Licenciement : enquête préliminaire sur un candidat de La République En Marche

Publié le 06/06/2017 - 16:52
Mis à jour le 06/06/2017 - 17:03

Le parquet de Dijon a ouvert une enquête préliminaire sur un candidat de La République en Marche (REM) en Côte-d’Or, soupçonné de tentative d’escroquerie au jugement dans la procédure de licenciement d’une salariée, a-t-on appris ce mardi 6 juin 2017 de source judiciaire.

Selon le mensuel L'Accent bourguignon, qui révèle l'affaire ce mardi, Didier Martin, ex-président de l'Office du tourisme (OT) de Dijon et candidat REM dans la 1ère circonscription de Côte-d'Or, est visé par une plainte de l'ex-directrice de l'OT, Éléonore Lanet, licenciée en 2015.

Dans sa plainte déposée en mars dernier, celle-ci lui reproche "d'avoir influencé des salariés" de l'Office "à rédiger des attestations en vue de
consolider son dossier" de licenciement devant le conseil de Prud'hommes, ce que M. Martin, également adjoint à la mairie de Dijon, conteste formellement. Le parquet de Dijon s'est refusé à tout commentaire.

Des signalements à "quelques jours des législatives"

Selon le mensuel, Mme Lanet, arrivée en poste en 2008, avait auparavant signalé des "agissements étranges" du président de l'OT, dont "de nombreuses notes d'hôtels et de restaurants interrogent, réglées avec la carte bleue de l'Office du tourisme, donc de l'argent public". Dans un communiqué, Didier Martin relève que "la justice a décidé d'entendre trois personnes de l'office de tourisme de Dijon" dont lui-même, "à quelques jours du premier tour des élections législatives", pour de présumés faux témoignages dans le cadre de la procédure prud'homale.

"Par sincérité (...) et dans une volonté de transparence, valeur essentielle du mouvement La République En Marche, je tiens à affirmer que je
suis convaincu que toutes ces personnes ont dit la vérité et qu'elles maintiendront leurs attestations écrites sur l'honneur", assure le candidat. Il qualifie également de "totalement infondées" les rumeurs "mettant en doute (sa) probité et (son) honnêteté", affirmant disposer "d'éléments objectifs et précis qui l'attestent et qui (lui) permettront de poursuivre toute diffamation".

Chez En Marche!, on assure "qu'aux dernières nouvelles", M. Martin "devait être entendu par la justice et qu'à ce stade la Commission nationale
d'investiture n'a pas été saisie" de son cas.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.68
légère pluie
le 21/04 à 18h00
Vent
3.44 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
76 %