Alerte Témoin

Réservistes : formation de 28 stagiaires aux exercices de self-defense, d'interpellation, de menottage…

Publié le 30/10/2019 - 17:20
Mis à jour le 31/10/2019 - 18:17

Arrivés le 20 octobre 2019 à la caserne rue des Justices à Besançon, les 28 candidats poursuivent leur Préparation Militaire Gendarmerie (PMG) jusqu'au 3 novembre prochain. Ils deviendront ainsi "réservistes" au terme de ce stage de 15 jours lors d'une cérémonie militaire.

Interpellation, menottage, self-defense, maîtrise de l'adversaire, entraînements sportifs, sécurisation des lieux, la formation est active ce mercredi 30 octobre 2019 sur le parking de la caserne Capitaine Girardune partie des candidats s'entraînent sans relâche sous la pluie.

Nous avons rencontré Julie, 19 ans originaire de Lons-le-Saunier : "J'aimerais plus tard rentrer dans les douanes et cela me permet d'avoir un pied dans ce domaine-là. Ce qui me plait le plus, c'est le respect, l'autorité, le fait d'être entre camarades, la cohésion. Nous avons visité le CORG, eu des cours sur l'accueil, la maîtrise d'arme. Ce que je préfère c'est le self-defense".

Autre candidat, autre parcours de vie. À 39 ans, Jérôme voit ce stage comme "le début d'une deuxième vie". "Cela fait 20 ans que je travaille dans le service public et là j'entame une nouvelle carrière. Ce qui me plait le plus et que beaucoup de nos concitoyens ne connaissent pas, c'est l'envers du décor comme la protection des personnes. La gendarmerie est parfois vue comme une répression, mais avant tout elle est là pour protéger les personnes et les biens".

Qui peut devenir réserviste ?

Toute personne qui n'a pas été condamnée et qui réussit les tests et le stage de formation. Un réserviste "n'est pas uniquement un ancien gendarme", explique le Capitaine Petit, directeur du stage de la Préparation Militaire Gendarmerie. "Les anciens actifs représentent environ 33 à 36 % des réservistes, les 60 % restants sont des civils". Concernant la tranche d'âge,  il faut avoir au minimum 17 ans et au maximum 40 ans (42 ans sur dérogation).   

D'autres conditions sont nécessaires pour être admis à la PMG :

  • Être de nationalité française
  • Avoir satisfait aux obligations du service national, avoir suivi la JAPD ou JDC
  • Avoir une bonne condition psychologique
  • Être apte moralement et psychologiquement
  • Réussir les épreuves de sélection (tests psychologiques et entretien avec deux officiers)

Pour intégrer l'équipe des réservistes, il convient d'obtenir à l'issue du stage, le diplôme de gendarmerie adjoint de réserve (DGAR) encadrée par la gendarmerie.

Quelles sont ses missions ?

Les réservistes peuvent être appelés sur des "opérations qui sont prévues un mois à l'avance (lors de festivals, tour de France…), précise le directeur du stage qui poursuit : "ils peuvent également être un renfort ponctuel de brigade ou encore un renfort de dernière minute. Nous lançons alors un appel aux volontaires". Lors de l'épisode de l'ouragan IRMA balayant les Iles françaises de Saint-Barthélémy et Saint-Martin en 2017, des réservistes avaient été mobilisés et s'étaient rendus sur place en renfort.

Les réservistes peuvent donc participer :

  • Au service quotidien des unités (patrouille de surveillance, contact avec la population, aide, conseil et secours) ;
  • À des services d’ordre (manifestations sportives ou culturelles) ;
  • À des dispositifs de recherches ;
  • À des missions de sécurité publique ou de lutte contre la délinquance ;
  • À la gestion des conséquences des catastrophes naturelles, accidentelles ou provoquées. À l'encadrement des sessions de JDC ou de formation des réservistes.

Quelques chiffres concernant la Franche-Comté…

En phase de recrutement, l’antenne médicale a reçu 119 candidats. 42 candidats ont été déclarés inaptes à suivre la formation. La Section du Personnel de Réserve au niveau région a donc collationné 77 dossiers de candidatures. Après les tests, 60 étaient prêts à commencer la formation. Le commandement a limité la session 2019 à 40 stagiaires. Suite à des désistements ou inaptitudes, ce sont finalement 33 stagiaires qui ont intégré la PMG.

Actuellement, la PMG compte 28 stagiaires (11 femmes et 17 hommes). La moyenne d’âge est de 25 ans, avec un écart d’âge qui s’étend de 18 à 42 ans. (Cette promotion se compose : 34 % d’étudiants, 38 % d’employés du secteur privé 28 % sans emploi).  La réserve opérationnelle en Franche-Comté compte à ce jour 742 réservistes (291 dans le Doubs – 175 en Haute-Saône, 91 dans le Territoire de Belfort, 185 dans le Jura). L’objectif à terme est de compter 783 réservistes dans les effectifs.

Les infos +

Candidats :

  • Centre d’Information et de Recrutement

26 rue des Justices
Caserne Capitaine Girard
25031 BESANCON CEDEX
Tél : 03.81.40.50.47
courriel : cir.besancon@gendarmerie.interieur.gouv.fr

  • les sites officiels

MINOT@UR : Moyen d’Information Opérationnelle et de Traitement Automatisé de la Réserve www.minotaur.fr

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     15.61
    peu nuageux
    le 07/08 à 0h00
    Vent
    1.46 m/s
    Pression
    1019 hPa
    Humidité
    93 %

    Sondage