Don de sang en Bourgogne Franche-Comté : l’EFS tire la sonnette d'alarme !

Publié le 31/03/2021 - 15:02
Mis à jour le 01/04/2021 - 14:30

Avec la crise sanitaire, le don de sang affiche une baisse de 23% de nouveaux donneurs en 2020 en Bourgogne-Franche-Comté. Et la tendance se poursuit avec un déficit de près de 1.000 primo-donneurs au premier trimestre 2021. L’EFS tire la sonnette d’alarme et invite les citoyens qui ne l’ont jamais fait à passer le cap du don de sang pour la première fois.

Le recrutement de nouveaux donneurs : un enjeu essentiel

"Malgré le dévouement indispensable et sans faille des 41 722 donneurs connus revenus en 2020 que nous remercions chaque jour pour leur engagement citoyen, et le retour au don avec la crise d’anciens donneurs que nous n’avions plus vu en collecte de sang, trouver de nouveaux donneurs est essentiel. Faites comme eux, devenez donneur de sang", affirme Dr Christophe Barisien, responsable régional des prélèvements à l’EFS BFC.

L’enjeu est majeur pour :

  • renouveler les donneurs. Chaque année, 170 000 personnes quittent le contingent national des donneurs de sang par limite d’âge ou contre-indications médicales. Or pour un départ, il faut recruter 1,5 nouveau afin d’obtenir un nombre de dons annuel équivalent, les anciens donneurs donnant plus souvent que les nouveaux.
  • répondre de manière adaptée à chaque besoin. Avec 500 000 transfusés en France par an, le recrutement de profils variés apporte la diversité en groupes sanguins et phénotypes indispensables pour couvrir les besoins de toute la population malgré ses différences génétiques.
  • assurer les besoins immédiats quel que soit le contexte. La crise sanitaire qui nous touche est un bon exemple. Un nombre important de malades de la Covid-19, c’est autant de donneurs écartés temporairement du don, puisqu’il faut attendre 28 jours après l’arrêt des symptômes pour pouvoir donner son sang. Il faut donc compter sur de nouveaux donneurs pour assurer les 10 000 dons nécessaires chaque jour en France. »

"Le don de sang, c’est un moment de pause, allongé sur un lit de prélèvement ... en sauvant des vies." EFS Bourgogne Franche-Comté

Des opérations de recrutement entravées par la crise sanitaire

Les collectes événementielles organisées avec l’aide de partenaires de collecte de l’EFS (Rotary, Lions Club, etc.) et des indispensables associations de donneurs de sang bénévoles, "sont la meilleure façon d’inviter les citoyens à tendre le bras pour la première fois" souligne l'EFS BFC : lieu fréquenté en centre ville, en campus et lycées, ambiance festive et animations attirent normalement en Bourgogne Franche-Comté chaque année près de 2 100 primo- donneurs, soit près de 15% des recrutements annuels. Avec la crise sanitaire ces événements sont réduits au minimum, offrant ainsi moins de visibilité au don de sang.

C’est pourquoi l’EFS se réinvente et propose de nouveaux formats de collecte pour attirer et mettre en lumière ce geste généreux, solidaire et indispensable pour les malades :

  • Une collecte inédite organisée au Musée des Beaux-Arts de Dijon. Récemment, 97 donneurs ont pu découvrir les œuvres de 3 salles tout au long de leur parcours, commentées par les médiatrices du musée. Une initiative qui a attiré 15 nouveaux donneurs !
  • La création d’un challenge inter-lycées. Du 1er avril au 31 mai, l’EFS invite tous les lycées de la région à se challenger pour sauver des vies, en invitant un maximum d’élèves, parents d’élèves et personnel à donner leur sang au nom de l’établissement... peut-être même pour la première fois 😉
  • Des challenges inter-organismes réinventés. Initialement prévus pour inciter les entreprises à découvrir le don de sang, les challenges inter-organismes s’adressent également aux clubs sportifs, associations et groupes d’amis.
  • Malgré ces initiatives très appréciées des donneurs, cela ne compense pas la baisse de recrutement qui s’amorce encore cette année...

© Hélène Loget

Le don de sang, "une vraie bonne idée solidaire pour s’accorder un moment de pause"

L’EFS alerte à présent et invite tous les citoyens en âge de donner à découvrir l’expérience don de sang, "une manière solidaire de prendre l’air en ce moment et de sauver des vies ! Seul ou entre amis, le don de sang est l’occasion de se retrouver dans un lieu convivial, avec l’assurance du respect des règles sanitaires, pour un petit moment de pause et d’émotions positives générées par cet acte de générosité."

"Et pendant les 7 à 10 minutes de prélèvement, tout est permis : écouter de la musique, trier des photos, errer sur les réseaux sociaux sans culpabiliser... car en même temps, on sauve des vies." EFS Bourgogne Franche-Comté

L'EFS démonte les idées reçues qui freinent les nouveaux donneurs

« Le don de sang fait mal »FAUX

Le don de sang n’est pas plus douloureux qu’une prise de sang. Le prélèvement est réalisé par un personnel qualifié, spécialement formé et qui veille à votre bien-être.

