Estelle Meunier ouvre un atelier/show-room à Besançon

Publié le 22/03/2013 - 11:32
Mis à jour le 22/03/2013 - 11:44

La Pontissalienne Estelle Meunier, artisan d’art végétal de renommée internationale – qui a débuté sa carrière sous son nom d’épouse Estelle Cuinet -, vient de déménager son atelier d’Ornans à Besançon. Elle y propose, outre tout un programme de cours et stages (lire notre article ICI), ses propres créations en art végétal.

Une véritable artiste

Les Francs-Comtois ont découvert le talent d’Estelle en 1999 lorsqu’elle a ouvert sa première boutique "Pensée de violettes", place de la République, dans sa ville de Pontarlier, après avoir travaillé chez le maître-fleuriste renommé Pierre Declercq à Paris. Très vite la jeune femme s’est distinguée des autres fleuristes par l’originalité et l’élégance de ses compositions florales et les distinctions sont arrivées (voir encadré ci-contre). Puis il y eut l’installation dans une grande et belle maison de deux étages rue Tissot, à deux pas de l’église Saint-Bénigne toujours dans la capitale du Haut-Doubs en 2003, un passage éclair par un atelier-boutique-appartement Grande-Rue à Besançon en 2008, et de 2009 à 2013 la période de l’atelier dans l’ancien couvent de la Visitation d’Ornans. 

Davantage dans l’artistique, le conceptuel

En ce début d’année 2013, Estelle a choisi de transférer son activité franc-comtoise à Besançon, tandis qu’elle possède aussi un atelier dans la tour du château de Beire-le-Châtel, aux portes de Dijon où elle réside désormais. "Je suis Franc-Comtoise et je voulais absolument garder quelque chose en Franche-Comté. J’aurais vraiment été attristée si j’avais dû partir complétement", assure-t-elle.

A Besançon, son nouvel atelier "Destin d’une brindille", sis dans la cour d’un immeuble ouvrant sur la place De Lattre-de-Tassigny (ancienne place du Jura), lui permet d’accueillir les participants à ses ateliers et stages, mais lui sert aussi de show-room pour ses créations. Rien à voir avec des compositions florales classiques ou même avec les réalisations de ses débuts. "Depuis quinze ans, j’ai fait le tour de ce qui est traditionnel. Je suis maintenant beaucoup plus dans l’artistique, le conceptuel, indique Estelle, qui bénéficie du statut d’artisan d’art et appartient au réseau Ateliers art de France. Je travaille la matière végétale, ainsi que deux matériaux liés au végétal : le papier, que je crée moi-même après avoir appris la technique auprès d’un maître japonais, et la porcelaine, dont j’ai également appris la technique avec un maître-céramiste sur Paris. J’utilise toujours beaucoup d’éléments naturels de chez nous : les sangles d’épicéas, les petit rochers troués du mont d’Or, les végétaux que je récolte lors de mes herborisations…

"On peut tout faire avec du végétal"

Tableaux, sculptures, luminaires, rideaux, parois, paravents, cages à oiseau…, Estelle réalise selon son inspiration beaucoup de choses pérennes, en lyophilisant les végétaux. "Je reste souvent dans le blanc, le vert, le caramel, le chocolat", précise-t-elle. En fleurs naturelles, elle n’intervient désormais que très peu, pour des événements bien précis, des architectes d’intérieur ou quelques particuliers mais dans ce dernier cas dans un cadre très intimiste. "J’adore faire par exemple des mises en scène de tables", confie-t-elle. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Nouveau sursis pour les Galeries Lafayette de Besançon et Belfort

C’est un petit ouf de soulagement pour les 26 magasins Galeries Lafayette, dont ceux de Besançon et Belfort, exploités par l’homme d’affaires Michel Ohayon. Le plan de continuation d'activité des points de vente a reçu le soutien de son principal créancier, qui n’est autre que le groupe Galeries Lafayette, juste avant son examen final au tribunal de commerce de Bordeaux, indique l’AFP ce mercredi 21 février. La décision du tribunal de commerce de Bordeaux a été mise en délibéré au 20 mars 2024.

J’ai testé pour vous le soin personnalisé signé LB Beauty à Besançon

Alors que la fraîcheur de l'hiver est de retour, je me suis rendue à l'institut LB Beauty ouvert depuis 4 ans dans le quartier des Chaprais à Besançon mardi 20 février 2024, pour un instant de bien-être, relaxant et pour prendre soin de ma peau. J'ai testé pour vous le "soin personnalisé" signé Ludivine Bonnet.

Nouvelle action coup de poing des éleveurs laitiers haut-saônois contre Lactalis

Une action d’interception d’un camion de lait Lactalis a eu lieu mardi soir en Haute-Saône près de Vesoul. Les éleveurs s’estimant "floué" par la société, demandent "une rémunération décente des producteurs". Le lait du camion devant initialement servir à la fabrication de fromage a été repris et sera utiliser pour l’alimentation des veaux. 

Open Business : les prochains rendez-vous de la CCI Saône-Doubs pour répondre aux défis et enjeux de demain

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Saône-Doubs a présenté mardi 20 février 2024 les trois nouvelles thématiques de son cycle de conférences baptisé Open Business. Au programme cette année, des rencontres autour des thèmes de l’intelligence artificielle, du vieillissement de la population et de la performance dans l’entreprise et le sport à Besançon, Vesoul et bientôt Montbéliard. 

“Coiffure Michel Delgrande” devient “Le 83 coiffure” au centre-ville de Besançon

Loïc, coiffeur depuis 24 ans dans le salon Michel Delgrande, situé au 83 rue des Granges à Besançon, a eu envie de nouveauté. Jeudi 15 février 2024, après environ 34 ans sous le nom de son fondateur, le salon a finalement changé d’identité pour devenir "le 83 coiffure". Pour autant, cette nouveauté ne tend pas à oublier le passé…

En immersion dans le plus vaste chantier privé à Besançon…

Depuis quelques mois, les travaux ont démarré dans l’ancienne institution Saint-Jean du quartier Saint-Claude à Besançon dans le cadre du projet immobilier comptant 245 logements, dont 80 en rénovation, porté par le groupe SMCI : le Domaine Hugo. En ce moment, un parking souterrain de type silo de 240 places est en cours de construction… Fabrice Jeannot, président du groupe SMCI et Patrick Collard, directeur technique du groupe nous en parlent.

Bruno Le Maire abaisse à 1% la prévision de croissance 2024 et annonce 10 milliards d’euros d’économies

Le gouvernement français a nettement revu à la baisse son estimation de croissance pour 2024, de 1,4% à désormais 1%, a annoncé dimanche 18 février 2024 Bruno Le Maire, dévoilant des économies "immédiates" de 10 milliards d'euros sur les dépenses de l'Etat pour tenir les ambitions budgétaires.

Autoroutes : une hausse moyenne des prix de 3% en 2024

Les tarifs des péages sont revus chaque année au 1er février. Le ministère des Transports avait annoncé en novembre 2023 une augmentation inférieure à 3 % en moyenne en 2024, après 4,75 % en 2023 et 2 % en 2022. Plusieurs arrêtés publiés au Journal officiel du 31 janvier confirment une hausse autour de 3 % sur les principaux réseaux autoroutiers, selon service-public.fr.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.19
légère pluie
le 23/02 à 12h00
Vent
6.03 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
68 %