Alerte Témoin

Des couches lavables made in Besançon

Publié le 11/04/2013 - 18:36
Mis à jour le 11/04/2013 - 18:45

A la Blanchisserie du Refuge, on lave une petite centaine de couches de bébés par jour pour la crèche Artois dans le quartier Planoise mais pas seulement. Depuis janvier 2013, on s’est lancé dans la confection de ces couches lavables.

20130411coucheslavables.jpg
©ville de besançon

Du lavage à la fabrication

Rappelez-vous ! En septembre 2009, la Direction de la petite enfance de la Ville de Besançon, dans le cadre d'une politique de gestion des déchets et de développement durable, avait souhaité introduire l'utilisation de couches lavables au sein d'une crèche et avait fait appel aux services de la Blanchisserie du Refuge, structure d'insertion par l'activité économique, pour en assurer l'entretien. L'expérimentation, qui a duré plusieurs mois, a permis notamment de mettre au point un protocole de lavage au sein de la blanchisserie, protocole qui a été validé par le laboratoire du CHU de Besançon, confirmant ainsi son utilisation pour le traitement des couches des enfants des crèches.

Cent couches lavées chaque jour

"A ce jour, la Blanchisserie du Refuge lave une petite centaine de couches par jour et assure la prestation « livraison » en se rendant quotidiennement à la crèche Artois pour déposer les couches propres et reprendre les couches sales. Ce qui représente, en terme d'emplois, l'embauche à mi-temps de 3 personnes en insertion", explique la Ville.

Mais la Blanchisserie du Refuge n’en est pas restée là ! Atelier et chantier d'insertion (ACI) employant à ce jour 45 personnes à temps partiel, elle s’est engagée dans un projet de conception de couches lavables.

Des couches "Anaka"

Au printemps 2012, une formation en couture était proposée à trois salariées (encadrement et insertion) "leur permettant d'acquérir et/ou de développer des apports théoriques et pratiques dans la confection de modèles de couches". A l’été, a été lancée la recherche de fournisseurs des tissus et des matériels nécessaires (surjeteuse et ciseau électrique). A l’automne, du tissu certifié 100 % biologique pour la couche et du matériel a été acquis et plusieurs prototypes ont été conçus et essayés à la crèche Artois.

Enfin, en janvier 2013, la fabrication des couches lavables a débuté, la production étant ajustée à la demande et réalisée en lien permanent avec la directrice de la crèche et son équipe. Le mois suivant, la marque Anaka (qui signifie enfant en malgache) était déposée à l'INPI. 

Six embauches en insertion

Cette nouvelle activité de la Blanchisserie du Refuge a permis l’embauche de six salariés en insertion à temps partiel répartis équitablement entre la confection couches lavables et la prestation entretien - livraison. 

En terme de développement durable, cette démarche permet une réduction d’environ 4 tonnes de déchets par an.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     15.33
    peu nuageux
    le 07/08 à 0h00
    Vent
    1.46 m/s
    Pression
    1019 hPa
    Humidité
    93 %

    Sondage