Éviter l’engorgement des urgences : l’ARS invite à contacter un médecin ou le 15 en première intention 

Publié le 24/06/2022 - 10:55
Mis à jour le 01/08/2022 - 15:34

Dans le contexte des tensions au sein des services hospitaliers, et en particulier aux urgences, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté et ses partenaires ont lancé fin juin une vaste campagne de sensibilisation du public aux règles du bon recours. 

Afin de concilier continuité des soins et congés d’été des soignants, l’ARS a souhaité appeler les gestes réflexes pour contribuer à une utilisation raisonnée des services d’urgences dédiés à la prise en charge des urgences vitales.

Les bons réflexes à adopter 

Ne pas se rendre spontanément dans un service d’urgence, mais contacter son médecin traitant en première intention, ou composer le 15, la régulation médicale permettant de bien orienter le patient par rapport à son besoin de prise en charge 

Le médecin en première instance 

Afin d’éviter l’engorgement des urgences, l’ARS rappelle l’importance du médecin traitant qui tient, selon elle, un "rôle pivot". 

Les patients sont donc invités à le contacter en journée et à solliciter le 15 la nuit ou le week-end en cas d’urgence : "Cet appel préalable permet, grâce à la régulation assurée par des médecins, de bien orienter chacun en fonction de son besoin de prise en charge", est-il précisé.

Ainsi, suivant l’analyse médicale de la situation, le patient pourra soit de bénéficier de conseils médicaux au téléphone, soit être dirigé vers le médecin de garde (ou vers les urgences d’un établissement de santé), soit être pris en charge sur place par une équipe médicale.

Remarque : l’ARS indique avoir mis en place des cellules départementales de veille à destination des professionnels. 

"L’Agence a décliné une méthode pour anticiper les difficultés sur l’offre de soin : une cellule de veille et de concertation locale est installée dans chaque département, où les délégations de l’ARS réunissent chaque semaine les acteurs territoriaux des soins - établissements publics et privés, professionnels de santé, transporteurs sanitaires, services départementaux d’incendie et de secours (SDIS)…", est-il précisé.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

CHU : un site internet dédié aux futurs internes pour les convaincre de choisir Besançon

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 18.51
ciel dégagé
le 19/05 à 12h00
Vent
2.63 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
57 %