Crise à l'AIBA : la justice suisse déboute les opposants

Publié le 26/09/2017 - 08:40
Mis à jour le 26/09/2017 - 08:40

La justice suisse a débouté ce lundi25 septembre 2017 les opposants qui entendaient prendre le contrôle de la Fédération internationale de boxe (AIBA), basée à Lausanne, et a ainsi conforté le président taïwanais Ching-Kuo Wu dans ses fonctions, a annoncé l'instance.

PUBLICITÉ

Des opposants au président Wu, siégeant au comité exécutif de l’AIBA, avaient tenté en juillet de prendre le contrôle de la fédération. Ils contestaient la gestion de la fédération par M. Wu et estimaient que celle-ci était en danger financièrement. M. Wu avait répondu que la situation financière de l’AIBA était « saine » et qu’elle disposait de 15 millions de francs suisses (un peu plus de 13 M EUR) de réserves.

Dans une décision rendue lundi, le tribunal d’arrondissement de Lausanne a « entièrement rejeté les demandes formulées en juillet (lors du comité exécutif) à Moscou et les a invalidées », indique l’AIBA dans un communiqué. Cette décision « maintient Ching-Kuo Wu dans sa position de président et William Louis-Marie dans celle de directeur exécutif« , ajoute l’AIBA.

L’AIBA est restée « unie et confiante dans le fait que la justice suisse reconnaîtrait les valeurs fondamentales d’intégrité et de transparence que promeut notre fédération », a réagi M. Wu. Début août, un tribunal de Lausanne avait décidé de « rejeter les demandes urgentes de mesures provisionnelles », réclamées par les opposants dans l’attente de la décision définitive.

Les opposants emmenées par l’Italien Franco Falcinelli et le Canadien Pat Fiacco réclamaient notamment la tenue d’un congrès extraordinaire et estimaient avoir obtenu un vote de défiance envers M. Wu, par ailleurs membre de la commission exécutive du CIO. Ils avaient tenté en juillet de prendre le contrôle du siège de l’AIBA à Lausanne avant d’être éconduits par la police.

M. Wu avait succédé en 2006 à la tête de l’AIBA au Pakistanais Anwar Chowdry et a depuis lors entamé un travail de nettoyage d’une fédération aux pratiques souvent contestables.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.53
ciel dégagé
le 26/05 à 15h00
Vent
3.07 m/s
Pression
1015.17 hPa
Humidité
62 %

Sondage