Fusion Bourgogne Franche-Comté : Marie-Guite Dufay salue des "arbitrages équilibrés"

Publié le 31/07/2015 - 17:54
Mis à jour le 23/04/2019 - 17:14

Suite à l'annonce de la désignation de Dijon comme capitale provisoire de la Bourgogne Franche-Comté et de la répartition des directions administratives, la Présidente de la région Franche-Comté salue "le maintien par l’État de ses engagements concernant la répartition des différentes fonctions stratégiques de l’État, garantie d’un juste équilibre entre les territoires". Pour Marie-Guite Dufay , si Dijon se voit investie du statut de capitale régionale,  Besançon  est "confortée" selon elle "dans son rôle de pôle économique et environnemental majeur".

dsc_9056.jpg
©damien poirier
PUBLICITÉ

Les arbitrages présentés par le préfet préfigurateur Eric Delzant sont pour la présidente de région (et candidate PS en Bourgogne Franche-Comté) sont « de nature à permettre une dynamique positive entre les deux villes fortes de la future grande région » Bourgogne.

« Lors de l’Assemblée plénière du 29 juin 2015, le Conseil Régional de Franche-Comté avait porté à l’attention du Gouvernement le risque d’une centralisation des services administratifs au sein du chef-lieu provisoire, avec l’inquiétude qu’une telle démarche puisse affaiblir la dynamique territoriale.

Ce vœu avait été porté par les élus des deux actuels conseils régionaux, de Bourgogne et de Franche-Comté. Le Gouvernement a agi en prenant en compte ces observations, proposant une répartition équilibrée des directions déconcentrées de l’État entre Dijon et Besançon : ainsi, seront affectées à Besançon les sièges des deux directions régionales en charge des entreprises (DIRECCTE) et de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL), de même que la direction du siège régional de l’INSEE.

Par ailleurs, un recteur régional est institué et affecté à Besançon, ce qui est cohérent d’une part avec les engagements de l’État, et d’autre part avec la présence en Franche-Comté de la ComUE, instance qui fédère et coordonne d’ores et déjà les universités de Bourgogne, de Franche- Comté, et d’autres établissements d’enseignement supérieur« . 

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.86
ciel dégagé
le 26/06 à 21h00
Vent
1.24 m/s
Pression
1021.92 hPa
Humidité
87 %

Sondage