Energie : Emmanuel Macron annonce un vaste plan nucléaire, en rupture avec 2017

Publié le 10/02/2022 - 17:43
Mis à jour le 10/02/2022 - 17:40

Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi 10 février 2022 à Belfort un vaste plan de relance nucléaire, avec l’objectif pour 2050 de construire six nouveaux EPR de seconde génération et d’étudier la construction de huit réacteurs supplémentaires.

 © Distel PXB CC0
© Distel PXB CC0

Autre annonce, il veut "prolonger tous les réacteurs qui peuvent l'être", au-delà de 50 ans si possible, et éviter d'en fermer, une volte-face par rapport aux objectifs de 2018 d'en fermer une douzaine.

"J'ai pris deux décisions fortes : prolonger tous les réacteurs nucléaires qui peuvent l'être, sans rien céder sur la sûreté" et "qu'aucun réacteur nucléaire en état de produire ne soit fermé à l'avenir (...) sauf raison de sûreté", a-t-il dit à Belfort, précisant avoir demandé à l'électricien français EDF "d'étudier les conditions de prolongation au-delà de 50 ans".

Pour les nouveaux réacteurs, "nous procéderons par palier", a-t-il expliqué, avec une mise en service du premier EPR2 vers 2035. La filière devra développer de petits réacteurs modulables (SMR) et des réacteurs "innovants" produisant moins de déchets.

  • Au total, ces décisions à très long terme devraient aboutir à la mise en service de "25 gigawatts de nouvelles capacités nucléaires d'ici à 2050", une "révolution" justifiée par la hausse des besoins d'électricité.

Ce sera une nette hausse par rapport aux quelques 61 GW du parc nucléaire français actuel, alors que la loi de programmation pluriannuelle de l'énergie de 2020 prévoyait la fermeture d'une douzaine des réacteurs les plus anciens. "Il nous faut reprendre le fil de la grande aventure du nucléaire civil en France", a-t-il lancé, en ironisant sur ses adversaires qui "affirment que nous n'aurions pas besoin de nucléaire".

"La décennie passée a été marquée par un doute international sur le nucléaire, une période de glaciation suite évidemment au terrible événement à Fukushima", a-t-il reconnu. "Certaines nations ont fait des choix radicaux dans cette période de tourner le dos au nucléaire. La France n'a pas fait ce choix, elle a résisté mais elle n'a pas réinvesti parce que ce doute était là".

Mais désormais, "il y a rupture du temps passé", les conditions sont maintenant réunies pour la renaissance du nucléaire". "EDF, une entreprise de souveraineté, construira et exploitera les nouveaux EPR. Elle pourra compter sur le soutien de l'Etat pour mener à bien ce projet d'une ampleur inégalée depuis 40 ans dans de bonnes conditions financières et opérationnelles", a-t-il conclu, en promettant de débloquer "plusieurs dizaines de milliards d’euros".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.95
légère pluie
le 20/04 à 0h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
95 %