Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

Publié le 21/05/2019 - 17:18
Mis à jour le 21/05/2019 - 17:18

37 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté ont récemment signé une tribune dans le but de soutenir la liste "Envie d'Europe" de Raphaël Glucksmann. Parmi eux, la présidente de région Marie-Guite Dufay, mais aussi Patrick Ayache, Luc Bardi, Éric Houlley ou Loïc Niepceron.

Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté ©Alexane Alfaro ©
Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté ©Alexane Alfaro ©

Tribune : « L’avenir s’écrit au présent, écrivons-le avec Envie d’Europe le 26 mai »

"Un chapitre essentiel de l’histoire européenne va s’écrire le 26 mai prochain. Les millions d’électeurs appelés aux urnes devront choisir bien plus que leurs représentants au Parlement européen. Par leur bulletin de vote, les citoyens ont le pouvoir de décider de l’avenir de l’Europe.

Certains tentent de réduire ce scrutin à un affrontement binaire, de nous imposer un troisième tour de l’élection présidentielle, mais cette pièce de théâtre devenue lassante n’a que trop duré. Alors que chaque jour le dérèglement climatique se fait de plus en plus sentir, que les inégalités se creusent, que des hommes, des femmes et des enfants se noient en mer Méditerranée, l’Europe mérite mieux, tellement mieux, qu’un duel entre pseudo-progressistes et néo-nationalistes. Les défis auxquels l’Europe est confrontée sont certes immenses, mais loin d’être insurmontables. Cela nécessite de l’audace, du courage et de la fermeté. Car oui, l’Europe manque aujourd’hui cruellement d’audace.

Les mobilisations citoyennes qui fleurissent ici ou là nous exhortent à agir tandis que l’urgence se fait toujours plus pressante et que la biodiversité mondiale est à l’aube d’une sixième extinction de masse. Mais l’Union européenne reste sourde à ces appels, elle qui s’est enfermée dans ses certitudes austéritaires freinant ainsi la transition écologique et étouffant toute ambition environnementale digne de ce nom.

Les scientifiques du GIEC estiment que nous avons dix ans pour agir avant qu’il ne soit trop tard. Dix ans c’est peu, dix ans c’est déjà demain.

Du courage il en faudra également pour construire une autre Europe, davantage sociale et moins libérale. Par des politiques favorisant la concurrence sociale et fiscale, nous avons laissé le continent devenir le terrain de jeu des multinationales, des financiers et des lobbies. Cette attitude a fait le lit des mouvements populistes jusqu’à saper les fondements mêmes de la démocratie. Face aux puissants intérêts privés, nous aurons besoin d’une véritable armée de combattants à Bruxelles. Aujourd’hui, seuls le Parti socialiste européen et ses alliés, qui ne comptent que quelques voix de retard sur les conservateurs européens, sont en mesure de faire basculer l’Europe du côté de la justice sociale.

Enfin, l’Europe de demain se doit d’être absolument ferme sur ses principes afin de ne rien céder aux réactionnaires. « La maison brûle et nous regardons ailleurs ». Si elle est évidemment vraie pour le climat, la formule vaut également pour la démocratie. De Budapest à Rome, de Viktor Orban à Matteo Salvini, les valeurs européennes sont honteusement malmenées, voire bafouées. L’Europe est le symbole même de la solidarité, de l’ouverture, de l’universalisme. Ne laissons pas les entrepreneurs de peurs dévoyer le sens du projet européen, ne les laissons pas ruiner près de 70 ans d’histoire.

Face à ces enjeux multiples et complexes, ne nous contentons pas de mesures simplistes, mais apportons-y des réponses concrètes, crédibles et ambitieuses telles que le Pacte Finance-Climat-Biodiversité. C’est précisément ce que porte la liste « Envie d’Europe » conduite par Raphaël Glucksmann. Nous, conseillers régionaux et conseillères régionales de Bourgogne-Franche-Comté, soutenons ce rassemblement qui allie les valeurs écologistes, démocratiques et sociales et appelons les citoyens attachés à l’idée européenne à se mobiliser le 26 mai prochain.

