Environ 1.500 manifestants contre le pass sanitaire à Besançon

Publié le 11/09/2021 - 17:37
Mis à jour le 12/09/2021 - 09:07

Neuvième semaine de mobilisation. Ils étaient environ un millier selon les autorités, près de 2.000 selon les organisateurs pour s’opposer une nouvelle fois au pass sanitaire avant la date fatidique du 15 septembre et de l’obligation vaccinale pour les personnels soignants.

Plus de 200 cortèges contre le pass sanitaire et la vaccination obligatoire étaient organisés dans toute la France. 121.000 contestatairesont manifesté dans toute la France.  La mobilisation, en recul depuis plusieurs semaines, a pu cependant bénéficier d’un regain d’intérêt, à quelques jours de la date butoir pour l’obligation obligatoire des soignants et des pompiers.

Les mêmes slogans et une seule demande : le retrait du pass sanitaire jugé liberticide par les manifestants. Dans les rangs de la manifestation, des personnels soignants, contraints à l'obligation vaccinale à partir du 15 septembre sous peine d'être suspendus.

À Besançon, le cortège est parti à 14h30 de la place de la Révolution avant un tour de ville et une prise de paroles place du 8 septembre appelant notamment à la mobilisation le  mercredi 15 septembre 2021 en début d'après-midi devant l'entrée de l'hôpital Minjoz.

Vers 16h30, la manifestation a commencé à se disloquer. Une heure plus tard, il n'y avait quasiment plus de perturbations sur le réseau de transport urbain Ginko.

© B

En France, après trois week-ends de baisse, les autorités tablent sur un sursaut de la mobilisation, coalition hétéroclite d'antivax, de proches des "gilets jaunes", de militants d'extrême droite ou, plus généralement, d'adversaires politiques du gouvernement.

"On est au pied du mur. Le 15 septembre, des collègues et moi allons être suspendus sans salaire. Le système de santé n'avait pas besoin de ça", désespère Corinne, aide-soignante depuis 30 ans, venue de Franche-Comté pour manifester à Paris.

Ces manifestations interviennent au lendemain de la mise en examen pour "mise en danger de la vie d'autrui" de l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, dans le cadre de l'enquête ouverte par la Cour de justice de la République (CJR) sur la gestion gouvernementale de l'épidémie de Covid-19.

Le seuil symbolique des 50 millions de personnes ayant reçu une première dose de vaccin, prévu par le gouvernement pour fin août puis début septembre, n'est toujours pas atteint.

Obligatoire depuis le 21 juillet dans les lieux accueillant plus de 50 personnes, le pass sanitaire a été étendu à l'accès aux hôpitaux, sauf urgences, aux bars, aux grands centres commerciaux et aux 1,8 million de salariés au contact du public.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’efficacité de certains antidépresseurs remise en cause par une étude

Une étude scientifique qui ne manque pas de faire parler. L'intérêt des antidépresseurs serait remis en cause, car la dépression n'est pas liée à un déséquilibre chimique. La thèse, récemment soutenue par une psychiatre britannique, est largement contestée, mais cette polémique a l'intérêt d'illustrer les difficultés rencontrées pour comprendre cette maladie.

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon dans un communiqué ce jeudi. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.98
peu nuageux
le 13/08 à 21h00
Vent
2.41 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
41 %

Sondage