Mis à jour le 05/12/2022 - 15:57

Le radiologue Alain Houpert, également sénateur LR de Côte-d'Or, a annoncé lundi 5 décembre 2022 faire appel de sa suspension par l'Ordre des médecins, pour "fautes déontologiques", après avoir notamment défendu un traitement à base de miel, de vitamine D et d'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

La Chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins de Bourgogne Franche-Comté (CDPI), qui a infligé en novembre à Alain Houpert une interdiction d'exercer la médecine de 18 mois, dont neuf avec sursis, "est venu dépouiller de sa liberté d'expression un élu d'opposition", estime le sénateur dans un communiqué de son avocat, Me Thomas Benages. L'élu fait donc appel de cette décision devant la Chambre disciplinaire nationale de l'ordre des médecins, appel qui suspend sa condamnation.

La CDPI a considéré que le Dr Houpert "ne pouvait bénéficier d'une liberté d'expression étendue par ses fonctions de parlementaire, et qu'il s'était exprimé, avant tout, en sa qualité de médecin", selon le communiqué de son avocat. "Or nous considérons que la CDPI a rendu des décisions qui violent un principe fondamental de notre démocratie : la liberté d'expression des parlementaires de l'opposition", poursuit le texte.

Selon l'avocat du sénateur, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) "est venue affirmer la nécessité d'un contrôle strict des ingérences dans la liberté d'expression des parlementaires de l'opposition" dans un arrêt de 1992 "qui affirme qu'il ne suffit pas que des propos soient tenus à la tribune du Sénat pour que ceux-ci soient protégés, mais que les propos d'un sénateur sont protégés par la liberté d'expression, quel que soit le lieu de leur expression".

Les propos qui ont valu à Alain Houpert d'être sanctionné "visaient à critiquer la politique sanitaire mise en place par le gouvernement" pendant la crise du Covid-19, affirme l'avocat. La CDPI avait justifié sa décision en dénonçant l'"attitude quasi irresponsable" du radiologue, qui avait signé et relayé sur Twitter le manifeste "Laissons-les prescrire" défendant un traitement à base de miel, de vitamine D et d'hydroxychloroquine notamment.

La Chambre avait également condamné son apparition dans le documentaire complotiste "Hold Up", dans lequel le sénateur avait invité "tous les médecins à se rebeller".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Fromagerie Mulin : le juge des référés maintient la consignation d’1.5 million d’euros

Le 22 novembre 2023, la société Mulin a demandé au tribunal l'annulation de l'arrêté préfectoral la rendant redevable d'une somme d'1.5 million d'euros consignée et destinée à financer la mise aux normes de sa station d'épuration. Le tribunal administratif de Besançon a finalement tranché et ne s'opposera pas à l'arrêté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.72
légère pluie
le 26/02 à 12h00
Vent
4.46 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
63 %