Fake news : feu vert des députés LREM au dépôt de la proposition de loi

Publié le 14/03/2018 - 10:28
Mis à jour le 15/03/2018 - 09:42

Les députés LREM ont donné  leur feu vert  ce mardi 13 mars 2018 au dépôt de la proposition de loi contre les fausses nouvelles ou « fake news », voulue par Emmanuel Macron, a-t-on appris de sources parlementaires.

 ©
©

Il s'agit, durant les périodes pré-électorale et électorale, de permettre à la justice de faire cesser en référé la diffusion de fausses informations. Et des obligations de transparence renforcées seront imposées aux plateformes numériques, pour permettre notamment aux internautes de connaître l'annonceur de contenus sponsorisés, ainsi que la somme versée.

En outre, le Conseil supérieur de l'audiovisuel pourra empêcher, suspendre ou mettre fin à la diffusion de services de télévision contrôlés "par un Etat étranger ou sous l'influence de cet Etat", et qui portent atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou participent à une entreprise de déstabilisation de ses institutions. Sur "l'environnement géopolitique, il ne faut pas être naïf", jugeait récemment un élu LREM à ce sujet, invitant par exemple à "lire la doctrine de défense de la Russie".

  • Le texte sur "la confiance et la fiabilité de l'information", préparé avec la ministre de la Communication Françoise Nyssen, se décompose en réalité de deux propositions de loi, ordinaire et organique (pour la partie relative à la campagne présidentielle). Elles seront examinées en mai à l'Assemblée.

Deux commissions en seront saisies, Lois et Affaires culturelles, se partageant les volets. Leurs "whips" respectifs (chefs de file LREM de commission), Naïma Moutchou et Gabriel Attal, portent jusqu'alors le texte. Selon la première, les députés LREM "étaient en demande" et "sont très en phase" avec le texte, donc il est "cohérent" qu'il s'agisse de propositions de loi, et non d'un projet gouvernemental.

"C'est un sujet que le président de la République suit personnellement, mais c'est bien que les parlementaires soient à l'initiative" via une proposition de loi, justifiait récemment un autre LREM. Les textes que les députés s'apprêtent à déposer modifient le code électoral, le code de la consommation, la loi de 2004 pour la confiance dans l'économie numérique et encore la loi de 1986 sur la liberté de communication, mais ne touchent pas à loi de 1881 sur la liberté de la presse.

Ces propositions de loi inquiètent notamment une partie de la profession. Le comité national du Syndicat national des journalistes (SNJ), première organisation de la profession, a adopté à l'unanimité ce week-end une motion réclamant l'abandon de ce qui pourrait "devenir un moyen d'entraver le travail des journalistes", par "l'imprécision de son périmètre d'application et des moyens d'action qu'il propose".

(AFP) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Un Français n’obtient pas la naturalisation suisse… après avoir tondu le gazon les jours fériés

INSOLITE • Un résident français de Clos-du-Doubs, commune suisse du canton du Jura, s’est vu refuser la naturalisation suisse lors de l’assemblée communale du canton du Jura le 10 avril 2024. Pourquoi ? Il lui a été reproché notamment d’avoir tondu sa pelouse pendant des jours fériés, rapporte nos confrères du Quotidien Jurassien.

Besançon et Montbéliard : 4.500 personnes et 3.500 véhicules contrôlés en 5 jours

Du 8 au 12 avril 2024, une opération "Place Nette" de grande ampleur s’est déroulée dans le département du Doubs. Réalisée en étroite coordination avec les procureurs de Besançon et de Montbéliard, cette action "coup de poing" s’inscrit dans le cadre des actions de lutte contre la délinquance liée aux trafics de stupéfiants, à l’économie souterraine et au proxénétisme voulues par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et le Garde des Sceaux. L'heure est au bilan...

Effondrement rue de Vesoul : une période charnière commence…

Les études, investigations et travaux menés jusqu’ici permettent de dire que la période actuelle est une période charnière, selon le dernier communiqué du Département du Doubs en date du 12 avril 2024 : les travaux restant à effectuer et leurs délais de réalisation pour le rétablissement de la route départementale 572 demeurent de plus en plus concrets.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.2
légère pluie
le 19/04 à 12h00
Vent
5.83 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
85 %