 

Les signataires :

  • Marie-Guite Dufay (Doubs)
  • Patrick Ayache (Doubs)
  • Luc Bardi (Doubs)
  • Liliane Lucchesi (Doubs)
  • Sophie Fonquernie (Doubs)
  • Myriam Chiappa-Kiger (Doubs)
  • Yacine Hakkar (Doubs)
  • Éric Lancon (Doubs)
  • Willy Bourgeois (Jura)
  • Frédéric Poncet (Jura)
  • Claudy Chauvelot-Duban (Haute-Saône)
  • Grégoire Gille (Haute-Saône)
  • Karine François (Haute-Saône)
  • Eric Houlley (Haute-Saône)
  • Loïc Niepceron (Haute-Saône)
  • Maude Clavequin (Territoire de Belfort)

  • Océane Charret-Godard (Côte-d’Or)
  • Françoise Tenenbaum (Côte-d’Or)
  • Stéphan Woynaroski (Côte-d’Or)
  • Patrick Molinoz (Côte-d’Or)
  • Michel Neugnot (Côte-d’Or)
  • Sylvie Martin (Côte-d’Or)
  • José Almeida (Côte-d’Or)
  • Denis Hameau (Côte-d’Or)
  • Frédérique Colas (Yonne)
  • Gilles Demersseman (Yonne)
  • Marie-Thérèse Rey-Gaucher (Yonne)
  • Jérôme Durain (Saône-et-Loire)
  • Stéphane Guiguet (Saône-et-Loire)
  • Jean-Claude Lagrange (Saône-et-Loire)
  • Nathalie Leblanc (Saône-et-Loire)
  • Laëtitia Martinez (Saône-et-Loire)
  • Francine Chopard (Saône-et-Loire)
  • Franck Charlier (Saône-et-Loire)
  • Sylvain Mathieu (Nièvre)
  • Hicham Boujlilat (Nièvre)
  • Anne-Marie Dumont (Nièvre)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Covid: Macron s’entretient avec une quinzaine de maires par visio jeudi

Emmanuel Macron réunit ce jeudi 15 avril 2021 vers 16h en visioconférence une quinzaine de maires "représentatifs des territoires et des sensibilités politiques" pour faire un point sur la crise sanitaire et l'épidémie du Covid-19. Il  présidera ensuite une réunion avec une dizaine de ministres pour examiner les protocoles de réouverture. 

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

J. Odoul : « Je ne suis pas blonde, moi !  » Une remarque qui ne passe pas…

"Je ne suis pas blonde, moi !" : la petite phrase du candidat RN à l'élection régionale en Bourgogne-Franche-Comté face à Florence Portelli, vice-présidente LR de la région Ile-de-France fait le buzz. Julien Odoul y est accusé de sexisme primaire. Il s'en défend et parle d'un trait d'humour populaire.

Ce que vous devez savoir sur les élections régionales et départementales 2021

Initialement prévues en mars 2021, les élections régionales et départementales seront programmées les 20 et 27 juin 2021, avec des aménagements (campagnes dématérialisées encouragées, vote par procuration facilité, accélération de la vaccination pour les assesseurs, généralisation de l'ouverture des bureaux jusqu'à 20 heures). Ce qu'il faut savoir…  

Régionales et Départementales : décalage d’une semaine, meeting en plein air et vaccination des assesseurs ?

Jean Castex a obtenu ce 13 avril 2021 l'aval massif de l'Assemblée au maintien en juin des élections départementales et régionales, mais décalées aux 20 et 27 juin, avec des protocoles renforcés face à l'épidémie du Covid-19, après une polémique sur une consultation directe et in extremis des maires.

Annulation des festivals cet été : le sénateur Perrin écrit à la ministre de la Culture…

En 2021, le festival des Eurockéennes de Belfort est annulé pour la deuxième année consécutive en raison de l'épidémie de Covid-1. Le sénateur du Territoire de Belfort a écrit, le 9 avril dernier, à la ministre de la Culture, un courrier relatif aux attentes des forces organisatrices des festivals "à jauge debout".

Régionales : le Premier ministre devrait proposer de décaler le scrutin d’une semaine fin juin

Le Premier ministre Jean Castex va proposer mardi13 avril 2021 au parlement que les élections régionales et départementales aient bien lieu au mois de juin, "peut-être en décalant" le deuxième tour au 27 juin, selon le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.78
nuageux
le 16/04 à 18h00
Vent
3.39 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
39 %

Sondage