Elle faisait croire que sa maison était hantée : pas de poursuites…

Publié le 12/11/2014 - 16:45
Mis à jour le 12/11/2014 - 17:47

La justice a annulé mercredi les poursuites judiciaires à l’encontre d’une femme de 57 ans qui avait fait croire cet été à la police que sa maison d’Amnéville en Moselle était hantée.

 ©
©

Insolite

Le tribunal correctionnel de Metz a retenu l'exception de nullité soulevée par l'avocat de la prévenue, Me Thomas Hellenbrand, qui avait pointé que sa cliente, quasi analphabète, n'avait pu relire ses dépositions aux policiers avant de les signer.

 "C'est un jugement tout à fait opportun", selon Me Hellenbrand, estimant qu'accuser un "polteirgeist" d'avoir ravagé sa maison "n'est pas un délit" mais plutôt un "délire". Fin août, la maison des époux Hachette, dans un quartier pavillonnaire d'Amnéville, était retrouvée sens dessus dessous, avec un téléviseur renversé, des vitres et des assiettes brisées. Paniqué, le couple s'était dit convaincu qu'un esprit frappeur avait commis ce désastre et avait porté plainte contre X pour dégradations volontaires.

En pleine torpeur estivale, les médias locaux s'étaient promptement saisis de l'affaire, attirant dans leur sillage une foule de curieux, "chasseurs de fantômes" et autres "spécialistes" du paranormal. Toutefois au bout de trois semaines d'enquête, la police concluait à une intervention humaine.

Placée en garde à vue, Me Hachette avouait avoir elle-même saccagé sa maison durant une crise de nerfs. Cette femme psychologiquement et physiquement fragile, tremblante comme une feuille au tribunal, s'était retrouvée poursuivie pour "dénonciation mensongère" ayant entraîné des "recherches inutiles", tandis que son mari avait été mis hors de cause.

Les policiers étaient "peut-être un peu vexés d'avoir cru à cette histoire de poltergeist. Ils ont cru devoir diligenter des poursuites, mais elles étaient vraiment très mal dirigées contre une personne faible, qui maintenant va retrouver la paix et la sérénité", a dit Me Hellenbrand.

(Avec AFP) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 18.96
légère pluie
le 15/06 à 12h00
Vent
6.07 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
59 %