Entreprises : quelles sont les zones d’activités économiques du Grand Besançon ? 

Publié le 10/05/2022 - 10:05
Mis à jour le 10/05/2022 - 14:29

Lors du prochain conseil communautaire de Grand Besançon Métropole ce mercredi 11 mai, le schéma des zones d’activités économiques du Grand Besançon 2020-2050 sera soumis au vote des élus.

Le 28 février 2019, Grand Besançon Métropole (GBM) avait voté son schéma de priorisation des zones d’activités économiques (ZAE). Depuis, le contexte a évolué, notamment au regard de la loi dite "Climat et résilience" adoptée en août 2021 avec de nouveaux objectifs visant l’absence d’artificialisation nette à l’horizon 2050. La politique d’accueil des activités économiques sur le territoire du Grand Besançon et sa déclinaison en matière d’aménagement de ZAE a donc été remise en question. 

Le 31 mars 2022, GBM a approuvé son projet de territoire prévoyant notamment de soutenir les dynamiques économiques du territoire en anticipant par exemple les besoin d’accueil et d’implantation d’entreprises et en proposant une réindustrialisation d’avenir, d’impulser un développement vertueux du territoire et de ses acteurs ou encore d’être exemplaire en matière d’environnement.

La politique d’accueil des activités économiques sur le territoire du Grand Besançon doit intégrer ce nouveau texte. Ainsi, un diagnostic a été réalisé et actualisé sur plusieurs points dont la consommation foncière depuis 20 ans et les tendances observées, le recensement des disponibilités foncières publiques et privées, le bilan des implantations d’entreprises en ZAE, la qualification des demandes d’implantation non satisfaites, l’analyse comparée de la consommation foncière et de l’évolution de l’emploi privé, ou encore l’étude du potentiel de développement des zones AU (à urbaniser) des Plans locaux d’urbanisme (PLU) des communes de GBM ainsi que l’étude du potentiel de déqualification des friches.

Résultats

En moyenne, 10 hectares de foncier à vocation économique sont consommés chaque année depuis 20 ans en ZAE et hors ZAE dans le Grand Besançon (60% sont dédiés à des activités mixtes, 90% des implantations ont lieu dans le périmètre d’une ZAE).

En 2021, le foncier disponible sur les ZAE du territoire est de 18 ha dont 9 ha en zones mixtes. Aucune parcelle de plus de 5 ha ne peut être proposée et très peu de plus de 1 ha. Une tension offre/demande est observée sur les grandes parcelles (inférieur à 1 ha) en zones mixtes avec une seule offre sur ce créneau : parc de l’Echange.

Une pénurie est anticipée sur la technopole Témis du fait d’une commercialisation très dynamique et de l’implantation en cours du groupe Antolin (4,3 ha de foncier).

GBM n’a pas de disponibilité foncière immédiate pour une implantation exceptionnelle sur plusieurs hectares.

Des disponibilités foncières économiques sont recensées dans les territoires limitrophes de GBM et situés à moins de 100 km (Vesoul, Rioz, Marnay, Dole, Baume-les-Dames, nord Franche-Comté, Dijon).

29 zones à urbaniser à vocation économique non aménagés sont inscrites dans les documents d’urbanisme des communes de GBM, soit 225 ha. Il est précisé que cette inscription ne préjuge ni de l’opportunité, ni de la faisabilité de ces espaces au regard de leurs caractéristiques propres et des différentes lois et réglementations promulguées depuis l’approbation des documents d’urbanisme. Les PLU sont cependant opérationnels jusqu’à leur remplacement au plus tard en août 2027.

Quelles sont les ZAE dans le Grand Besançon ?

71 hectares sont réservés à l’aménagement à court et moyen terme :

  • Champs chevaux à Saint-Vit (19,5 ha) – sous réserve du résultat des études archéologiques.
  • Champs Pusy à Pelousey (3,7 ha)
  • Extension de Cheneau blond à Saône (8 ha) – sous réserve d’une évolution de la programmation vers une dominante mixte (industrie-artisanat-commerce de gros – logistique) et au vu des études hydrogéologiques.
  • Gennes (0,6 ha)
  • Marchaux-Chaudefontaine (34 ha bruts). Début de la commercialisation possible à la fin de l’année 2026.
  • Portes de Vesoul à Besançon (5ha). Logement et industrie.

