Des abus sexuels dans le diocèse de Besançon ? "Comme tous les diocèses de France, nous sommes confrontés à cette question" (Mgr Bouilleret)

Publié le 01/03/2019 - 19:53
Mis à jour le 09/06/2019 - 19:50

Après l'utilisation du terme "Satan" par le Pape François pour qualifier les auteurs d'abus sexuels et la colère des associations de victime, la polémique est vive ce mois de février 2019 à l'issue du sommet sur la protection des mineurs au Vatican. Nous avons rencontré Mgr Bouilleret, archevêque de Besançon, pour faire le point sur la situation et notamment dans le diocèse de Besançon.

La question est délicate, mais pourtant devenue notable au sein de l'Église. Monseigneur Bouilleret a bien voulu répondre à nos questions malgré la polémique actuelle. Il nous a reçus dans son bureau à l'archevêché.

"La première démarche qui est faite, c'est auprès de la justice"

"Nous sommes en relation étroite avec le procureur pour signaler des abus éventuels qui ont été perpétrés par des prêtres", explique Mgr Bouilleret face à notre caméra. "La première démarche qui est faite, c'est auprès de la justice. Cela reste dans la confidentialité d'une démarche judiciaire. Comme tous les diocèses de France, nous sommes confrontés à cette question".

Le droit à la présomption d'innocence

Sur le nombre de signalements, l'archevêque de Besançon indique "qu'il y en a quelques-uns" et tient à préciser "qu'il est important de respecter la présomption d'innocence" : "Tant qu'il n'y a pas eu de mise en examen et de jugement prononcé, les personnes ont droit à cette présomption d'innocence, ce qui n'est pas toujours compris", indique l'archevêque qui précise informer la justice dès qu'il "est mis au courant d'éventuel abus sexuel".

Un cas entendu près de 50 ans après les faits par Mgr Bouilleret

Que se passe-t-il lorsque les faits sont proscrits ? Lorsque le prêtre présumé fautif est décédé ? Mgr Bouilleret a, un jour, reçu une de ces personnes qui n'ont jamais rien dit, qui ne se sont jamais présentées devant la justice, mais qui, après des années, parlent enfin.

"Une personne est venue me voir il y a de cela trois-quatre an. Son agresseur présumé était mort depuis très longtemps. Elle avait besoin d'être écoutée par une autorité, même si les faits se sont passés dans les années 50. Il n'y avait plus aucune démarche à faire puisque l'abuseur supposé était décédé. Il n'y a donc pas d'enquête (…) Tant que l'on n’a pas écouté de victimes, on n'est pas conscient des destructions qui ont lieu chez les personnes. C'est vraiment pour moi essentiel, indépendamment de toutes les démarches" , conclut Mgr Bouilleret.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Confinement #2 : un aperçu de Besançon ce vendredi matin…

D’habitude, le vendredi matin, entre 08h30 et 09h00, la ville de Besançon est particulièrement vivante la veille du week-end. Les arrêts de bus et de tram sont pleins, ça grouille de voitures qui se suivent de très près dans des files de feux tricolores... mais ce vendredi 30 octobre, c’était différent, très différent, en cette première matinée de confinement.

A Nice, Macron dénonce « une attaque terroriste islamiste » contre la France

L'opération Sentinelle de 3.000 à 7.000 militaires •

"Très clairement c'est la France qui est attaquée"Emmanuel Macron a dénoncé jeudi depuis Nice "une attaque terroriste islamiste" dans la basilique Notre-Dame qui a fait trois morts, et annoncé le passage de 3.000 à 7.000 soldats pour l'opération Sentinelle pour protéger les lieux de culte et les écoles.

Confinement : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du Premier ministre

Ce jeudi 29 octobre, à quelques heures du début du deuxième confinement en France, le Premier ministre Jean Castex entouré de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, Elisabeth Borne ministre du Travail, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et Olivier Véran, ministre de la Santé, a détaillé la feuille de route.

Besançon : réaction d’Anne Vignot suite au confinement annoncé par le président de la République

La forte dégradation de la situation sanitaire a conduit le président de la République à annoncer un confinement à compter de ce jeudi 29 octobre à minuit. Anne Vignot, maire de Besançon, présidente de Grand Besançon Métropole, prend acte de cette décision, "nécessaire au regard de la crise sanitaire".

Confinement : pas de pénurie dans les supermarchés « si tout le monde reste raisonnable »

Pas de panique ! Il y aura toujours du papier toilette. Alors que de nouvelles mesures sanitaires drastiques planent sur la France pour endiguer l’épidémie de Covid-19, les supermarchés assurent qu’on trouvera tous les produits “sans difficulté” dans les semaines qui viennent, si “tout le monde reste raisonnable” dans ses achats.

Attentat à Nice : Jean Castex porte le plan vigipirate au niveau « urgence attentat » partout en France

Le plan vigipirate est porté au niveau "urgence attentat" sur l’ensemble du territoire national après l’attaque au couteau à Nice, a annoncé ce jeudi 29 octobre 2020 devant l’Assemblée nationale le Premier ministre Jean Castex, précisant qu’un conseil de défense aurait lieu vendredi matin. Le niveau "urgence attentat" peut être mis en place à la suite d’un attentat et permet la mobilisation de moyens exceptionnels.

Sondage – Comptez-vous faire des réserves de denrées alimentaires dans les supermarchés d’ici la fin de la semaine ?

Le président de la République a annoncé ce mercredi soir un reconfinement de la population française qui prendra effet ce jeudi à minuit et jusqu'au 1er décembre au moins. Prévoyez-vous de faire des réserves de denrées alimentaires d'ici la fin de la semaine ? Précisons que les dirigeants de la grande distribution affirment qu'aucune pénurie n'est possible si les Françaises et les Français font leur courses normalement... C'est le sondage de cette fin de semaine.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.36
couvert
le 30/10 à 12h00
Vent
2.21 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
87 %

Sondage