Alerte Témoin

Des élus interpellent le Premier ministre sur une "dégradation" du système de santé

Publié le 16/01/2019 - 08:16
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:25

Plusieurs élus de la Nièvre, dont un sénateur, ont interpellé le Premier ministre sur "l'organisation du système de santé (qui) ne cesse de se dégrader", dénonçant une réponse de l'État "clairement pas à la hauteur" dans une lettre transmise à l'AFP ce mardi 15 janvier 2019.

"Dans les motifs de colères partagés partout en France ces jours-ci, les revendications pour plus de justice et d'égalité d'accès aux soins s'expriment, parfois avec l'énergie du désespoir", selon cette lettre datée du 8 janvier, s'inquiétant d'hôpitaux "exsangues" et de professionnels de santé "en limite de rupture".

Des fermetures et transferts de services

"Dans la Nièvre, l'offre de soins s'effrite, mois après mois, de plus en plus rapidement", estiment les élus, évoquant la fermeture de maternités, le transfert du centre d'appel 15 à Dijon ou encore une présence médicale jugée insuffisante dans les services d'urgences.

Les signataires, le sénateur Patrice Joly, le président du département Alain Lassus, l'ancien député et président du "Pays Nivernais-Morvan" Christian Paul, et le président du "Pays Val de Loire Nivernais" Éric Guyot, demandent à être reçus par la ministre de la Santé.

Les élus demandent notamment "un moratoire sur la fermeture des plateaux techniques des hôpitaux" et sur les dettes des établissements qui "les mettent dans l'incapacité d'investir, jusqu'à voir parfois des fuites d'eau dans les chambres de nos malades-usagers".

Plusieurs manifestations

Plusieurs centaines de manifestants avaient défilé mercredi dernier à Decize pour défendre l'hôpital de la ville, où l'Agence régionale de santé (ARS) a programmé la disparition du service de "chirurgie conventionnelle".

Les Nivernais ont manifesté à plusieurs reprises, ces derniers mois, leurs inquiétudes sur l'accès aux soins dans le département. Des craintes sur le devenir des urgences de nuit à Clamecy avaient notamment poussé 35 maires à remettre leur démission en février 2018 au préfet. L'ARS avait finalement annoncé que les urgences de nuit seraient maintenues mais réorganisées.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Où se baigner en toute sécurité en Bourgogne Franche-Comté ?

carte de baignade • L'Agence Régionale de la Santé de Bourgogne-Franche-Comté appelle les habitants de la région à la plus grande prudence en privilégiant les points de baignade surveillées pour se rafraichir durant les fortes chaleurs. Voici la liste de près de 80 points de baignade naturelle classées en fonction de la qualité de l'eau. 

Été et risque de noyade : les conseils pour votre baignade

Le ministère des Sports a lancé un appel à la vigilance pour sensibiliser les baigneurs aux risques de noyades et d'hydrocution. Les noyades accidentelles sont responsables chaque année d’environ 1.000 décès et constituent la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans.Voici tous les conseils utiles et pratiques pour éviter les accidents de baignades.   

Que faire en cas de piqûre de guêpe ?

C'est la saison des guêpes  ! Cet été 2020, avec de très faibles précipitations, est propice à leur développement. De plus, la chaleur facilite la survie des insectes, première nourriture des guêpes. Alors quand il y a piqûre ? Que faire ?  Une piqûre de guêpe  doit être soignée. Pour les personnes allergiques, il faut réagir très vite, car une vulgaire piqûre peut être mortelle. Voici les conseils.

Canicule : interdiction de se baigner dans les lacs et les rivières

Rappel • Joël Mathurin, le préfet du Doubs et les sapeurs-pompiers appellent à la plus grande prudence suite aux récentes noyades survenues dans le département. Pour rappel, il est interdit de se baigner dans les lacs et rivières du Doubs "hors zones de baignades référencées et autorisées." Les pompiers invitent la population à respecter les consignes "pour éviter des drames".

L’agriculture intensive augmente les risques de pandémie (étude)

L'exploitation des terres pour l'agriculture intensive, qui rapproche des humains les animaux sauvages dont l'habitat est dérangé, rend plus probable la survenue de pandémies telles que celle du Covid-19, selon une étude publiée mercredi. Selon cette étude publiée dans la revue Nature, les maladies dont sont porteurs les animaux sauvages ont plus de risque d'être transmises aux humains en raison de l'évolution de l'usage des terres.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     28.33
    ciel dégagé
    le 09/08 à 18h00
    Vent
    2.25 m/s
    Pression
    1016 hPa
    Humidité
    46 %

    Sondage