19 hectares sont en attente du résultat des études pré-opérationnelles :

  • Besançon -Franois (10 ha) - Prolongement de Témis Santé.
  • Les Andiers – Thise (4 ha)
  • Pouilley-Pelousey (4,7 ha)

Par ailleurs, 16,2 hectares concernent des projets émanant du privé :

  • La Lye (projet Ohzone) à Miserey-Salines (3ha)
  • Lotissement Batipro à Thise (2,1 ha)
  • Site de l’Escale (ex-Jeantet à Besançon (2,5 ha)
  • Zone « Bonnefoy » à Franois (4,3 ha)
  • Zone A fan à Pirey (4,3 ha)

Environ 130 ha de zones à urbaniser inscrites dans les PLU des communes seront à analyser dans le cadre de la révision ou de l’élaboration des schémas de planification et documents d’urbanisme à venir (SRRADET-Schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires, SCoT - Schéma de cohérence territoriale, PLUi - Le plan local d'urbanisme)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Tarifs des péages d’autoroute en hausse : " La mobilité se transforme en luxe " pour " 40 millions d’automobilistes "

L’augmentation moyenne du tarif des péages d’autoroute à hauteur de 4,75 % entrera en vigueur à compter de ce mercredi 1er février 2023. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, c’est "une hausse inadmissible qui s’ajoute au prix délirant des carburants et transforme la mobilité en luxe."

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

Bourgogne Franche-Comté : 3 millions d’euros pour soutenir les boulangeries et les boucheries

CRISE ÉNERGÉTIQUE • En raison de crise énergétique qui sévit actuellement en France comme dans de nombreux pays européens, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté a annoncé mercredi 25 janvier un coup de pouce pour soutenir les boulangeries-pâtisseries et les boucheries-charcuteries à hauteur de 3 millions d’euros.

Région Bourgogne Franche-Comté : un budget à 2 milliards d’euros pour 2023

La présidente de Région, Marie-Guite Dufay, a réuni les élus du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en session plénière mercredi 25 et jeudi 26 janvier 2023. Principal dossier à l’ordre du jour de l’assemblée : le vote du budget régional 2023 d’un montant de 1,967 milliard d’euros (hors gestion active de la dette) dont plus de 1,6 milliard d’euros est dédié au financement des politiques publiques, soit plus de 81 % du budget régional.

La Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté réaffirme ses ambitions pour 2023

Dans un contexte économique peu engageant, la Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté (BP BFC) a tenu une conférence de presse présidée par son directeur général Jean-Paul Julia, afin de dresser le bilan de l’année écoulée et de faire le point sur les ambitions portées par la banque en 2023. 

Bourgogne Franche-Comté : la filière automobile, un secteur encore perturbé en 2022

ÉTUDE INSEE • À la mi-2022, les 370 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté employaient 38.530 salariés et 5.540 intérimaires. Malgré une reprise en 2021, cette filière reste perturbée en 2022 par le contexte économique et les mutations en cours du secteur. L’emploi salarié est en baisse sur un an, avec davantage de départs que d’embauches.

Prêt : un ajustement mensuel pour mieux " lisser " les relèvements du taux d’usure dès février

Les taux de l’usure sont, selon la loi, calculés à partir des données collectées sur les taux de crédit au cours du trimestre précédent, comme les 4/3 des taux moyens pratiqués. Ces dispositions permettent de protéger les emprunteurs de taux excessifs et de préserver ainsi un large accès au crédit. La Banque de France, à titre exceptionnel pendant la période de plus forte remontée des taux, propose un ajustement technique pour mieux "lisser" les relèvements du taux de l’usure à partir du 1er février 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.29
couvert
le 31/01 à 0h00
Vent
0.32 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
95 %