Covid-19 : le variant britannique gagne du terrain dans le Doubs avec 43% des tests positifs

Publié le 24/02/2021 - 18:19
Mis à jour le 24/02/2021 - 18:21

Face à la progression de la diffusion du variant dit « britannique » de la Covid-19 dans le Doubs, l’Agence régionale de santé et la préfecture du département appellent la population à redoubler de vigilance et mettent en œuvre des mesures complémentaires, dans un communiqué commun du 24 février 2021.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Le variant dit « britannique » progresse très rapidement dans le Doubs où il représente à ce jour 43% des tests positifs. Le département se rapproche rapidement de la moyenne nationale, proche de 49% (données Santé publique France du 14 au 20 février) et se classe plus de dix points au-dessus de la moyenne de Bourgogne-Franche-Comté (un peu moins de 32%).

Dans ce contexte, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté et la préfecture du département lancent un plan d’action qui repose sur la vigilance active de tous et le renforcement du dépistage.

  • Garder ses distances, télétravailler, aérer les espaces clos...
  • Empêcher la progression du virus passe avant tout par un renforcement des mesures barrières que chacun connaît et en particulier :
  • Garder une distance de sécurité d’au moins 2 mètres
    porter un masque de protection de catégorie 1 quand cette distance ne peut être respectée
  • Aérer et ventiler au maximum les espaces clos (logement individuel y compris), d’autant plus si des personnes vulnérables vivent dans le même logement
  • Réduire ses contacts sociaux.

L’Agence régionale de Santé et la préfecture rappellent que la pratique du télétravail doit être privilégiée dans chaque situation où elle est possible.

Elles en appellent au civisme de tous pour :

  • se faire dépister au moindre signe évocateur ou en cas de contact à risque
  • respecter scrupuleusement les consignes d’isolement désormais de 10 jours en cas de test positif.

Le dépistage sera notamment encouragé en milieu professionnel et scolaire. Dans l’académie de Besançon, des tests salivaires à l’attention des élèves se déploieront progressivement à partir de lundi.

Campagne de vaccination

"La dynamique vaccinale concourt par ailleurs à gagner du terrain contre le virus en protégeant les plus fragiles et les plus exposés", souligne l'ARS.

Dans le Doubs, au 22 février, 25 678 personnes ont reçu une première injection dont plus de 13 600 ont bénéficié d’une deuxième injection.

La couverture vaccinale du département rapportée à la population générale est proche de la moyenne régionale et significativement plus élevée que la moyenne nationale.

A partir de ce jeudi 25 février, 245 médecins, qui ont opéré des commandes auprès des officines, peuvent administrer le vaccin AstraZeneca à leurs patients de 50 à 64 ans présentant des comorbidités.

Sur le mois de mars, outre les rappels de vaccination des personnes vaccinées en février, 7 682 primo-vaccinations de vaccin Pfizer sont d’ores et déjà programmées pour poursuivre la couverture vaccinale de la population du département.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique à la veille des départs en vacances, qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué du 29 juin 2022.

Explosion du nombre de demandes d’AMP : appel aux dons de spermatozoïdes et d’ovocytes en Franche-Comté

APPEL AUX DONS • Jusqu’au 30 juin, une grande campagne de sensibilisation au don de gamètes se déroule partout en France pour encourager la population à donner ses spermatozoïdes et ses ovocytes afin de répondre à une demande plus forte que jamais suite à la loi bioéthique votée en août 2021 pour l’assistance médicale à la procréation (AMP). Dr Oxana Blagosklonov, responsable du centre d’études et de conservation des oeufs et du sperme (CECOS) au CHU de Besançon nous en parle…

Allaitement : cachez ce sein ?

Le 2 juin dernier, une jeune maman qui voulait allaiter son enfant alors qu'elle se trouvait au musée du Louvres à Paris n'a pas été autorisée à le faire. Un agente de sécurité lui a indique que cela n'était "pas permis". Notre diéteticienne Chloé Vuillemin se penche sur cette question de l'allaitement en public, le fonctionnement de l'allaitement et ses bienfaits nutritionnels.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.08
ciel dégagé
le 02/07 à 6h00
Vent
1.88 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
70 %

Sondage