Fin de vie : Jacques Grosperrin veut "un vrai débat de société, sans précipitation"

Publié le 07/04/2021 - 15:30
Mis à jour le 08/04/2021 - 08:57

L’Assemblée nationale s’apprête à débattre d’une proposition de loi visant à garantir et renforcer les droits des personnes en fin de vie. Le sénateur LR du Doubs Jacques Grosperrin n’est pas défavorable à de nouvelles perspectives « mais dans des limites claires et parfaitement encadrées ».

Jacques Grosperrin (9/02/21)  © Capture Sénat
Jacques Grosperrin (9/02/21) © Capture Sénat

Le Sénat s'était saisi de la question du suicide assisté le 11 mars 2021. "Chacun exprime, en conscience, son avis. Il convient, sur un sujet si sensible, d'éviter les complaisances ou suivismes politiques qui ne seraient pas à la hauteur", selon Jacques Grosperrin.

Il dit être "surpris qu'aussi peu de Français connaissent les dispositions de la loi Claeys-Leonetti, sans parler de celles des directives anticipées. Une loi qui évite l'acharnement thérapeutique n'est pas une loi aui autorise l'euthanasie. Le législateur doit se préoccuper de ce qui existe déjà. Il faut dénoncer l'inadaptation du droit actuel à certaines maladies ou situations, et rechercher les solutions appropriées. Mais ces solutions ne doivent laisser place à aucune possibilité de dérives."

"Des limites claires et parfaitement encadrées"

Pour ce sénateur, "l'ouverture de l'euthanasie à de nouveaux champs considérables de patients serait inquiétante. La liberté de conscience des médecins est en jeu. Il en va des limites qui nous interrogent tous philosophiquement sur le sens même de la vie. Certains vont jusqu'à souhaiter, derrière leurs propositions, une véritable rupture de civilisation."

"Tout cela justifie un débat de société très large qui ne saurait se limiter aux parlementaires ou aux militants. La situation actuelle de notre pays et la crise sanitaire en rendent les conditions d'organisation difficiles."

Jacques Grosperrin ne se dit pas défavorable à de nouvelles perspectives "mais dans des limites claires et parfaitement encadrées. Sans précipitation. Dans le respect de la liberté de chacun et de l’égalité de tous devant la mort". Il appelle à une "vigilance forte sur tout ce qui pourrait se traduire par une facilitation excessive du suicide. Nul ne doit se sentir indigne d’être en vie. La souffrance est évidemment intolérable. Mais beaucoup de légitimes précautions sont encore à prendre avant des évolutions aussi fondamentales."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Planoise : des élus proposent de « renforcer la présence d’adultes pour accompagner les collégiens »

Le 28 septembre, par voie de communiqué de presse, les conseillers départementaux du Doubs Monique Choux et Aly Yugo, tous deux résidents à Planoise à Besançon, ont partagé des propositions pour le quartier lors de la dernière assemblée départementale. Parmi elles, renforcer la présence d'adultes pour accompagner les collégiens, quand ils doivent passer par des points de deals.

Vivez en direct le conseil municipal de Besançon du 29 septembre 2022

Les conseillers municipaux de la Ville de Besançon se réunissent l’hôtel de Ville de Besançon ce jeudi 29 septembre pour leur séance du conseil municipal de rentrée après deux mois. A l’ordre du jour : la crise énergétique, plan de rénovation des écoles, projet Grette-Brulard-Polygone, nouvelle possibilité pour les élus municipaux d’obtenir le paiement de tout ou partie des indemnités en Pive, etc.

Pornographie : un rapport du Sénat qui dénonce des « violences systémiques »

Ce mardi 27 septembre, quatre sénatrices de divers partis politiques ont rendu un rapport accablant dénonçant de nombreuses et graves dérives dans l’industrie du porno. « Violences systémiques », l’exploitation des femmes, des mineurs trop facilement exposés à la pornographie… Ce rapport intitulé "Porno : l'enfer du décor" appelle le gouvernement à agir.

Crise énergétique : la Ville de Besançon va devoir faire des coupes budgétaires, mais lesquelles ?

La maire de Besançon, accompagnée de 11 membres de la majorité municipales, a convié les médias locaux à une conférence de presse sur la forte augmentation du prix de l’énergie et ses conséquences sur le service public. À ce jour, la Ville de Besançon doit trouver des solutions pour économiser 8 millions d’euros sur sa facture de 2023. Quoi qu’il en soit, comme dans d’autres communes, des coupes budgétaires seront envisagées, mais lesquelles ? Fermeture des musées plusieurs jours par semaine ? Un marché de Noël annulé ou plus sobre ? Des extinctions de l’éclairage des équipements sportifs ?

Bourgogne Franche-Comté : connaissez-vous le CREFOP et ses missions ?

La réunion plénière d'installation du Comité Régional de l'Emploi, de la Formation et de l'Orientation Professionnelles (CREFOP) Bourgogne-Franche-Comté s’est tenue ce jeudi 21 septembre en salle des séances du conseil régional en présence de Fabien Sudry, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, et de Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.82
légère pluie
le 01/10 à 21h00
Vent
5.44 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
96 %

Sondage