« Il faut prévoir une demie-journée pour donner son sang »FAUX

Comptez 1h de votre arrivée à votre départ. Avec la prise de RDV, vous choisissez même votre créneau !

« Je n’aime pas les hôpitaux donc je vais me sentir mal sur la collecte »FAUX

Que ce soit les équipes de l’EFS en Maison du don ou les associations de bénévoles sur les collectes mobiles, vous serez accueilli.e dans une ambiance chaleureuse et conviviale

« On se sent fatigué après un don de sang »FAUX

Après votre don, les agents de collations sont aux petits soins pour vous permettre de reprendre des forces : boissons, aliments sucrés et salés, il y en a pour tous les goûts.

« Avec le couvre-feu, je ne peux pas me rendre en collecte »FAUX

Si votre passage en collecte (déplacement inclus) se déroule pendant les horaires du couvre-feu, il suffit de cocher la case "assistance aux personnes vulnérables" de l’attestation dérogatoire.

« On ne peut pas faire de sport après un don de sang »VRAI et FAUX

Il est conseillé de ne pas pratiquer d’activité trop intensive dans les heures qui suivent le don, mais en buvant beaucoup d’eau ou de jus, l'organisme reconstitue rapidement le volume sanguin prélevé.

« L’EFS n’a pas besoin de moi, il y a déjà assez de donneurs »FAUX

Chaque don compte, il n’y aura jamais trop de donneurs pour répondre aux besoins des malades. En cette période de crise sanitaire, donner son sang est aussi un moyen simple et concret de contribuer au système de santé.

« Je peux proposer à quelqu’un de venir avec moi »VRAI

Le don de sang est une manière agréable de se retrouver pour sauver des vies en famille ou entre amis, dans un environnement sain où l’on prend soin de vous. De quoi se sentir encore plus fier !

Donner son sang, ça se prépare !

  • Pour donner, il faut être âgé de 18 à 70 ans, peser au moins 50kg et se sentir en forme. Vérifiez que vous pouvez donner grâce au questionnaire en ligne disponible sur l’appli Don de sang ou sur dondesang.efs.sante.fr
  • Prenez rendez-vousvia l’application Don de sang ou sur mon-rdv-dondesang.efs.sante.fr. Initiative régionale étendue à tout le territoire, la prise de RDV en ligne permet d’assurer la fluidité de la collecte pour un niveau de sécurité optimale ainsi qu’une fréquentation adéquate aux besoins des malades.
  • Avant votre arrivée, assurez-vous de ne pas être à jeun et de vous sentir en forme.
  • Munissez-vous d’une pièce d’identité ou de votre carte donneur, disponible dès 2 dons sur l’appli Don de sang.
  • Respectez un délai de 14 jours après avoir été en contact étroit avec un cas confirmé de la Covid- 19 ou après l’arrêt des symptômes, si vous avez eu des symptômes grippaux.
  • Respectez un délai de 28 jours après l’arrêt des symptômes si vous avez été malade de la Covid-19.
  • Tous les lieux de don sur dondesang.efs.sante.fr/trouver-une-collecte

En Bourgogne-Franche-Comté l’EFS propose des collectes de sang mobiles pour aller au plus près des citoyens. Une trentaine de collectes sont organisées chaque semaine avec le soutien précieux des associations pour le don de sang bénévole. Sept Maisons du don sont également ouvertes quasi quotidiennement à Auxerre, Belfort, Besançon, Chalon-sur-Saône, Dijon, Mâcon et Sens.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : entre progression de l’épidémie et poursuite de la vaccination…

La persistance d’une progression de l’épidémie dans notre région en dépit des mesures de protection mises en place et alors que la campagne de vaccination se poursuit est "un signal d’alerte", prévient l'ARS Bourgogne Franche-Comté ce 16 avril 2021. Elle rappelle l'importance de "ne pas céder au découragement" et de "rester mobilisés" en respectant les gestes barrières.

Vaccination : des créneaux réservés pour certains professionnels de plus de 55 ans

Dès ce week-end • Jean Castex a annoncé ce jeudi 15 avril que des centres de vaccination allaient ouvrir dès samedi des "créneaux dédiés" pour les enseignants et professionnels de la petite enfance de plus de 55 ans, mais aussi les policiers, gendarmes, surveillants pénitentiaires et autres professions particulièrement exposées au Covid-19.

Écoles, terrasses, musées : Macron maintient son calendrier de réouverture

Emmanuel Macron a indiqué, jeudi 15 avril au soir, à une quinzaine de maires, qu'il comptait toujours rouvrir les musées et les terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", selon plusieurs participants à cette visioconférence. Des réouvertures territorialisées pourraient-être envisagées.

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.67
partiellement nuageux
le 18/04 à 0h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
22 %

Sondage