Des élus interpellent le Premier ministre sur une "dégradation" du système de santé

Publié le 16/01/2019 - 08:16
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:25

Plusieurs élus de la Nièvre, dont un sénateur, ont interpellé le Premier ministre sur « l’organisation du système de santé (qui) ne cesse de se dégrader », dénonçant une réponse de l’État « clairement pas à la hauteur » dans une lettre transmise à l’AFP ce mardi 15 janvier 2019.

"Dans les motifs de colères partagés partout en France ces jours-ci, les revendications pour plus de justice et d'égalité d'accès aux soins s'expriment, parfois avec l'énergie du désespoir", selon cette lettre datée du 8 janvier, s'inquiétant d'hôpitaux "exsangues" et de professionnels de santé "en limite de rupture".

Des fermetures et transferts de services

"Dans la Nièvre, l'offre de soins s'effrite, mois après mois, de plus en plus rapidement", estiment les élus, évoquant la fermeture de maternités, le transfert du centre d'appel 15 à Dijon ou encore une présence médicale jugée insuffisante dans les services d'urgences.

Les signataires, le sénateur Patrice Joly, le président du département Alain Lassus, l'ancien député et président du "Pays Nivernais-Morvan" Christian Paul, et le président du "Pays Val de Loire Nivernais" Éric Guyot, demandent à être reçus par la ministre de la Santé.

Les élus demandent notamment "un moratoire sur la fermeture des plateaux techniques des hôpitaux" et sur les dettes des établissements qui "les mettent dans l'incapacité d'investir, jusqu'à voir parfois des fuites d'eau dans les chambres de nos malades-usagers".

Plusieurs manifestations

Plusieurs centaines de manifestants avaient défilé mercredi dernier à Decize pour défendre l'hôpital de la ville, où l'Agence régionale de santé (ARS) a programmé la disparition du service de "chirurgie conventionnelle".

Les Nivernais ont manifesté à plusieurs reprises, ces derniers mois, leurs inquiétudes sur l'accès aux soins dans le département. Des craintes sur le devenir des urgences de nuit à Clamecy avaient notamment poussé 35 maires à remettre leur démission en février 2018 au préfet. L'ARS avait finalement annoncé que les urgences de nuit seraient maintenues mais réorganisées.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Mauvais goût de l’eau au centre ville de Besançon : des analyses “temporairement renforcées”

Suite à un incident technique survenu lundi soir sur la station de production d’eau de Chenecey Buillon, les équipes d’astreinte du service de l’eau ont dû modifier les conditions de production et distribution de l’eau alimentant le centre-ville de Besançon

Prévention solaire des dermatologues francs-comtois : “Où que tu sois, du soleil méfie-toi !”

Avec la météo et les températures actuelles, le premier réflexe que l’on a le matin n’est surement pas celui de s’appliquer de la crème solaire avant de partir travailler. Et pourtant… les dermatologues de Franche-Comté, Caroline Biver-Dalle et Hervé Van Landuyt associés à la Ville de Besançon ont rappelé au cours d’une conférence de presse mardi 11 juin 2024 les dangers liés à l’exposition solaire qui ne surviennent pas uniquement lors d’une séance de bronzage...

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.65
légère pluie
le 17/06 à 3h00
Vent
1.43 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
96 %