Alerte Témoin

Et vous, dormez-vous bien ?

Publié le 18/03/2011 - 17:26
Mis à jour le 18/03/2011 - 17:26

À l’occasion de la 11e journée du sommeil, le service d’exploration fonctionnelle respiratoire CHU de Besançon a décidé de sensibiliser les médecins généralistes à une prise en charge globale des troubles du sommeil qui ne passe pas forcément par la prise de médicaments...

1300465584.jpg
©
PUBLICITÉ

Sur l’autoroute, un accident sur trois est dû à la somnolence au volant. Le manque de sommeil est aussi cause d’obésité, de diabète et favorise également l’hypertension. Selon les dernières études, un Français sur cinq a une tendance à somnoler dans la journée. Un phénomène qui touche 26 % des femmes.

Combien de temps devons-nous dormir ?

Le besoin de sommeil est en général de 7 à 8 heures chez les adultes, une durée qui varie en fonction de chacun. Aujourd’hui, 31% des Français déclarent dormir 6 heures ou moins.

Les spécialistes du sommeil s'inquiètent de l'utilisation d'appareils "perturbateurs de sommeil" dans les foyers qui a gagné du terrain depuis 2009, notamment  dans la chambre des enfants : 42% des parents autorisent désormais la radio, 38% un ordinateur, 33% un téléphone fixe ou portable et 31% la télévision. Les enfants dont le temps de sommeil est insuffisant (moins de 8 heures) et les jeunes lycéens de plus de 16 ans sont les plus équipés.

Il convient non seulement d’enlever ces appareils de la chambre, mais aussi d'éviter de les utiliser une heure avant d'aller se coucher pour faciliter l’endormissement.

Respiration et sommeil

À Besançon, le service d’exploration fonctionnelle respiratoire de l’hôpital Saint-Jacques est en charge, entre autres, des patients atteints de troubles du sommeil. L’objectif est aujourd’hui de sensibiliser tout d’abord les médecins généralistes sur le dépistage du Syndrome d’Apnée Obstructive du Sommeil (SAOS). Les troubles du sommeil sont multifactoriels et concernent  de nombreuses spécialités dont la neurologie, la psychiatrie, la pneumologie, l’ORL, la pédiatrie, l’urologie, la cardiologie, l’endocrinologie, la gériatrie, la médecine interne, la pharmacologie, la médecine du travail, la chronobiologie, etc.

Si la prise médicamenteuse s’avère utile et efficace dans des cas précis, les psychotropes peuvent s’avérer superflue voir dangereux en raison de risques de somnolence diurne.   

Des conseils pour mieux dormir au quotidien

    * Evitez les excitants le soir : café, thé, vitamine C, coca...

    * Ne pratiquez pas d’activité physique après 20h00

    * A l’inverse, favorisez les activités relaxantes le soir : lecture, tisane, relaxation, bain tiède (au moins 2 heures avant le coucher)

    * Evitez les repas trop copieux et l’alcool au diner

    * Trouvez votre propre rythme de sommeil et respectez-le

    * Au lit, évitez de manger, regarder la TV ou travailler

    * Ecoutez vos signaux de sommeil (bâillements, yeux qui piquent...)

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Tab’Agir : des formations en tabacologie pour les professionnels de santé en Franche-Comté

Tab’agir accompagne les Bourguignons dans leur démarche d’arrêt, depuis sa création en 2003. Depuis mai 2019, Tab’agir compte une nouvelle antenne à Besançon et a déjà formé 29 professionnels de santé du Jura et du sud de la Haute-Saône. Objectifs pour développer le réseau en Franche-Comté : former des professionnels de santé à l'accompagnement à l’aide à l’arrêt du tabac au sein des maisons de santé et des cabinets libéraux.

Cancers pédiatriques dans le Haut-Jura : un gaz naturel radioactif dans la ligne de mire de l’enquête

L’Agence Régionale de Santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté a été informée en juillet 2019 d’un nombre élevé de cancers touchant des enfants au sein de la population résidant sur des communes du Haut-Jura. Sur la base de ce signalement, elle a saisi Santé publique France pour engager une expertise épidémiologique et rechercher d’éventuels facteurs locaux explicatifs. Les recherches sur les expositions environnementales se tournent actuellement vers le radon, un gaz naturel radioactif cancérogène...

Plan national maladies rares : les CHU de Besançon et de Dijon réunis pour créer une plateforme d’expertise

À l’été 2019, le ministère des Solidarités et de la Santé lançait un appel à projet national pour la mise en place de plateformes d’expertise des maladies rares. Cette démarche s’inscrit dans la cadre du troisième plan national maladies rares. Fort de l’expertise de son Centre de génétique, dirigé par le Pr Laurence Faivre, le CHU Dijon Bourgogne a répondu à cette sollicitation en partenariat avec le CHU de Besançon, nous informe-t-on dans un communiqué du 20 février. En ce début d’année 2020, les deux établissements ont appris qu’ils étaient sélectionnés aux côtés d’une dizaine d’autres hôpitaux sur ce projet.

Leucémie : les équipes bisontines de l’institut RIGHT sollicitées pour faire avancer la recherche

"Transformer le pronostic des leucémies dans les 10 ans à venir", tel est le défi lancé aux chercheurs. Les équipes bisontines de l’institut RIGHT (UMR1098) participeront au tout nouvel institut national de recherche partenariale OPALE que l’État vient de créer à cet effet, apprend-on ce mardi 18 février 2020.

Deuxième défi cycliste de la Sapaudia  pour sensibiliser au don de moelle osseuse

Inscriptions • La deuxième édition du défi cycliste de la Sapaudia Franche-Comté  partira le 18 juin 2020 de Baume-les-Dames.  150 cyclistes vont parcourir durant 24h près de 420 km à destination de Clairvaux-les-Lacs  pour sensibiliser, informer et recruter au don volontaire de moelle osseuse. Inscriptions jusqu'au 10 mars.

Mutuelles : l’UFC Que choisir dénonce une inflation moyenne de 5% en 2020

Alors que le 100 % santé pour l’optique et certains soins dentaires est entré en vigueur au 1er janvier dernier, l’UFC-Que Choisir révèle dans un communiqué de mercredi 12 février 2020, sur la base de l’étude de près de 500 contrats d’assurance santé recueillis auprès des consommateurs, que l’inflation subie en 2020 par les usagers est massive.

Salmonellose : retrait et rappel de Morbier au lait cru de la marque Perrin

13 personnes atteintes de salmonelloses ont été infectées par la même souche Salmonella Dublin après les investigations du Centre national de référence (CNR) des salmonelles à l’Institut Pasteur. Après enquête, le ministre de l'Agriculture rappelle des lots de Morbier au lait cru de la société Perrin (Doubs) distribué dans toute la France en grande distribution.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.5
couvert
le 23/02 à 18h00
Vent
3.87 m/s
Pression
1029 hPa
Humidité
66 %

Sondage