Faire des maths en anglais… Why not ?

Publié le 05/09/2013 - 09:24
Mis à jour le 05/09/2013 - 15:33

Tous les jours de cette semaine, maCommune.info vous fait vivre cette rentrée 2013 : reportage dans les écoles, les nouvelles technologies dans les classes et des rencontres avec des professeurs... Aujourd'hui, nous vous présentons David Maréchal, un professeur de mathématiques… en anglais au lycée Pasteur de Besançon qui fête sa quinzième rentrée cette année. Mais qu'est-ce donc que cette drôle de discipline ? Comment se déroule ce genre de cours ? David Maréchal répond à nos questions…

img_5795-1.jpg
img_5795-1.jpg

In english please !

PUBLICITÉ

Quel est votre cursus ?

« Après des études de mathématiques, j’ai commencé à enseigner tout d’abord en tant que professeur de maths en collège et lycée. J’ai passé mes premières années à changer assez souvent d’affectation (Seine-Saint-Denis, Haut-Doubs) et ce, dans l’attente d’un poste fixe que j’ai obtenu dans un lycée de Montbéliard. C’est à ce moment que j’ai passé une habilitation qui me permet d’utiliser la langue anglaise pour l’enseignement des Mathématiques. J’ai ensuite obtenu un poste au lycée Pasteur à Besançon où existait une section européenne « mathématiques en anglais ». »

Comment êtes-vous arrivé à devenir professeur de maths en anglais ? Comment avez-vous eu l’idée ?

« J’ai toujours beaucoup aimé l’anglais et j’ai eu la chance d’avoir moi-même au lycée des enseignants qui m’ont donné goût. J’ai fait de l’anglais scientifique à la faculté et je me suis souvent rendu dans des pays anglo-saxons. »

Expliquez-nous votre profession, ses objectifs etc.

« D’abord je suis un professeur de Mathématiques traditionnel et c’est ce qui occupe la plupart de mon service. J’ai cependant quelques heures que je fais en anglais avec des élèves qui ont choisi cette option. Les élèves ont un cours normal de Mathématiques et ont en plus une heure de Mathématiques en anglais.

Pendant cette heure, nous faisons des exercices et des activités qui permettent de développer l’oral et la langue. On parle ici de mon métier, mais l’intérêt de cette section est pour les élèves ! Ce n’est pas par simple exotisme ou originalité. Cela permet aux lycéens d’aborder les deux disciplines (maths et anglais) d’une autre façon et cela développe leur adaptabilité. D’ailleurs, les retours des élèves sont très positifs. »

Est-il courant à Besançon et en Franche-Comté de rencontrer des professeurs comme vous ? 

« Il y a de nombreuses sections européennes et ce, dans quasiment tous les lycées. Il existe des sections Histoire-Géographie en Allemand ou encore Sciences Economiques en espagnol. Chaque lycée a ses propres sections et spécialités. Au lycée Pasteur, ce sont les mathématiques avec deux sections : une en espagnol et une en anglais. Il existe une poignée de section « mathématiques en anglais » en Franche-Comté. »

En cours, la langue française est interdite ? Est-ce comme si on avait un cours de maths dans un pays anglophone ?

« Il n’y a pas de cours magistral. C’est aux élèves de parler le plus possible et moi, le moins possible. Les exercices sont choisis en fonction de cela aussi. Par exemple, résoudre des équations en anglais n’a aucun intérêt. En revanche, traiter et expliciter un exercice de statistique ou de probabilités est beaucoup plus formateur pour l’élève et sera plus utile dans la vie courante ou professionnelle.

Le français n’est pas interdit mais limité. On essaie également de montrer comment les petits anglais font des mathématiques, quelles-sont les différences de méthodes, de vocabulaire. »

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

"Non à l'amendement Grosperrin" • Mardi 14 mai 2019 le syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (affilié FSU) organise une assemblée générale à partir 18h suivi d'un apéro revendicatif devant la permanence du sénateur LR Jacques Grosperrin au 34 rue Bersot à Besançon.

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Le quartier de Planoise à Besançon fait partie des 80 territoires « prioritaires » sélectionnés pour accueillir un dispositif « cité éducative ». Ce dernier servira à coordonner les services d'Etat, les collectivités, les associations et les habitants pour accompagner l'enfant de 3 à 25 ans autour du cadre scolaire. Une enveloppe de 100 millions d'euros sur trois ans sera débloquée pour aider les collectivités dans leurs démarches.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.5
légère pluie
le 25/05 à 0h00
Vent
0.97 m/s
Pression
1015.36 hPa
Humidité
96 %

Sondage