Franche-Comté: quelle santé pour demain ?

Publié le 02/03/2012 - 19:20
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:37

L’Agence Régionale de Santé a présenté le contenu du Projet régional de santé (PRS) de Franche-Comté, adopté le 28 février dernier. Si l’architecture du projet est dense, cinq orientations principales sont à retenir.

Vieillissement rapide de la population franc-comtoise, multiplication des maladies chroniques, pénurie de médecins… la liste des défis à relever en matière de santé publique en Franche-Comté est longue.

Dans ce contexte, le PRS établit des priorités et les chantiers qui seront menés par l'Agence régionale de santé (ARS) jusqu’en 2016.

Sortir du tout curatif

« Il faut investir dans la prévention », explique Sylvie Mansion, directrice générale de l’ARS Franche-Comté. « Il ne suffit pas de faire une juxtaposition de petites actions qui donnent bonne conscience, mais de définir une stratégie et travailler main dans la main avec les 180 associations qui se mobilisent dans le champ de la prévention ».

L’objectif est de signer plusieurs contrats avec des associations, des collectivités territoriales et des professionnels libéraux afin de rationaliser et optimiser les actions de ces différents acteurs, et de leur donner des moyens pour prévenir des maladies comme le cancer ou l’obésité.

Développer la médecine de ville

Le PRS vise une amélioration des soins de proximité. Selon Sylvie Mansion, « cette orientation passe par le regroupement des professionnels de santé». Il existe 26 pôles ou maisons de santé en Franche-Comté et 40 autres projets de regroupement sont en passe d’aboutir.

« Les jeunes médecins adorent exercer leur métier de façon collégiale car cela permet d’engager une prise en charge coordonnée des patients et de développer des protocoles de recherche. Les horaires d’ouverture dans un centre sont plus larges et l’accueil est meilleur ».

Repenser le rôle de l’hôpital

« Nous voulons développer une gradation de l’offre hospitalière sur le territoire, avec d’un côté les hôpitaux de proximité qui prendraient en charge la gériatrie et les maladies chroniques, et des hôpitaux de référence organisés par spécialités. Le Centre régional hospitalo-universitaire aurait pour mission d’irriguer la région en professionnel de santé ».

Pour la directrice de l’ARS cette organisation doit permettre de lutter contre l’engorgement des services d’urgences, et d’attirer les jeunes vers les centres hospitaliers en périphérie.

Coordonner les parcours de soins

Le PRS projette de jeter des ponts entre les volets sanitaire et médico-social de la médecine pour assurer une continuité des parcours soins et limiter le recours à l’hospitalisation. C’est le cas pour la gériatrie ou le handicap psychique.

Soutenir l’e-santé

« Il ne faut pas rater le virage des nouvelles technologies » insiste Sylvie Mansion. Certains Franc-comtois vivent à 30 minutes d’un centre de soin et « quand on est isolé, pouvoir entrer en contact avec son médecin est un avantage considérable ».

A ceux qui s’inquiètent d’un risque de déshumanisation de la prise en charge du patient, la directrice de l’ARS rétorque que le développement de l’e-santé « est vraiment l’une des solutions d’avenir pour tester de nouveaux protocoles à distance, améliorer la qualité de la prise en charge et responsabiliser les gens vis-à-vis de leur santé pour les rendre acteurs et non plus simple consommateur de santé ».

« L’adoption du Projet Régional de Santé représente le point final de 18 mois de travail. Il a mobilisé beaucoup d’énergie pour associer les professionnels de santé, les usagers et les élus sur la définition des grandes orientations sanitaires des cinq prochaines années. Le PRS fait vivre la démocratie sanitaire, c’est important », conclut Sylvie Mansion, Directrice générale de l’ARS.

Pour information: Le Projet régional de santé est téléchargeable sur le site de l'ARS.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : les derniers indicateurs ne sont pas bons (non plus) en Bourgogne-Franche-Comté

Le taux d'incidence dépasse désormais les 300 cas pour 100.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux de positivité des tests désormais à 6 %. Le Jura connaît toujours le taux d'incidence le plus élevé (448 cas pour 100.000 habitants) devant le Doubs (375) et le Territoire de Belfort (315). Les hospitalisations sont aussi en augmentation.

Omicron : les personnes vulnérables non vaccinées doivent éviter de voyager

lors que le nouveau variant Omicron suscite toutes les inquiétudes, l’Organisation mondiale de la santé a dévoilé de nouvelles recommandations, mardi 30 novembre. Les personnes à risque non vaccinées contre le Covid-19, y compris les plus de 60 ans ou celles ayant des comorbidités (maladie cardiaque, cancer et diabète), doivent éviter de voyager dans les zones où la transmission locale du coronavirus existe.  

Huit cas possibles au variant Omicron en France. Les ministres de la Santé du G7 se réunissent à Londres

Alors qu'en France huit cas possibles au variant Omicron du Coronavirus ont été détectés, les ministres de la Santé du G7 sont attendus en urgence à Londres ce lundi 29 novembre, face à l’inquiétude suscitée par ce nouveau variant. Une mutation qui continue à se propager à travers le monde malgré les fermetures de frontières. Les ministres de la Santé de la France, des États-Unis, du Canada, d’Allemagne, d’Italie, du Japon et du Royaume-Uni se retrouvent pour discuter de l’évolution de la situation sur Omicron, lors d’une réunion d’urgence.

Ce n’est pas parce qu’on en parle plus que la grippe a disparu : la CPAM du Doubs vous invite à vous faire vacciner

PUBLI-INFO • La vaccination contre la grippe saisonnière se déroule jusqu'au 31 janvier 2022 dans un contexte encore marqué par la crise sanitaire de la Covid-19. La vaccination contre la grippe est possible en ville depuis le 22 octobre, en Ehpad et établissements de santé depuis le 18 octobre afin de saisir toutes les opportunités de vaccination et d’optimiser les deux campagnes de vaccination, grippe et rappel Covid-19, et dans l’objectif d’un haut niveau de protection des plus fragiles.

Large oui des Suisses au pass Covid

En pleine cinquième vague et alors qu'un cas probable du variant omicron aurait été détecté, une large majorité de Suisses ont approuvé dimanche la loi ayant permis d'instaurer le pass Covid, lors d'un vote marqué par une Alors que la police craignait des manifestations, seuls quelques dizaines d'opposants à la loi Covid se sont rassemblés devant le siège du gouvernement et du parlement à Berne, placé sous haute sécurité et entouré d'une clôture grillagée. au terme d'une campagne électorale houleuse.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.12
légère pluie
le 02/12 à 6h00
Vent
3.68 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
99 %

Sondage